Archive pour la Catégorie '*08 – la tristesse'

Triolet

Tombe la triste pluie d’Automne 

Sur les champs rouges endormis. 

Je suis mouillé et je frissonne, 

Tombe la triste pluie d’Automne. 

Ce soir une amie m’abandonne, 

J’en meurs car je n’ai plus d’amis, 

Tombe la triste pluie d’Automne 

Sur les champs rouges endormis.

Jean-Pierre RECOUVREUR Grand Prix des Poètes Lorrains 1979 recouvreur.jpg

Déserts de givre

                                               Il est si triste son sourire 

                                                           quand, laborieux, il se déplie 

                                                                       au liseré de sa paupière, 

                                   si triste quand il bat de l’aile 

                                                           sur les glacis de son attente… 

 

                                               Elle est si pâle sa joue, 

                                                           comme une page blanche 

                                                                       au creux des mois d’hiver, 

                                   si pâle quand elle parchemine 

                                                           à la dérive de ses cils… 

 

                                               Elle est si lasse sa parole 

                                                           quand elle ne dit de la détresse 

                                                                       que les mots de tous les jours, 

                                   si lasse quand elle fait silence 

                                                           dans la musique de sa phrase… 

 

                                               Il est si mince son espoir, 

                                                           comme un oiseau tremblant 

                                                                       qui fouille dans la neige, 

                                   si mince quand il s’esquive, rare, 

                                                           aux commissures de son sourire… 

 

                                                                                  Il est si triste son sourire… 

 

                                                           …et je suis là, 

                                                                       je bats de l’aile, 

                                                                                  au creux des mois d’hiver, 

                                                                                  à la dérive de ses cils… 

                                                           et je voudrais, 

                                                                       avec des mots de tous les jours, 

                                                                                              n’esquisser que du silence 

                                                                                  pour tant de pages blanches, 

                                                                                              ne jouer que musique tendre 

                                                                                  sur les glacis de son attente, 

                                                                                              ne souffler que douce brise 

                                                                                  en ses déserts de givre… 

 

                                                           …mais il est si triste son sourire… 

Tristesse d’automne

                            Au fond de la forêt cuivrée et mordorée, 

                                   Près d’une clairière, dort au soleil, un étang ; 

                                   Seule quelque brise l’éveille clapotant. 

                                   L’aube s’y reflète dans sa chaste clarté. 

 

                                   Et, au long des sentes, les matins bigarrés 

                                   Se trainent en longueur sous des cieux nonchalants 

                                   Jusqu’au précieux zénith, qui les rend plus brillants. 

                                   L’après midi grisé, se plaint du vent glacé. 

 

                                   Rousse de lumière, la plaine frémissante 

                                   Etend sa tristesse charmante et frissonnante, 

                                   En caresse et tendresse au bas des blancs coteaux. 

 

                                   L’horizon maintenant se couvre de nuées 

                                   Et le soleil pâle tombe presqu’aussitôt ; 

                                   Le paysage fuit dans l’ombre parfumée. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso (délégation lyonnaise) 

Lettre à la terre

A ma grand-mère tant regrettée 

 

 

 

J’aurai voulu t’écrire, 

Ces paysages immenses, 

Ces couleurs ocre denses, 

Une lettre pour dire, 

Mes émotions intenses 

Tu aurais pu me lire, 

 

J’aurai voulu t’écrire, 

Ces villages berbères, 

La pauvreté des mères, 

Un petit mot pour dire 

Mes visions éphémères, 

Tu aurais pu les lire. 

 

 

 

Tunis, El Jem, Monastir, 

  Un pays de prière, 

    Nuance  passagère, 

      Impossible de dire, 

        Sans maison, ma grand-mère. 

          Ici, ailleurs, t’écrire, 

            Et l’adresse c’est la terre. 

 

Triste combat (poème quiz)

Pour des valeurs d’antan qu’ils gardent avec mal
Des braves en cuirasse affrontent les soldats
Ils progressent sans peur, soulevés par leur foi
Face à face sanglant d’un combat inégal.

Et l’assaut est lancé, sabre au clair ils avancent
Qui en selle, d’autres, à la main une lance
Un bouclier modeste affine la confiance
De ses êtres vaillants, prêts à mourir d’avance.

Ils heurtent la salve du bataillon qui cible.
Avec des arcs et flèches, résistent comme ils peuvent
Devant les rafales des mitrailleuses neuves
Pour défendre leurs droits, leur honneur invincible.

Canons du dernier cri et fierté séculaire.
« Cessez-le feu » ordonne un sergent tout en larmes
Il s’agenouille en pleurs, « faites cesser les armes ».
Vaincus les tout derniers sur le champ vont se taire.

Victoire sans péril, ce soir, sous la mitraille
Le Japon a renié ses héros légendaires,
L’honneur d’une caste d’hommes si téméraires.
Sans gloire ils ont vaincu le dernier Samouraï.

(Qu’évoque pour vous ce poème ?)

Ce poème est ouvert à commentaires (je sais, les rimes au début ne respectent pas l’alternance… j’ai pas trouvé) 

Vagues de tristesse

Me surprennent ces vagues de tristesse,
À mesure que passent les saisons,
Pareilles aux nuées que je vois,
Sordides,
Sorties de ces cheminées gigantesques
Qui les vomissent au ciel bas
Et bâtissent l’horizon ras.

Je voudrais, dans la plaine, créer le vent,
Le diriger vers l’Orient,
Qu’il frôle les herbes allongées des steppes
Jusqu’au Pacifique,
Le faire chanter,
Le vent,
Pour dissiper ces nuages tenaces,
Pour les pousser là-bas,
Sur l’océan mirifique, là-bas,
Et purifier ici l’espace en un instant…

Mais non.
Je ris d’un rire insensé,
Je joue à dormir dans la terre déjà,
À partir sur la mer de mystère
Sans lumières
Et sans lune.
Mais où sont les averses des printemps,
Les tourbillons où je me suis égaré ?
Ah ! je ris d’un rire insensé,
Voyant ces vagues de tristesse
Autour de moi qui s’empressent. 

Comme un sanglot de violoncelle

Triste est la vie 

Comme un sanglot de violoncelle 

Gris est l’ennui 

Comme l’ondée qui ruisselle 

Sur tes cheveux 

Et sur tes mains. 

 

Tu pleures, silencieux 

Sur ton Amour éteint 

Et tes pensées arpègent 

Les notes de ta peine 

Voici le long cortège 

Que ton esprit déchaîne 

De désirs assassins. 

 

Triste est la vie 

Comme un sanglot de violoncelle 

Triste est ta chanson 

Que la pluie te rappelle 

Long est l’ennui 

Comme un souffle immortel 

Dénué de raison 

Comme un délire sans fin. 

Les larmes de la tristesse

Une larme glisse sur la joue… 

joug de la tristesse 

qui reglisse, aussitôt, d’une autre larme : 

parce qu’on ne peut que la détresse, 

parce qu’on ne sait à quoi elle joue, 

parce qu’elle désarme. 

 

Les larmes glissent sur les joues, 

elles prennent dans l’orgie que l’on pleure, 

la force qui nous faisait la guerre 

et à force de couler 

nous laissent la force d’être apaisé. 

 

Les larmes gagnent la rive de la douceur : 

elles viennent de la rivière que l’on a meurtrie 

et libèrent, 

qui sécheront au soleil de tout ce qui nous passera… 

les paillettes salines des sels de la vie. 

Triste ou réjouissant février ?

Pourquoi donc la tristesse viendrait en février
Alors que c’est le mois le plus carnavalesque
Qui soit, tant à Venise avec son arabesque
Qu’à Nice ou à Rio tout heureux de briller ?

Ainsi, je peux plonger, dedans mon encrier,
Ma plume rêvassant d’une si belle fresque
Du renouveau brisant, pour un temps, le grotesque
D’une Société s’empêchant de crier…

Autrement, l’on verrait, en effet, la police
Réprimer sans merci les cris pour que se lisse
Le calme citoyen voulu des Gouvernants !

Doit-on se réjouir de tous ces jours fébriles
Qui servent de soupape aux gens trop hivernants
Surtout lorsque l’année apparaît bissextile ?

Singulière

Ce matin 

je me réveille 

abandonnée 

 

La certitude d’être aimée 

m’a quittée 

en une seule nuit 

 

Mais un autre souffle 

adoucit 

mon carême 

 

J’ose 

nommer toute chose 

par moi-même 

Tristes pensées

L’angoisse passée, j’avais pris la plume.
Pensive, mais l’esprit dans la brume,
Je voulais dire, parler,
Mettre à jour mes pensées.

Mais le coeur écorché
Voilà que j’avais effleuré
La douceur, la bonté
De ma mère douce et passionnée.

Frêle créature, si droite dans ce chemin
Qu’elle m’avait tracé comme une ligne de la main
Je retrouvais en elle, l’ultime passion
Passion sublime, l’amour des enfants.

Et la gorge serrée
Des larmes comme de la rosée
Qui perlaient sur mon visage râpé
Râpé par le froid et les grandes gelées.

La tendresse que j’avais soudain ressentie
N’était autre que l’amour enfui,
Car je l’ai perdue. Adieu mère chérie.
Je t’aime. Attends-moi au paradis.

La loi de la nature

La neige tombe, les frimas sont de retour. La nature est comme recueillie et pour animer le silence, nous jetons des graines tout autour de la maison et sur le « balcon » d’une petite maisonnette en bois prévue à cet effet, recevant ainsi la visite de tout un monde ailé, sautillant et voletant tout près de nous. 

 

Les merles ne nous craignent même plus et viennent nous narguer, tout près, si près, ne bougeant pas, même lorsqu’ils nous voient évoluer tout contre les portes fenêtres et peu à peu tout un petit monde de mésanges, de moineaux bien sur de rouges-gorges, un couple de tourterelles et même quelques geais ont fait leur apparition. 

Quelques pies et deux ou trois corbeaux montent la garde alentour et viennent de temps en temps semer la terreur, mais pour peu de temps. 

Notre grand plaisir est, à tout moment, de pouvoir jeter un coup d’œil et les voir s’ébattre et picorer et c’était bien ce à quoi je m’employais en ce début d’après midi en rangeant, dans ma cuisine, les achats que je venais de rapporter. 

 

Mon attention fut attirée par un oiseau qui, presque de dos, picorait avec ardeur et que je n’avais encore jamais vu. Pas très gros, mais tout de même de la taille d’un beau geai, bien que son plumage ne ressemble en rien à celui de cet oiseau. 

 

Intriguée, j’ai appelé mon mati pour qu’il admire ce spécimen puis j’ai continué mon rangement pour, quelques instants après l’entendre me dire : 

 

—Tu as vu ce qu’il fait, ton oiseau ?   Et  devant ma réponse négative : 

—Il est en train de massacrer une mésange ! 

 

Je me suis précipitée derrière la vitre pour…voir les derniers soubresauts de la petite victime que le jeune rapace, (j’avais compris), venait d’achever à coups de becs. 

 

Et mon mari restait là, fasciné par le spectacle !… 

 

—Comment peux-tu regarder cela ? puis , tout aussitôt : 

—Il faut le chasser ! et mon mari, l’esprit pratique de me répondre ! 

—Non, il vaut mieux le laisser tout «  nettoyer » ! 

 

Le «  nettoyage » dura bien trois quart d’heure…avec un acharnement qui n’avait sans doute d’égal que la faim du prédateur…et j’étais pour ma part allée me réfugier à l’autre bout de la maison, ne revenant prés de cette fenêtre qu’après que mon mari, ayant fermé les volets soit venu me dire : 

 

—J’ai donné un coup de balais ! c’ était mieux de faire ainsi , il ne restait que quelques plumes ! 

 

(Je ne regarde plus les oiseaux ces jours-ci, bien que mon mari continue à leurs jeter des graines. L’oiseau n’est plus revenu, (du moins pour l’instant) mais j’en veux moins aux chats des voisins qui viennent roder près des buissons, assouvissant là leur instinct !) 

Tristesse

tristesse0jofa.jpg

Le thème du mois : la tristesse

A la veille du 1er février, j’ai le plaisir d’introduire le nouveau thème avec un dessin de notre amie Nathalie Jofa.
J’espère que cette oeuvre sera un moteur pour tous les peintres et poètes de la SPAF Lorraine qui participent à l’animation de ce blog.




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse