Archive pour la Catégorie '*25 – la chanson'

La chanson

Troubles de l’âme
Epurée de flammes
Notes abstraites
Sur un lit de mots
Elle dicte les maux
Comme un éclair
Traverse le cœur.

Flots de la mer
Berçant l’univers
Notes concrètes
Elle écrit les paroles
Sur une harpe de notes
Comme une lueur
Traverse l’air.

Voie des sens
Dérivée d’essence
Du mal et du bien
Sur une corde de liens
Elle tisse une mélodie
Comme un arc-en-ciel
S’estompe à tire-d’aile.

Chansons de rime

(cliquer sur la petite flèche noire dans le rectangle orange pour écouter).

Alors que d’aucuns écriraient « Chanson de Rimes », j’ai intentionnellement mis « Chansons » au pluriel et « Rime » au singulier….

Mes chansons sont construites sur « la Rime » et j’ai l’amour de la rime simple et jolie…. Enfin, que je trouve jolie, tout est subjectif….

Dans « Chanson de Rimes »,, je rends hommage à ces « Grands de la Chanson» sans qui les petits « Artisans Paroliers », dont je fais partie, n’existeraient pas…. ….

Et plus le vers est court et plus la rime revient vite, avec ses exigences….

CHANSONS DE RIME

Le moindre travers
Quand j’écris mes vers
C’est bien sûr la rime
Sur qui je m’arrime
Le moindre des maux
C’est bien sûr les mots
Et qu’ils se ressemblent
Pour chanter ensemble

Car dans les chansons
Que de mal-façons
Faux semblants de rimes
Qui trop me dépriment
Et les bouts-rimés
Sont bien élimés
La prédominance
Est à l’assonance
J’y recherche en vain
Les bons écrivains
Tous les grands artistes
Ont quitté la piste
Et Léo Ferré
A déjà tiré
Oui, sa révérence
La désespérance
Et Charles Trenet
Vient de fredonner
L’ultime romance
Quelle perte immense

Le moindre travers
Quand j’écris mes vers
C’est bien sûr la rime
Sur qui je m’arrime
Le moindre des maux
C’est bien sûr les mots
Et qu’ils se ressemblent
Pour chanter ensemble

Ils ont disparu
Nos chanteurs des rues
Mais leurs ritournelles
Seront éternelles
Leurs jolis refrains
Leurs justes quatrains
De bonne facture
C’est leur signature
À chaque détour
J’attends leur retour
Sonne boute-selle
De Sète ou Bruxelles
Et que des faubourgs
Sortent des Gainsbourg
Et que de province
Faudrait que nous vinssent
Et que des faubourgs
Sortent des Gainsbourg
Et que de province
Faudrait que nous vinssent
Des Brassens !…

A travers chants

Chanson de geste ou de Roland

Chant du départ, des partisans

Complainte, aria pendant la messe

Hymne à la joie, à la tristesse.

Chant populaire ou de révolte

Gospel vibrant pour la récolte

Berceuse calme, l’enfant dort

Beuglante, un cri entonné fort.

Valse des fleurs, comme un prélude,

Hymne à l’amour dans une aubade

Chant du cygne ou bien sérénade

Ritournelle, jolie balade.

Du fond de l’âme elle s’étend.

La chanson scande à tout moment

Une vie d’homme et son mystère

Marche nuptiale ou militaire.

Carrément blanc un air s’élève

Traduit la paix ou la soulève

Qu’un destin flanche au vent il vibre

Merci de laisser le chant libre.

L’eau à la bouche

De la fontaine à gueule de lion, jaillissement frais,
coule un verre mousseline qui bouillonne à la surface du bassin.

Il pleut et la pluie en traits de cristal y joue le clapotis de ses notes.
Une moire de transparence y mire la vie.

L’eau vient à la bouche de quelqu’un qui passe là
et il chante : À la claire fontaine…
 » Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai.  »




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse