• Accueil
  • > Recherche : poètes lorrains

Résultat pour la recherche 'poètes lorrains'

Page 2 sur 4

Le thème du mois : l’intolérance

Aujourd’hui a été publié le dernier poème sur le thème “La tristesse”. 11 adhérents ont participé à ce thème plus un poème de feu Jean-Pierre Recouvreur, ancien Grand Prix des Poètes Lorrains que nous ne voulons pas oublier.
Dès demain et jusqu’au 28 février, nous aurons des oeuvres hors thème.
Ceux qui le souhaitent peuvent d’ores et déjà m’envoyer leurs oeuvres pour le thème de mars consacré à l’intolérance.

Triolet

Tombe la triste pluie d’Automne 

Sur les champs rouges endormis. 

Je suis mouillé et je frissonne, 

Tombe la triste pluie d’Automne. 

Ce soir une amie m’abandonne, 

J’en meurs car je n’ai plus d’amis, 

Tombe la triste pluie d’Automne 

Sur les champs rouges endormis.

Jean-Pierre RECOUVREUR Grand Prix des Poètes Lorrains 1979 recouvreur.jpg

Prix des Poètes lorrains 2011 : règlement

Le PRIX DES POETES LORRAINS 2011 est ouvert. Il sera clos le 30 avril prochain. Les auteurs enverront 5 textes maximum. Tous les genres sont acceptés.Les textes devront être de préférence dactylographiés et non manuscrits. Pour préserver l’anonymat, ils seront signés d’une courte devise (proverbe, maxime, de moins de 10 mots) reproduite en haut à droite sur chaque page. Cette devise sera reproduite sur une enveloppe cachetée contenant pour chaque auteur : nom, prénom, adresse, numéro de tél., courriel, ainsi que l’âge pour les candidats de moins de 20 ans. Ces derniers joindront aussi une photocopie d’une pièce d’identité attestant de leur âge.= Le GRAND PRIX DES POETES LORRAINS sera attribué au premier poète lorrain du concours (sous réserve de qualité suffisante). Le lauréat se verra offrir l’édition de son recueil. Les autres lauréats recevront médailles, diplômes ou récompenses.

= Le PRIX ARTHUR RIMBAUD récompensera le meilleur auteur de moins de 20 ans (sous réserve de qualité suffisante). Pour ces jeunes auteurs, les frais de participation totaux sont réduits à 5 €.

= L’ALERION D’OR récompensera le meilleur poète déjà titulaire du GRAND PRIX DES POETES LORRAINS.

Vos manuscrits devront être envoyés en double exemplaire (soit deux liasses distinctes), agrafés (coin supérieur gauche), par courrier non recommandé, suffisamment affranchi, à l’adresse ci-dessus (mentionner « Concours SPAF ») et ne seront pas renvoyés. Les décisions du Jury sont sans appel.

DROITS 2011 : vous devez choisir entre la formule 1 et la formule 2, puis lui rajouter 3 et 4.

1. Adhésion à la SPAF nationale (obligatoire) : 20 € 
2. Adhésion AVEC Abonnement d’un an à la revue nationale « Art et poésie » : 34 €
3. Droits de concours : 8 €
4. Frais de délégation : 4 €
TOTAL  avec formule 1 + 3 + 4 = 32 €
TOTAL  avec formule 2 + 3 + 4 = 46 €

DROITS pour les jeunes de moins de 20 ans : 5 €
Tarifs couples : ajouter 8 € à la formule 1 ou 2 choisie
Droits à régler par chèque bancaire à l’ordre de Armand BEMER, à joindre à votre envoi en-dehors de l’enveloppe cachetée, en précisant quelle formule vous avez choisie et, le cas échéant, votre adresse postale personnelle si elle diffère de celle portée sur le chèque.

L’abonnement à notre revue ART & POESIE vous permet de recevoir 4 fois par an notre revue nationale (vie de l’association, infos, textes, illustrations) et d’ y faire publier vos textes.
L’adhésion vous permet d’être publié-e sur le blog de la délégation lorraine (voir adresse ci-dessus).

Le Palmarès sera proclamé à l’automne. Que les Muses vous soient propices ! Bonne chance à tous ! 

Deuxième anniversaire

anniversairedeuxime.jpg
Notre blog a deux ans !
Le 14 décembre 2008, à l’issue de la remise du Grand Prix des Poètes Lorrains et Alérion d’or, Armand Bemer, nouveau délégué régional de la SPAF, lançait l’idée de créer un site ou un blog de la délégation lorraine. J’ai saisi la balle au bond et lui ai proposé de m’en charger.
Très vite, les premiers poèmes sont arrivés et depuis, nous avons gardé la cadence d’une oeuvre par jour. Cette assiduité a très certainement contribué au succès du blog qui a très vite grimpé en popularité sur la Toile.
Aujourd’hui, exactement deux ans après sa création, le blog comptabilise 75417 visites, soit en moyenne 3142/mois ou 104/jour !!!
Il se classe 6e dans la catégorie des blogs dédiés à la poésie et à la littérature sur le site hébergeur qui en compte près de 4000 !
Nous avons publié 1090 articles (poèmes mais aussi photos, tableaux, etc.)
Les articles ont suscité 1133 commentaires (en plus des 3000 supprimés au printemps dernier).
38 poètes et artistes de la délégation lorraine sont présents sur le blog.
Nous accueillons également un poète d’une autre délégation de la SPAF, sans oublier ceux qui nous ont quittés et dont nous ne voulons pas que les oeuvres tombent dans l’oubli.
Merci à tous ceux qui contribuent à la vie du blog.

Géraldine Muller

mullergraldineportrait.jpg

Enseignante de Lettres Modernes au lycée Bichat de Lunéville, j’écris depuis très longtemps.
J’ai obtenu le 1er prix d’honneur du concours Grand Prix des Poètes Lorrains 2010

Elisabeth Weber

weber.jpg

née le 11/04/59 en Meurthe Moselle 

Domiciliée à Solgne (Moselle) 

J’ai suivi mes études à Nancy et obtenu un diplôme d’infirmière en secteur psychiatrique en déc 1981.  Passionnée par ma profession, l’aide relationnelle aux personnes, la disponibilité, l’écoute, la sensibilité, le sourire, le petit geste qui apaise la souffrance psychologique, représentent pour moi ce que je qualifierais d’essentiel dans la prise en charge des pathologies mentales. Mariée, deux enfants adultes 

Michael : cheminot à Paris Guillaume : militaire à Brest J’écris depuis mon enfance ; Ayant  participé en 1978 au concours des poètes Lorrains j’ai obtenu une première mention et suis ravie de faire partie du cercle des poètes Lorrains. 

1ère expérience au jury de la SPAF Lorraine

En accord avec Armand BEMER, j’avais l’intention  de partager à l’assemblée quelques sensations saillantes liées à ma première expérience de membre du jury de
la SPAF. Malheureusement, nous avions pris un peu trop de retard sur le programme à l’issue des quelques incidents techniques qui ont perturbé la matinée, et je profite donc des possibilités offertes par le blog pour rétablir cette occasion avant que le temps nous éloigne de cette remise des prix. 

 

Tout d’abord je voulais vous dire combien j’ai été heureux, et honoré de recevoir les manuscrits des candidats, occasion de passer les trop rares instants que je peux encore consacrer à la lecture, avec des poètes lorrains. Mais combien de fois, combien de fois de trop me suis-je arrêté dans les lectures, trébuchant sur ce que l’on nomme un « ver bancal », en m’entendant souvent dire tout haut : « quel dommage » ! 

En effet, il aurait souvent suffi d’une toute petite reprise pour que la musique coule et m’emmène naturellement au terme du voyage. Et je me suis dit « mais s’il ou si elle avait relu son texte à voix haute, sûrement  qu’il ou elle n’aurait pas laissé passer cet « accroc ». 

J’ai abandonné depuis bien longtemps ma casquette d’enseignant et je n’ai pas la prétention de professer. Mais en tant que membre du jury, je sentirais malhonnête, et même inamical de demeurer silencieux dans une forme d’indifférence.

(Pour lire la suite, cliquer sur ce fichier : 1ère expérience au jury de la SPAF Lorraine dans * DALSTEIN Gérard doc dalsteinpremireexprience.doc )

Rendu compte d’une belle journée

En ce 14 novembre 2010, le ciel s’est revêtu d‘un habit de soleil et son humeur au beau fixe augure d’une journée haute en couleurs automnales.

Dans ce climat clément et l’atmosphère chaleureuse, la SPAF Lorraine accueille ses membres pour la remise annuelle de ses prix prestigieux décernés aux lauréats de la saison :

-          le Grand Prix des Poètes Lorrains, attribué à André Martin, de Villers-les-Nancy ;

-          l’Alérion d’Or, Grand Prix des grands prix lorrains, décerné à Jean-Jacques Chiron.

Dans la salle du château au Foyer du Grand Sauvoy à Maxéville, les adhérents nombreux se sont réunis, qui pour recevoir son prix, qui d’autres pour féliciter les heureux gagnants, qui d’autres encore pour retrouver les uns, les autres et découvrir les sympathiques visages des nouveaux entrants.

A la tribune, les « personnalités » accueillent, officient et remettent  les distinctions. Sur les photos de l’album du reportage, vous reconnaîtrez, de droite à gauche: Joëlle Di Sangro, DR honoraire, Pascal Jacquemin, maire de Villers-les-Nancy, Pierre Baumann, conseiller général de Laxou, Armand Bemer, délégué régional, Jean-Claude George, président honoraire de la SPAF, Gérard Dalstein, membre du jury (avec Joëlle, Armand et Jean-Claude.) 

Les applaudissements soutenus de l’assemblée apportent une ambiance conviviale que l’instant ne veut rompre.

 Regards attardés sur les œuvres jolies dont deux artistes peintres et une photographe lorraines ont embelli la salle, pétillement des verres, propos effervescents, apéritif et repas alimentent les conversations, nourrissent l’amitié.

Mais, inexorablement, les heures s’égrènent et le jour décline à l’horizon. Pourtant, il est trop tôt pour se quitter déjà car l’essentiel reste à venir : la poésie !

 D’un même élan, le groupe se resserre et, dans l’émotion palpable de l’instant, quelques conteurs entraînent leur public au pays des mots, du chant et puis du rêve. Mais, quand ce dernier se brise car la nuit a jeté un voile sombre sur ses épaules,  chacun se sépare en s’assurant du désir sincère de se revoir bientôt, certain, toutefois, que, dans l’intervalle, il continuera à entretenir ce lien amical  et poétique au travers du blog existant.

Parfaite réussite d’une réunion essaimée de plaisirs et de rencontres alliant échange et émotion ; belle journée, en vérité, qui laisse le sentiment très fort d’appartenir au même cercle, celui des poètes lorrains en  sa qualité de « membre de la SPAF Lorraine » !

 

Nicole Métivier

Grand Prix des Poètes Lorrains et Alérion d’or 2010 (l’album)

Dimanche 14 novembre 2010 eut lieu au Grand Sauvoy de Nancy la cérémonie de la remise des prix du concours de la SPAF délégation lorraine. A peine démarré, le discours de notre Président, Armand Bémer, fut interrompu par une stridente alarme. Déconnectée, elle se remit à hurler à peine avait-il repris la parole. Y avait-il sabotage ? Voulait-on priver Armand de la libre expression ? Que neni ! Le problème était purement et horriblement technique ! Il fut enfin appeler André MARTIN, Grand Prix des Poètes Lorrains 2010.
Après avoir récompensé après lui une quarantaine de lauréats – tous n’étaient pas présents ou représentés – le nom de l’Alérion d’or, prix créé par Joëlle di Sangro en 2002 pour consacrer chaque année le Grand Prix des Grands Prix, fut enfin révélé. C’est notre ami Jean-Jacques CHIRON qui remportait le trophée. Grand Prix des Poètes Lorrains en 1999, il participait chaque année à la joute poétique que se livrent les anciens Grands Prix. Talentueux et humble, Jean-Jacques remporte ce prix pour la première fois ; le triple Alérion d’or que je suis lui souhaite de l’obtenir encore de nombreuses fois puisque, contrairement au Grand Prix des Poètes Lorrains qui ne peut être décerné qu’une fois, le détenteur du titre d’Alérion d’or peut chaque année concourir pour garder ou reconquérir son titre. Ainsi André MARTIN pourra-t-il, l’année prochaine, tenter de détrôner Jean-Jacques.
Après le verre de l’amitié, nous avons partagé le repas dans les locaux adjacents. La journée s’est poursuivie par la lecture de poèmes et des échanges autour du livre et de l’édition ; malheureusement, Monique et moi n’avons pu y participer, retenues par d’autres obligations.
Merci à Monique pour la réalisation des photos durant la cérémonie.

Isabelle Chalumeau
Administratrice du blog

Remise des Prix 2010
Album : Remise des Prix 2010
Cérémonie au Grand Savoy de la remise des Prix du Grand Prix des Poètes Lorrains et de l'Alérion d'Or
44 images
Voir l'album

Grand Prix des Poètes Lorrains et Alérion d’or 2010 (suite)

articlerllger.jpg

Grand Prix des Poètes Lorrains et Alérion d’or 2010

estrpu101114.jpg

Poète

Il n’a ni le génie, ni même le talent, 

Des géants disparus étudiés à l’école ; 

Indocile sa Muse au lointain caracole 

Et sa plume ébréchée interdit tout allant. 

 

La page vierge attend un somptueux festin 

D’alexandrins rythmés en subtile ordonnance, 

De rimes couronnant une riche assonance, 

De beaux vers envolés vers un heureux destin. 

 

Empli d’amour son cœur dit des mots oubliés ; 

Dans son jardin secret où le sonnet gambade 

S’égayent virelai, épigramme, ballade, 

Poèmes qui jamais ne seront publiés. 

 

Nourri du sang divin de poètes divers, 

Ignoré du Parnasse, incompris par le monde, 

Hors de l’humanité son esprit vagabonde 

Et son âme attendrie embrase l’Univers !

Charles BERTE, Grand Prix des Poètes Lorrains 1998 pour son recueil intitulé : « AUTREMENT DIX » 

 

A maman au Paradis

Maman, j’adresse au Paradis 

Mon cœur fervent dans ce message 

Pour toi j’essaye d’être sage 

Mais ton départ m’a trop surpris. 

 

Tout est changé à la maison : 

Papa supporte une marâtre, 

Je hais cette femme acariâtre 

Qui me maltraite sans raison. 

 

J’ai dérobé son martinet 

(J’en avais coupé les lanières 

M’insurgeant contre ses manières) 

Alors elle a tué Minet ! 

 

Triste, papa va travailler 

Et s’en revient à la nuit noire 

Je sens bien qu’il commence à boire 

Au souffle sur mon oreiller. 

 

Je pleure durant les conflits, 

Je rougis de son verbe obscène 

Et quand elle nous fait la scène 

Je vais me cacher sous les lits. 

 

Elle a cassé mon beau collier 

En me battant avant la classe, 

De colère et de guerre lasse 

Je l’ai poussée dans l’escalier. 

 

Elle s’est tuée en tombant 

Sur une marche très coupante 

J’en ai vomi dans la soupente 

Avant de m’enfuir,  titubant. 

 

A la cantine on m’appela 

Pour m’informer de la nouvelle : 

« Maman » dans sa chute mortelle 

Avait brisé la pergola ! 

 

J’ai prié à l’enterrement, 

…Pour toi seule, maman que j’aime 

Et Dieu pardonnera quand même 

Un bref instant d’égarement. 

 

Papa semble heureux, sans regret, 

Il chante, en auto, sur la route 

Parfois il est saisi d’un doute 

Et cherche à percer mon secret ! 

 

Maman je t’aime et ton petit 

Veut te rejoindre…au Paradis !

Charles BERTE, Grand Prix des Poètes Lorrains 1998 pour son recueil intitulé : « AUTREMENT DIX » 

 

Lettre de Gérard Dalstein

Je n’ai pas déserté le blog, mais avec octobre, la pression sur différents axes est repartie, et les réflexions qui sont nées entre nous cet été, et surtout les réactions qu’elles suscitent, même si elles demeurent encore au niveau d’un petit nombre, permettent de voir un petit bout de chemin parcouru dans la direction de ce que je pense que la plupart d’entre nous souhaitent. Un blog vivant, engagé dans une véritable recherche des voies sincères d’une poésie qui ne sacrifie pas le fond à la forme mais respecte en même temps l’enseignement de la forme comme un enseignement magistral dans lequel l’élève peut et souvent doit, en fonction de ses dons propres, dépasser le maître. 


Je suis à peine parvenu au terme des commentaires sur le texte de Joëlle, « Lorraine blanche » que je m’aperçois du nombre de ceux qui concernent maintenant « brouillard givrant ». 

 

Je m’arrête pour aujourd’hui à la somme des premiers pour en tirer quelques enseignements, et surtout des pistes de travail. 

Je retiens le commentaire de Joëlle (commentaire 16 du 4 octobre) qui fait écho à un projet dont j’avais déjà dit quelques mots à Isabelle pour critiquer l’un de mes propres textes. C’est pour un peu plus tard à propos d’un thème sur les fameuses poésies que l’on dit « libres ». 

 

Pour l’heure, et pour ma part je jouerai le jeu en soumettant, à l’inverse de ce qui se fait naturellement, des poèmes que je n’ai pas retenus, des poèmes inachevés, (mais que j’achèverai peut-être un jour s’il me vient non point une possible correction, elle serait peut-être là, mais la pièce manquante du puzzle). 

 

J’appuie donc la proposition de Joëlle, et on y va ! 

 

Pour les exploitations, chacun sa sensibilité bien entendu, et si par exemple Joëlle aide les personnes en leur proposant des solutions techniques, je suis pour ma part incapable de le faire même si la plume me démange, étant plus particulièrement attiré par une pédagogie générale dans laquelle l’auteur va trouver sa réponse à partir de questionnements, d’exemples, d’échanges, de réflexions. 

Et les deux attitudes sont parfaitement complémentaires, car toutes les personnes n’ont pas les mêmes besoins pour avancer. Et combine y a-t-il de sensibilités complémentaires ? Nous sommes riches et l’ignorons trop souvent. Je pense par exemple à Claudio avec son développement sur l’évolution phonétique de la langue et de ses inévitables répercussions sur les règles de prosodie. Nous en reparlerons à partir d’exemples de poésies. 

 

Ah qu’il est difficile de ne pas confondre progrès et modernité ! L’un qui fait avancer dans la logique de vie de l’adaptation, l’autre qui aveugle et  occulte l’avenir dans une sensation de suffisance ! 

 

Cultivons nos jardins, échangeons nos fruits et nos expériences. 

 

Pour ma part, j’élude déjà la réalité de la prosodie en tant que telle. Si on ne veut pas se plier à son école, alors on écrit en prose, et la prose poétique n’a rien de à envier en son genre à la poésie. Il faut choisir, et demeurer cohérent avec son choix. 

 

Il ne suffit pas d’aller à la ligne tous les trois mots pour construire un poème. 

 

Si en revanche, on choisit l’école formatrice de la prosodie, la respecter n’est pas non plus en faire son maître, mais son outil. 

 

J’oserai parler de « l’âme » d’une poésie, qui échappe à toute analyse discursive. Changez un mot, fut-il meilleur au niveau de la prosodie, et l’or peut du coup se changer en plomb. Et c’est l’une des raisons qui me rend prudent quant aux possibilités de correction. Alors il faut un dialogue de fond entre auteur et lecteur. Et c’est une question d’affinités et de capacité de liberté intérieure, car s’il manque l’un, on risque de manquer tout. 

 

J’ai pourtant connu une exception dans une amitié exceptionnelle, avec un ami malheureusement disparu tragiquement dans les quelques années qui nous ont séparé de nos grands prix respectifs des poètes lorrains. Nous avions vingt ans. Je lui avais « filé » le virus de la poésie et lui  du dessin et de la peinture. Et nous pouvions échanger des heures et des heures à bâtons rompus sur le contenu de nos poèmes jusqu’à presque nous retrouver dans la pensée profonde qui animait le texte de l’autre. Je n’ai jamais connu depuis une telle expérience, et c’est pourquoi je peux mesurer l’écart entre les échanges au niveau des réflexions, qui sont à notre portée et qui font vraiment progresser, et la possibilité d’entrer vraiment dans l’élan poétique profond de l’autre. Cela, c’est vraiment à chacun de le sentir. 

 

Nous sommes dans un art qui demande beaucoup, avec un chemin au bord duquel nous ne pouvons jamais nous asseoir trop longtemps, juste le temps d’une satisfaction passagère, éphémère. Et pourtant, dans notre vie intérieure, il peut nous porter si loin, si loin ! 

 

Voilà l’essentiel de ce que j’ai pu ressentir à travers les échanges assez nombreux de ces derniers temps, et j’avais envie de ne pas encore reléguer « aux archives » tout un potentiel de vie qui semble prometteur. 

 

Pour l’exploitation de cette richesse, nous avons déjà de la matière, une proposition de Joëlle qui peut faire son chemin et ensuite…on verra. 

 

Bien à chacune et chacun en poésie 

 

GD 

Palmarès Grand Prix des Poètes Lorrains 2010

GRAND PRIX DES POETES LORRAINS 2010 :
André MARTIN ; 54 Villers-les-Nancy 

 

PRIX D’HONNEUR AVEC MENTION SPECIALE DU JURY :
Guy WEISSE ; 57 Fonteny

PRIX D’HONNEUR :
Géraldine MULLER ; 54 Nancy – Dr Serge SANTERRE ; 73 Jacob Bellecombette
Jean-Joseph CARL; 57 Guerting  - Jean HAVEL ; 57 Diffembach-les-Hellimer
Pierre SIMON ; 54 Giriviller – Jeanne HILAIRE ; 88 Golbey – Pascal LEFEVRE ; 57 Sarrebourg

DIPLOMES D’HONNEUR :
Marie Agnés PORCHEROT ; 54 Nancy – Georges WEYMESKIRCH ; 54 Malleloy
Dominique POIROT-GOURY ; 54 Villers-les-Nancy
Sébatien BONMARCHAND; 54 Pont-à-Mousson
Marie-France GENEVRE ; 57 Rurange-les-Thionville
Annette KICHENBRAND ; 57 Yutz – Patrick DE BROUSSE; 54 Champigneulles
Pierre FOUSSE ; 54 Champigneulles – Paule MAHYER ; 54 Nancy
Noëlle LAURENT ; 88 Epinal – Rose-Andrée ARBER ;  88 EPINAL
Patricia AUGUSTIN ; 57 Roth

MENTION « TRES HONORABLE :
Alain BONTEMPS ; 54 Conflans-en-Jarnisy
Geneviève GODEFROY ; 88 Circourt-sur-Mouzon – Josette HOUILLON ; 57 Marly
Guy LEBLAY ; 54 Vandoeuvre-les-Nancy – Alexandre KOSTOVSKI ; 54 Nancy
Christelle VINCENT ; 67 Strasbourg – Maité PETIT ; 57 Montigny-les-Metz
Jean-Luc LECHEVIN ; 88 Vittel

MENTION « HONORABLE :
Sonia SPAETER ; 57 Metz – Katy LOBY ; 54 Gondreville – Sonia BARON ; 56 Caudan
Maryline THOUVENIN ; 88 Coussey – Annick FORT ; 57 Metz
Yves CONSEIL ; 57 Lorry-Mardigny

PRIX ARTHUR RIMBAUD
(JEUNES DE MOINS DE 20 ANS) : Non attribué

MENTION « TRES HONORABLE : Marie JUND ; 57 Saulny

ALERION D’OR
Sera révélé sur place 

Georges Weymeskirch

Un peu plus de deux ans ont passé depuis que j’ai quitté l’industrie automobile et le dessin technique pour de nouveaux desseins. 

Enfant du baby-boom, BOUM ! , me voilà déjà dans les rangs du papy-boom. 

Et SPAF ! , j’ai fait connaissance avec les poètes lorrains en 2008, à l’occasion mon premier concours. 

Depuis mes plus tendres années j’aime conjointement la poésie, la peinture (moins celle au rouleau) et la musique qui en mon cœur sont trois sœurs. 

Ma guitare et mon pinceau, hélas m’ont délaissé; alors j’ai demandé à mon ami Pierrot de me prêter sa plume pour vous écrire des mots, teintés d’une note de gaieté.   

Toujours il y aura

Toujours il y aura

des découvreurs d’étoiles

Sur la mer il y aura

toujours au loin … une voile

Sur la plage il y aura

toujours des châteaux de sable

que la vague emportera

dans ses griffes impalpables

Toujours sur quelque chemin

brillera un coin  de ciel

dans les flaques du matin

quelquefois un arc-en-ciel

**

Même si mourait l’oiseau

dans la cage de la nuit

il renaîtrait aussi beau

dans les rêves éblouis

**

C’est vrai tant qu’il y aura

des hommes restés enfants

rien vraiment ne se perdra

le temps renaîtra du temps

** ** **

Élie Viné

Ėlie VINĖ (22 mai 1922- 22 décembre 2005)
(Prix de l’humour poétique en 1977 – Grand Prix des Poètes Lorrains en 1978 – Lyre d’Argent en 1979 – Le prix Voltaire au Cercle Littéraire de Graffigny en 2004 – L’Alérion d’or en 2004) 

Chacun a besoin

L’oiseau a besoin de ciels

l’horizon, de mélancolie.

Chacun de nous lance un appel

pour se délivrer de la nuit.

Chacun parie sur le soleil …

Le ciel a besoin d’oiseaux

la musique de la lumière …

Chacun de nous veut vivre haut

se désenliser des ornières

Chacun voudrait que tout fût beau …

Et l’oiseau a besoin d’ivresse

et notre cœur de tant d’amour !

Chacun a besoin de tendresse

aujourd’hui … encore … et toujours

d’une voix murmurant sans cesse …

Ėlie VINĖ (22 mai 1922- 22 décembre 2005)
(Prix de l’humour poétique en 1977 – Grand Prix des Poètes Lorrains en 1978 – Lyre d’Argent en 1979 – Le prix Voltaire au Cercle Littéraire de Graffigny en 2004 – L’Alérion d’or en 2004) 

Soirée au profit des « enfants d’Haïti »

soiretract.jpg
 » Vendredi 4 juin à 20 heures, dans la salle de la mairie de Verny (57420)  

Récital de poésies avec accompagnement musical 

au profit des « Enfants d’Haïti » 

Soirée animée par un groupe de poètes lorrains adhérents de la SPAF et / ou  de l’APAC  

(Simone Dézavelle – Josette Houillon – Maïté Petit – Bernard Appel – Armand Bémer et Pierre Vincent),  

les responsables de l’école de musique de Verny et les enfants du périscolaire. 

Cette manifestation est organisée (à l’initiative de P.Vincent) par le CCAS de Verny et de la Protection Civile  

avec le concours de l’UNICEF . 

Entrée libre ! »

Marie-Thérèse Porcherot

mariethrseporcherot.jpg
Marie Thérèse Porcherot  (née Hanriat)
-20 février 1913- 13 février 2008- 
Poète depuis sa plus tendre enfance, maintes fois primée à la S.P.A.F. Marie Thérèse fut pendant plusieurs années « Déléguée des Poètes Lorrains » à Nancy.
Dans une des salles de l’Excelsior à NANCY, elle organisait des réunions poétiques qu’elle animait avec beaucoup de cœur et de convivialité. Chaque participant était invité à réciter des poèmes de sa composition, ou à interpréter un chant ou un morceau de musique de son choix.
Les poèmes qu’elle composait, abordaient plusieurs thèmes : amour, spiritualité, humour, chansons pour enfants ou comptines.
Elle fit d’ailleurs des récitals poétiques dans les écoles  pour les enfants des classes de CM1-CM2. Elle y remportait toujours un franc succès, répondant avec bienveillance aux questions de ses petits auditeurs et écoutant les poèmes qu’eux-mêmes  avaient composés. Ce furent de beaux et bons échanges !
Poussée par son amour des autres  et son sens du partage, elle aimait  faire ce qu’elle appelait « des récitals » en tous lieux – parc, lieux d’exposition, restaurants,  avec un rare sens de l’humain ! Elle fut toujours très bien accueillie, car son seul souci était de faire plaisir et de redonner le sourire à ceux qui croisaient sa route.
Elle serait heureuse de savoir que ses poèmes continuent à vivre et à voyager. La voici donc qui rejoint le Blog de la S.P.A.F. 

Maroc

Aride immensité dont les buissons épars
Souffrent au vent brûlant et hurlant dans les brèches
Des torrents disparus le long des pentes rêches;
O pays marocain, ardé de toutes parts.
J’ai connu Marrakech aux farouches remparts,
Le marché d’Inezgane et ses tas d’herbes sèches,
Le doux trottinement des branlantes calèches,
Et les voiles masquant de lumineux regards.

Dans les souks imbibés de remugles sordides,
Indifférents à tout vont les ânes candides,
Silencieux martyrs à l’œil plein de mépris.

Parfois, près d’un chemin que le soleil crevasse,
Assis sous l’arganier aux rameaux rabougris,
Quelque vieux paysan, les yeux fermés, rêvasse… 

Paul GEIGER , Grand Prix des Poètes Lorrains 1991 pour son recueil intitulé : «  Gratis pro Deo » 

Soirée Poésie « Courcelles – Poési-elles »

La MJC organise une soirée de lectures poétiques le vendredi  5 février à 20 h 30 dans la salle communale. Cette soirée s’inscrit dans le cadre du Printemps des Poètes qui a cette année pour thème « Couleurs femmes ». C’est donc autour de cette thématique que seront proposés des textes par des poètes lorrains appartenant à la Société des Poètes et Atistes de France ainsi  qu’à L’Association Plumes A Connaître : Simone Dezavelle, Maité Petit, Geneviève Kormann, Bernard Appel,  Pierre Vincent et Armand Bemer.  Ces auteurs avaient eu l’occasion de s’exprimer lors d’une soirée Piano-Poésie en juin dernier.
Afin de permettre une plus grande interactivité, le public est invité à apporter ses propres textes, empruntés à des auteurs ou écrits personnellement, afin de lire ou faire lire leurs textes préférés pour célébrer la femme ou déclarer leur flamme à leur belle.
Entrée libre et gratuite. 

Le chemin

Qu’avez-vous à déclarer ?
Le vieillard dit : « Mon Passé ! »
L’enfant dit : « Moi, je n’ai rien …
ah ! si … mon tout petit chien ! » 

« Que caches-tu dans tes poches ? »
« Mes rêves Monsieur l’Agent … »
« Et ici dans ta sacoche ? »
« Tout l’amour de mes parents ! … » 

« Peux passer ! » dit l’Avenir
-c’est un douanier curieux
ambigu est son sourire …
son regard … mystérieux- 

L’enfant n’est pas rassuré
en franchissant la barrière …
Il sent qu’il va cheminer
un sentier rongé d’ornières 

Mais son petit chien le tire
en avant et dans ses poches
il entend ses rêves rire
et puis ses parents tout proches

lui murmurent : « Aie confiance !  
ce chemin nous l’avons fait .
Songe à nous dans ta partance …
Ta vie est à inventer… » 

Ėlie VINĖ (22 mai 1922- 22 décembre 2005)
(Prix de l’humour poétique en 1977 – Grand Prix des Poètes Lorrains en 1978 – Lyre d’Argent en 1979 – Le prix Voltaire au Cercle Littéraire de Graffigny en 2004 – L’Alérion d’or en 2004) 

Elie Viné

22 mai 1922- 22 décembre 2005 

Conseiller d’Administration Universitaire il a toujours considéré que l’activité poétique était un excellent contrepoison aux toxines de la vie moderne.
Attiré par le théâtre –grand admirateur de Gérard Philipe, de Jean Louis Barrault, de Louis Jouvet …- il a créé deux troupes de théâtre amateur :
« Les deux masques » à Thionville en 1952
« Le Tuba » à Arcachon en 1958.

- Prix de l’humour poétique en 1977.
- Grand Prix des Poètes Lorrains en 1978.
- Lyre d’Argent en 1979.
- Le prix Voltaire au Cercle Littéraire de Graffigny en 2004.
- L’Alérion d’or en 2004.

Œuvres éditées :
Participation à la « Nouvelle Anthologie des Poètes d’expression française (Collection Les Paragraphes littéraires de France) et à « L’écharpe d’Iris » Les plus beaux poèmes du Grand Prix de poésie pour la jeunesse. Hachette 1990.
souvenirselievinmaev.jpg

Prix des Poètes lorrains 2010 : règlement

Le PRIX DES POETES LORRAINS 2010 est ouvert. Il sera clos le 30 avril prochain. Les auteurs enverront 5 textes maximum. Tous les genres sont acceptés.
Les textes devront être de préférence dactylographiés et non manuscrits. Pour préserver l’anonymat, ils seront signés d’une courte devise (proverbe, maxime…) reproduite sur chaque page. Cette devise sera reproduite sur une enveloppe cachetée contenant pour chaque auteur : nom, prénom, adresse, numéro de tél., courriel, ainsi que l’âge pour les candidats de moins de 20 ans. Ces derniers joindront aussi une photocopie d’une pièce d’identité attestant de leur âge.
= Le GRAND PRIX DES POETES LORRAINS sera attribué au premier poète lorrain du concours (sous réserve de qualité suffisante). Le lauréat se verra offrir l’édition de son recueil. Les autres lauréats recevront médailles, diplômes ou récompenses.
= Le PRIX ARTHUR RIMBAUD récompensera le meilleur auteur de moins de 20 ans (sous réserve de qualité suffisante). Pour ces jeunes auteurs, les frais de participation totaux sont réduits à 5 €.
= L’ALERION D’OR récompensera le meilleur poète titulaire du GRAND PRIX DES POETES LORRAINS.
Les manuscrits devront être envoyés par courrier non recommandé, suffisamment affranchi, à l’adresse ci-dessus (mentionner « Concours SPAF ») et ne seront pas renvoyés.
Les décisions du Jury sont sans appel.
DROITS 2010 : vous devez choisir entre la formule 1 et la formule 2, puis lui rajouter 3 et 4
- 1. Adhésion à la SPAF nationale (obligatoire)                                                                   20 €
- 2. Adhésion AVEC Abonnement d’un an à la revue nationale « Art et Poésie »               34 €
- 3. Droits de concours                                                                                                          8 €
- 4. Frais de délégation                                                                                              ______4 €
                                               TOTAL  avec formule 1 + 3 + 4 =   32 €
                                               TOTAL  avec formule 2 + 3 + 4 =   46 €
DROITS pour les jeunes de moins de 20 ans : 5 €
Tarifs couples : ajouter 8 € à la formule 1 ou 2 choisie
L’abonnement à notre revue ART & POESIE vous permet de recevoir 4 fois par an notre revue nationale (vie de l’association, infos, textes, illustrations) et d’ y faire publier vos textes.
Droits à régler par chèque bancaire à l’ordre de Armand BEMER, à joindre à votre envoi, en précisant quelle formule vous avez choisie et, si nécessaire, votre adresse postale personnelle.
Le Palmarès sera proclamé au courant du dernier trimestre de l’année. Que les Muses vous soient propices ! Bonne chance à toutes et à tous ! 

(la largeur du blog ne se prêtant pas forcément à un copier-coller avec mise en forme à l’identique…, vous pouvez obtenir le règlement au format .doc en cliquant sur le lien ci-dessous, sachant qu’il vous sera envoyé prochainement par courrier postal. IC)
Prix des Poètes lorrains 2010 : règlement dans Divers doc spafrglement2010.doc

Départ d’un ami poète messin

Triste nouvelle que nous apprend le RL de ce matin 16 décembre 2009 : 

le décès de Kléber DROUHIN, grande figure de la poésie lorraine et messine.
Outre ses nombreuses actions en faveur de la poésie, j’ai le souvenir de la remise des prix 1997 à Marly où Serge LAURENT avait obtenu le Grand Prix des Poètes Lorrains (voir coupure de presse jointe).
A cette occasion, Jean-Claude GEORGE, président national de la SPAF, avait remis un diplôme de reconnaissance à Kléber Drouhin. L’article mentionne ausssi Madeleine GRISELIN et sa mère Thérèse que j’ai évoquées l’autre jour à Nancy. D’autres ami-e-s se reconnaîtront sur la photo et dans l’article… 12 ans déjà…

Armand BEMER, délégué régional

Le silence de l’autre

A travers la persienne un rayon indiscret
De la lune amandine éclaire un tapis rose,
Et le grand lit douillet, où le couple repose,
Sous un crucifix d’or, paré d’un chapelet, 

La femme aux cheveux gris rajuste un blanc bonnet
Et conte à son mari l’après midi morose,
Au soleil impavide où, malgré son arthrose,
Elle a sarclé, suant, au fond du jardinet. 

Epanchant son humeur, fatiguée et surprise
Elle attend son «  bonsoir » qui toujours sécurise
Mais rien ne lui parvient de l’époux qui s’endort. 

Loin du corps silencieux, gisant près de sa dame,
Pour une éternité où pérégrine l’âme
Le pauvre vieux s’en va, dans les bras de la Mort.

Charles BERTE, Grand Prix des Poètes Lorrains 1998 pour son recueil intitulé : « AUTREMENT DIX » 

 

Premier anniversaire

anniversaire2.jpg
Notre blog a un an !
Il y  a exactement un an, lors de la remise du Grand Prix des Poètes Lorrains et Alérion d’or 2008, Armand Bemer, nouveau délégué régional de la SPAF, lançait l’idée de créer un site ou un blog de la délégation lorraine. Je lui avais proposé de me confier la tâche.
Le soir même, je lui soumettais l’ébauche qui se concrétisa rapidement. Puis les poèmes arrivèrent très vite après le premier appel.
De nature optimiste, j’avais prédit à Armand dix mille visites pour la prochaine remise des prix. Je l’avais senti très sceptique…
Aujourd’hui, exactement un an après sa création, le blog comptabilise 18801 visites, soit en moyenne 1566/mois ou 51/jour !!!
Il se classe 10e dans la catégorie des blogs dédiés à la poésie et à la littérature qui en compte… 2815 !
Nous avons publié 513 articles (poèmes mais aussi photos, tableaux, etc.)
Les articles ont suscité 1165 commentaires !
29 poètes et artistes de la délégation lorraine sont présents sur le blog.
Nous accueillons également un poète d’une autre délégation de la SPAF, sans oublier ceux qui nous ont quittés et dont nous ne voulons pas que les oeuvres tombent dans l’oubli.
Merci à tous : si le blog a autant de succès, c’est grâce à vous.

Carine Barthel

barthel.jpg
34 ans, de Freistroff en Moselle, Grand Prix des Poètes Lorrains 2009. Elle suit actuellement une formation en horticulture. Admiratrice de Mallarmé et Rimbaud, Carine écrit depuis l’âge de douze ans. Elle puise l’inspiration dans les peines qu’elle voit autour d’elle et dans le monde.

Grand Prix des Poètes Lorrains et Alérion d’or (suite)

Quelques photos, réalisées par Franco di Sangro, complémentaires à l’album déjà en ligne.

Remise des Prix 2009 (suite)
Album : Remise des Prix 2009 (suite)
Photos réalisées par Franco di Sangro
4 images
Voir l'album

1234



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse