• Accueil
  • > Recherche : poesie vent folie

Résultat pour la recherche 'poesie vent folie'

Vent de folie, vent de poésie de Rosaria Mora-Laconi

recueilrosaria.jpg
Rosaria MORA nous fait part de la publication de son dernier recueil intitué « Vent de folie, vent de poésie », un medley de toutes ses nouvelles poésies. L’amour y côtoie l’humour, la tendresse, le bonheur. Ses lecteurs disent de cet ouvrage qu’il est « très frais, tout en douceur ».
Le prix unitaire est de 12 euros et la somme rapportée est reversée au profit d’une association dont fait partie l’auteur pour l’achat de matériel de puériculture et jeux d’éveil.
Pour acquérir l’ouvrage, s’adresser directement à Rosaria à l’adresse mail suivante :
pimora@wanadoo.fr 

J’aime !

J’aime regarder la nuit qui tombe, quand l’obscurité argentée a déchiré
les voiles, sous un ciel lourd étoilé.
Au petit matin sortant des limbes, surgit la rosée qui a déposé sur les
fleurs des perles de diamants qui brillent de leurs éclats au soleil
naissant.
J’aime voir les grands tournesols, ployant leurs grands corps frêles
sous une brise légère et semblant dire bonjour sur mon passage.
J’aime la forêt dense qui s’endort doucement au rythme du soir qui tombe
en assombrissant ses clairières.
J’aime entendre le chant mélodieux du petit rossignol furtif.
J’aime rêver la nuit sous le grand peuplier majestueux enlacé
amoureusement par une immense tige de lierre.
J’aime revenir seule jusqu’au vieux banc de pierre ou autrefois, souvent
nos pas nous y conduisaient.
Je te vois assis à mes côtés, mais ce ne sont que deux ombres, car je
suis seule aujourd’hui. Tu es parti pour toujours mon cher amour et la
nuit est là près de moi berçant mes souvenirs.

(Extrait du recueil  » vent de folie, vent de poésie » à paraitre en 2009)

Goût amer

J’ai combattu le silence, en le couvrant de mes mots
J’ai apaisé ton absence, en regardant tes photos.
Il y aura sans doute des sombres soirs
Des jours où il faudra que je lutte.
Je voudrais tant que ces nuits passent vite
Car la joie et la douleur ont la même saveur.
Il y a quelque chose au fond de l’air
Et pourtant ce n’est pas encore l’hiver.
Même les oiseaux ne chantent plus, ils ont tous disparu.
Quel est donc ce goût amer que je garde au fond de moi ?
De mon coeur je rallume quelques souvenirs
Où embaument tièdes et suaves nos étreintes passionnées.
C’est ce passé qui fait ressurgir tout ça !
Tous ces moments sont perdus désormais
Ils naviguent dans mes rêves, il ne me reste plus que ça !

(Extrait du recueil Vent de folie, vent de poésie à paraître en 2009)

Lettre ouverte au Père Noël

Père Noël, Père Noël,
J’espère que du haut de ton ciel
Tu entendras mon appel.
C’est un véritable S.O.S,
Un appel de détresse.
Je sais, je suis un peu en avance,
Mais c’est une chance.
J’ai tant de choses à te demander
Que j’ai peur d’en oublier…
Alors je vais prendre mon temps
Et t’expliquer, tout simplement.
Pour moi, je ne te demande rien.
Je suis choyé, trés entouré,
Par des parents aimants
Et ça, c’est très important.
Alors, père Noël, père Noël,
Surtout n’oublie pas
Tous ces enfants des orphelinats,
Qui ne connaissent pas le bonheur
Et qui pleurent dans leur coeur.
Père Noël, père Noël,
Apporte leur un peu de ta chaleur.
Père Noël, père Noël,
A tous ces enfants des rues
Qui doivent se sentir perdus,
Qui n’ont plus ni père, ni mère,
Qui sont en constante galère,
Ils côtoient la drogue, la prostitution,
De quoi perdre la raison,
Alors père Noël, père Noël,
Apporte leur tout ton soutien,
Ces enfants-là en ont un grand besoin.
Père Noël, père Noël,
N’oublie pas aussi les sans-abri,
Qui meurent dans la solitude et le froid,
Pourquoi tant d’indifférence
Dans notre existence.
Alors père Noël, père Noël,
Offre leur un peu de ta présence.
Tends la main à ces âmes perdues en chemin,
Partage avec eux, sois généreux,
Pour qu’ils ne soient plus malheureux !
Père Noël, père Noël,
Plus de guerres, plus de misère,
Fais de ce monde une belle ronde
Où tous on se prendrait par la main,
On chanterait en coeur le même refrain,
Cette chanson traverserait tous les océans
Et les pays lointains,
Et, sur cette terre,
Il n’y aurait plus de misère.

(Extrait du recueil Vent de folie, vent de poésie à paraître en 2009)

Rosaria Mora-Laconi

Je m’appelle Rosaria MORA-LACONI, je suis née en 1953 en Italie plus exactement en Sardaigne. Emigrée en France en 1959 avec toute ma famille, nous avons déposé nos valises dans un petit village lorrain: Anderny.
Je n’avais que 6 ans et je ne parlais que le sarde. J’ai suivi tout mon cursus scolaire ici et la passion des mots a commencé très tôt, avec mes premières rédactions et ne m’a plus jamais quittée.
Je suis mariée.
Je participe depuis peu à des concours de poésies.
Un tableau d’honneur m’a été délivré en 1992 par la ville de Dombasle.
Premier prix de poésie libre délivré par l’association « les Italiens et nous » à Woippy en Moselle le 24/11/2006, Médaille d’argent par le Cercle littéraire de Graffigny à Lunéville en 2008 et Prix d’honneur au concours des « Poètes Lorrains » en décembre 2008.
J’ai édité un premier recueil de poésies « Poésies en liberté » le 19 mars 2008 bilingue français-italien, collection privée et le deuxième recueil paraitra probablement en janvier 2009 « Vent de folie, vent de poésie »




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse