Archive pour la Catégorie '*21 – la joie'

La joie

La joie exhale son soleil,
son été d’allégresse,
met sur son visage un sourire à ses lèvres,
creuse ses fossettes entourées d’éphélides
et ses joues sont tiquetées de points
comme autant de vitamines orangées.

Une philanthropie appelle sur son teint à l’éclat céleste
pour que ceux en peine se hissent au même ciel.

Joie dangereuse

Lorsque la joie arrive au cœur et au visage,
Tout devient délicat pour gérer ce moment
Côtoyant l’infarctus ou le rire dément
Que le zygomatique avec crainte envisage !

Joie

Le gazouillis de l’hirondelle
Annonce un fidèle printemps
S’en revenant à tire-d’aile.
Ecoute ce chant exaltant !

Une frivole brise apporte
Le grisant parfum du lilas
Qui en Orient te transporte.
Respire-la fort, hume-la !

Devant tes yeux ce paysage
N’a t-il les couleurs du bonheur ?
Le sourire sur un visage
Ne te réchauffe t-il le cœur ?

Un ciel opalin qui rougeoie,
L’aube qui s’éveille c’est quoi ?
Sinon un nouveau jour de joie :
Joie immanente enfouie en toi.

Elide la mélancolie !
Sème la joie autour de toi
Avec peu ou prou de folie
Et un plaisir de bon aloi.

Plaisir, joie et bonheur

Le plaisir ? L’enfant rit aux éclats sur la plage.
Lorsqu’au château de sable, il construit un passage
Où les eaux du ressac pleureront désormais
Dans l’éclat d’une bouteille et pierres combinées

La joie triomphale ? L’ascension d’un sommet.
Plus qu’un simple plaisir, l’orgueil est satisfait.
Essoufflé par l’effort et le manque d’oxygène,
L’alpiniste exultant ne ressent plus sa peine.

Puis un jour l’enfant né, l’oiseau refait son nid.
Le vent et le soleil au printemps se marient.
Douceurs et voluptés s’émeuvent en dedans.

C’est ainsi que plaisirs s’additionnent aux joies
Atteignant un bonheur qui ne durera pas :
Plénitude fugace au ciel évanescent.

Aux petits bonheurs

Les petites joies ornent
La journée trop cadrée,
La routine si morne.
Pas toujours désirée

Savoir les repérer
Bat la morosité,
Etre bien aux aguets
Pour ne pas les rater,

Ces plaisirs quotidiens
Qui redorent un cœur,
Sont du soleil en brins,
Le parent de bonheur

D’un proche un courriel,
Une bonne nouvelle
Un éclat naturel
Et cet air qui rappelle…

Une émotion si belle,
Qu’un regard doux cisèle
Un souffle de vie tel
Comble ce don du ciel.

Petits ?




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse