Archive pour la Catégorie '*01 – la musique'

Les « Oiseaux harpe »

                                      Comme deux papillons, dans le temps automnal, 

                                      A l’esquisse du jour, évanescente image, 

                                      S’en vont, par les coteaux, frôler d’une aile sage 

                                      Les fils blancs cotonneux, ouvrage virginal. 

 

                                      Comme deux roitelets, ou comme deux mésanges, 

                                      Ivres de liberté, fusent dans le matin, 

                                      Pour aller caresser, d’un coup d’aile mutin, 

                                      Graciles et dorés, les longs cheveux des anges. 

 

                                      Comme deux papillons, comme deux passereaux, 

                                      Deux mains de musicienne, élégance infinie, 

                                      Des mains riches d’émoi, de fougue et d’harmonie 

                                      Exécutent céans un ballet des plus beaux. 

 

                                      Harpiste, feu follet, délicat sortilège, 

                                      Dont la légère main, pittoresque tableau, 

                                      S’échappe en imitant l’envolée de l’oiseau 

                                      Et se pose, déjà, pour un subtil arpège. 

 

                                      Chaque main est l’oiseau, chacune est papillon. 

                                      Chaque main vit l’accord, comme un couple fidèle 

                                      Qu’une même harmonie enchante ou ensorcèle, 

                                      Quand l’amour, dans le cœur, plante son aiguillon. 

 

                                      Chaque main est l’oiseau qu’un destin pathétique 

                                      Oblige à voleter loin de son compagnon, 

                                      Et qui vient effleurer, barreaux d’une prison, 

                                      Les cordes d’une harpe obstacle emblématique. 

 

                                      Deux égaux, deux jumeaux, l’hymen est interdit, 

                                      Sur les cordes ces mains sont l’image réelle 

                                      De deux oiseaux chantant la même ritournelle 

                                      Et qui n’iront jamais hanter le même nid. 

 

                                      Pourtant, ce sont bien là deux âmes accouplées, 

                                      Deux mains symbolisant un lyrique duo : 

                                      Euterpe la joyeuse et l’aimable Erato, 

                                      Musique et poésie à jamais accordées. 

Musique Maestro !

Si l’on n’entre pas en poésie sans sonnet, 

On n’entre pas dans la musique sans clé de sol 

Pour ouvrir la portée en armure de bémols 

Aux musiciens comme aux croque-notes les plus sonnés. 

 

Qu’elle vous donne des boutons ou vous fasse frissonner, 

La musique vous emporte, vous décolle du sol ; 

Le temps d’un soupir, l’âme en peine elle console 

Offrant en point d’orgue un plaisir insoupçonné. 

 

Dans le concert des nations, sans hégémonie, 

Les blanches et les noires s’accordent en harmonie 

Au rythme des chansons modernes ou rétro. 

 

On dit que le poème est le chant du cœur, 

Tout comme le chant serait le poème du chœur. 

Allegro, prestissimo, musique maestro ! 

Le clavecin si bleu galant

Un petit air de clavecin, 

Si bleu galant, notes décloses, 

Parfum de rimes en essaim, 

Ouvre un poème, ouvre des roses : 

 

C’est la sonate d’un antan, 

Le coeur y danse et marivaude 

Dans ses dentelles de sultan, 

En révérences, même minaude… 

 

Un petit air de clavecin, 

Si bleu galant, notes marquises, 

N’a pas de plus charmant dessein 

Que, sans serments, bises exquises… 

 

Sous la charmille de l’instant, 

Fleurit, courtoise, la musique, 

Accords plaisants de l’inconstant, 

Thème en ballade bucolique… 

 

Un petit air de clavecin, 

Si bleu galant, ses sérénades : 

Rêve d’un soir près d’un bassin 

Où luit la lune et ses oeillades… 

 

L’amour l’idylle voletant, 

La toccata fuit sous l’arcane 

De la nuit se dépailletant 

Le clavecin s’éteint et… Diane… 

Musicalement vôtre

Ô musique éternelle

Ô musique souveraine, intemporelle !

J’écoute une symphonie,

Je suis en harmonie

Et j’aime la vie…

Avec Mozart,

C’est toujours le grand art !

Avec Bach je monte aux cieux !

Avec Vivaldi,

Je vais même au paradis…

Ô musique !

Dynamique, euphorique…

Tu épouses tous mes sentiments

Et jamais tu ne me mens…

Ô musique !

Le surnaturel

Entre dans mes veines.

Pas de rancune,

Pas d’amertume,

Pas de place pour le chagrin !

Tes chemins

Ne sont jamais importuns ;

Malgré les ronces et les épines,

Tu es ma drogue, mon adrénaline,

Mon amphétamine,

Mon absinthe divine.

Faites de la musique

musique18debroussenumriser.jpg

Allegretta – La pianiste

Tes longs doigts blancs couraient 

Comme un cabri agile 

Gambadant sur les blés, 

Audacieux mais fragile. 

 

On aurait dit la mer 

Moutonnant en sa vague : 

Ondulation calme et claire 

Qui jamais ne divague. 

 

Ton doigt plus que précis 

Commandait à la houle 

Des blancs et noirs glacis 

Massés comme une foule 

Sur le clavier fougueux 

Que tu domptais des yeux. 

  

 

Patiemment tes dix fées 

Soumettaient leur délire 

Avec leur tendre allié : 

Ton délicieux sourire. 

Prague au printemps

La musique dans l’air, au détour des venelles
Découpe les prisons et flotte à l’unisson.
Saute par les fenêtres, enroule tous les ponts,
S’impose. Dans les rues frémit la ritournelle.

Surgie des monuments, elle mène la danse
Aux arches deux violons entament Vivaldi,
Quatre saisons résonnent, au loin Don Giovanni
S’échappe des Etats, vêtu tout d’élégance.

Sous le pont Charles coule un vieux saxo jazzy
On scande «Let it be» en place du Marché
De langueurs étourdie elle plane charmée
«Isn’t she lovely» nous demande Stevie.

Sous le regard surpris des fantômes d’antan
La Nouvelle-Orléans se pose tout là-haut
Et de Saint Nicolas roule la Moldau.
Wolfgang, Bedrich, Anton, elle règne céans.

Praha, at žije Muzika.

Au Conservatoire

Rêveuse assise contre la fenêtre,
Oubliant la symphonie qui éclate
Par toute la salle, je regarde
Le monde tranquille au-dehors,
Et les longs doigts feuillus des arbres,
Pianistes silencieux qui sans fin
Jouent sur les touches de verre
D’un clavier imaginaire.

  

  

Bénédicte Gandois Extrait du recueil Eclats (Editions de la Maison Rose, 2010, isbn: 978-2-940410-07-1) 

En avant, la musique !

L’été s’annonce enfin… 

Il a pris tout son temps 

À peaufiner, serein, 

Son arrivée, céans… 

 

Et le 21 juin, 

C’est le jour du solstice ! 

La fête sera bien 

À l’heure, en artifice ! 

 

Musique et puis flonflons 

Et tout le tralala 

Vont lui donner le ton 

Justement ce jour-là ! 

 

Les Chorales répètent 

En prévision, sereines. 

Musique égale Fête ; 

Et ce sera la Reine ! 

     

Partitions, instruments : 

Retrouvons-nous bientôt 

À la clé, car l’instant 

Deviendra le plus beau… 

 

Chanter

Dans un même chœur, 

Unissons nos voix, 

Rapprochons les cœurs, 

Et ouvrons la voie. 

      Tous, à l’unisson 

Donnons le frisson… 

 

 

   

 

 Au souffle de nos voix, 

           Puisons dans les mots, 

                   Embellis comme par magie, 

                            Signons  notre envie, 

                                     Au souffle de nos voix, 

                                               Ne respire plus, 

                                                        Tente de décoder, 

                                                                  Embellis. 

                                                                           Un chemin d’étoiles, 

                                                                                     Rêvé se dévoile. 

 

 

 

Chanter,  

Dans un même chœur, 

Un lien qui nous unit, 

Comme un chemin de vie, 

Le regard sans erreur, 

Donnons le meilleur ! 

                                     

 

C’est comme un jazz

Quand tu me déshabilles 

Que tu dégrafes mon corsage 

C’est comme un jazz 

Quand tu me souris 

Que tu caresses mon visage 

C’est comme un jazz 

Quand tes mains se font pressantes 

C’est comme un jazz 

Tu te mets à jouer avec mon corps quelques accords 

C’est comme un jazz 

Toi et moi on le joue à quatre mains. 

Cette musique ouvre la nuit 

Sur nos deux ombres éclatées 

Avec une douce lumière, qui les fait vibrer. 

Le regard de l’amour baigne alors nos yeux. 

Un petit air qui colorie mon coeur en bleu. 

Juste un jazz 

Toi seul sait le jouer 

Sur les cordes de mon corps 

Cet air de jazz 

Qui vient de commencer ! 

Où vont les sons

Où s’en vont-ils, les sons, 

Vers quel méandre de quelle onde planétaire, 

Tous les tapages de la ville théâtrale 

Qui ne cessent de s’épandre, 

Les sempiternels concerts 

De complaintes, de soupirs et de râles ?

Où vont les sérénades tragiques, 

Les chants, les voix et les musiques éteintes, 

Vers quels oasis, dans quel désert ; 

Et les flûtes, les violes, les cors, 

Les gazouillis aussi des oiseaux morts, 

Vers quelle nuée, dans quelle Olympe ?

Où finissent les hurlements des loups, 

Les claquements des défilés de fusils 

Et tous les coups de canon, 

Le vacarme des guerres aux confins de la terre, 

Et les cris, les cris des victimes, 

Dans quel repère, dans quel abîme ?

Tous ces bruits seront-ils 

Comme d’inépuisables notes 

Dans d’innombrables accords, 

Des notes dans le désordre qui seront livrées 

Aux lèvres attirantes des vapeurs 

Et se seront organisées 

Pour se faire matières rythmiques et vibrantes 

D’une ultime symphonie de stratosphère 

Un matin de saphir, un jour d’apocalypse ?

Cil la si do

 

De quelle invisible portée 

Cette croche est-elle tombée 

Avant de se perdre, courbée 

Sur ta joue ? 

 

Tu essaies de cueillir la note 

De l’ongle d’un doigt qui tapote 

Tandis que l’autre main pianote 

Et me joue 

 

Sans la virgule musicale 

La mélodie un peu bancale 

Qui boite aux courbes ancestrales 

D’acajou. 

 

Mais diésant une cabriole 

La voilà soudain qui s’envole 

Pour se fondre à la farandole 

Qui s’ébroue 

 

Au rythme d’une tarentelle, 

Comme une gamme d’hirondelles 

Posées sur les fils parallèles 

Des soirs d’aout.

En souvenir de cette jolie pianiste qui, lors d’une ultime répétition avant le concert, tentait de se débarrasser d’un cil gênant tout en continuant de jouer de sa main gauche… 

 

 

 

La musique… avec humour

lamusiqueparsemp.jpg

Des notes fleuries à ma portée

musique9porcherotdesnotesfleuriesmaporte.jpg

Au chantre narbonnais

Dans un immense clos, royaume du platane, 

Le matin s’appauvrit des nocturnes parfums ; 

Une chorale ailée, en rythmes peu communs, 

Allègrement distille une aubade occitane. 

  

L’onde abyssale épouse une danse gitane, 

Insensible aux accords des rivages cajuns ; 

L’orbe stellaire irise à peine les embruns 

Que soulève parfois la vive tramontane. 

  

D’une invisible nef, notre ange troubadour, 

D’échos harmonieux, tel un hymne à l’amour, 

Au fil des jours séduit la frange léonine. 

  

Tout son bonheur se fond où sa musique tend 

Pour mieux griser d’un art une tendre ménine : 

La mer ganse d’azur l’âme du Fou chantant ! 

La corde sensible

Couché dans son écrin aux parois de velours, 

L’instrument silencieux, sans la main qui le porte, 

Figé dans une pause au long soupir d’escorte, 

Prie pour qu’un musicien lui redonne son cours. 

 

 

 

Quatre cordes tendues au bois du chevalet, 

Guettent le frôlement de la mèche de crin 

Pour que, dans l’excellence, un solo cristallin 

Fonde la noire et blanche en un savant ballet, 

 

 

 

Enlace, de concert, la quinte et puis l’octave, 

La tierce débridée et la croche assurée  

Et qu’en un jeu d’archet la note délurée 

Descende de l’aigu pour vibrer dans le grave. 

 

 

 

Les notes, en portée, au chant de la musique, 

Altéré, “si” et “la”, d’un dièse ou d’un bémol, 

Du monde universel, sur une clef de sol, 

Ouvrent grande la voie au quart de tour magique. 

 

 

 

Dans la ronde des temps, se décline la gamme 

Que l’armure embellit d’un mineur ou majeur 

Et quand le diapason instrumente le cœur, 

L’âme dans le violon vient caresser notre âme. 

 

 

 

L’esprit, en harmonie, est en ravissement 

Dès qu’une main habile invite à l’ouverture 

Car, sur l’accord parfait d’une juste mesure, 

S’adoucissent les mœurs par un enchantement. 

 

Zonzon

Lorsque mon ombre longiligne
Un jour aura franchi la ligne
Franchi la ligne d’horizon
De cette vie qui nous anime
Épargnez-moi les pantomimes
Les prières, les oraisons
            Zonzon

Pas de sermons eucharistiques
Pas de litanies de cantiques
De « kyrie-eleison »
Mais quelques refrains romantiques
Quelques mélodies sympathiques
Pour me laisser au diapason
            Zonzon
Que l’on me joue et c’est ma tare
Accompagnés par des guitares
De jolis concerts de chansons
Que l’on me chante pêle-mêle
Georges Brassens Claude Lemesle
David Mac Neil Renaud Souchon
            Zonzon

Sur la tombe où l’on va me mettre,
Il n’y faudra  ni dieu ni maître
Ni croix, ni croissant, ni blason
Mais que souffle un vent anarchiste
De mes vieilles amours gauchistes
Sur quelques mètres de gazon
            Zonzon
Comme monument funéraire
Pour finir mon itinéraire
Que l’on me sculpte sans façons
En guise de pierre tombale
Une belle Harley qui trimbale
Le vieux motard dans son blouson
            Zonzon

La fin de course sur la terre
Du vieux coyote solitaire
Attendra bien quelques saisons
Toujours présent dans la bagarre
Je ne suis pas encore en gare
Pas pour demain la crevaison
            Zonzon
Suis pas pressé que l’on m’enterre
Pas pressé qu’on me fasse taire
Ni ma guitare et mes chansons
Où s’entremêlent l’espérance
La colère et la tolérance
La joie l’amour la déraison
            Zonzon

Il faudra que la mort soit douce
Que pas trop fort elle me pousse
Pour me transformer en glaçon
Et que l’on défile à ma porte
Pour savoir que le vent m’emporte
Vers le néant sans rémission
            Zonzon
Pour le condamné vers la mort
Mon dernier vœu sans un remord
Ma toute ultime inclinaison 
C’est contre une femme lascive
Dans une étreinte convulsive
Consumer ma terminaison
            Zonzon

Lorsque mon ombre longiligne
Un jour aura franchi la ligne
Franchi la ligne d’horizon
Que je reste dans vos mémoires
Par mes pamphlets par mes grimoires
Par mes refrains par mes Zonzons
            Zonzon

Marées symphoniques

Cette symphonie, telle un océan me lève et m’élève 

au sommet de la vague 

 

cette symphonie, comme un oiseau blanc 

que pousseraient l’air et le vent 

 

Si pure, si légère, cette symphonie vêt 

ma mélancolie d’une aube printannière… 

 

À l’archet sautillant, aux cuivres 

qui s’imposent. Aux doigts agiles 

sur les noires et blanches, 

 

buvons ce vin pétillant dont les bulles 

se parent d’harmonies 

 

buvons à cette symphonie, océan de beauté 

qui m’illumine l’âme… 

 

Dansantes mandolines, cristallines cordes 

effleurées, contrebasse qui chemine 

à pas feutrés… 

 

Cette symphonie, 

je l’entends et je l’écoute 

 

Puissant et bienfaisant, 

c’est un vent qui m’emporte, quand il donne rendez-vous 

 

c’est un souffle qui porte, tel un bel oiseau blanc 

c’est Béla Bartók ou Anton Dvorák 

c’est Ravel qui appelle… 

 

Ils peuplent mon être, d’un bonheur crescendo 

 

Infinité de torrents dont les eaux 

ruissellent note à note, sur ma peau. 

 

 

Extrait de « Huitième printemps » 2006 

Le carillon

J’avais déjà choisi la branche du lilas
A laquelle accrocher l’instrument de musique,
Quelques tubes d’acier, assemblage magique
De trois fils de nylon en un doux entrelacs.

Du passage du vent naissait la mélodie,
Un refrain nuit et jour sans cesse inachevé,
Chant mêlé d’un soupir à mon cœur enlevé,
Concerto, symphonie ou douce rhapsodie.

Métronome joyeux de mon secret tourment,
Il berçait mon chagrin dans l’âme de ses notes,
Charmes ensorceleurs comme autant de menottes
Autour de tes poignets, garants de ton serment.

Mais un soir, souviens-toi, le gardien de mes rêves
A préféré se taire et le zéphyr en vain
Se faufile toujours, comme un souffle divin,
Jusque dans le plaisir d’espérances trop brèves.

Il me semble parfois dans le silence ouïr
Le glas de notre amour et l’angoisse me glace ;
Alors abandonnant mon crayon, je t’enlace,
Et mon corps par le tien se prépare à jouir.

(Extrait du recueil Du côté de tes Yeux – 2002) 

Bach duo

Pour illustrer le thème de juillet, la musique, une adhérente m’a fait part d’une vidéo sur Internet. Les puristes n’apprécieront peut-être pas, mais la performance est tout de même étonnante.
Image de prévisualisation YouTube

Ultime musique

Pourquoi donc la musique est douce à mon oreille
Alors que chaque son crissant des instruments
De la clique échauffée tressaille brusquement
En demandant pardon aux notes les plus vieilles ?

Et comment celle-ci navigue sans pareil
Aux confins les moins sûrs de mes pauvres tympans
Qu’un fort coup de canon écorcha en tirant
Au début d’une guerre n’existant pas la veille ?

Non, je ne comprends pas cette alchimie de l’air
Se formant dans l’émoi des cuivres aux feux d’enfer
Qui viennent m’assaillir plus encor’ que ma peine !

Et puis, ce roulement émouvant des tambours
Précédant le cri sourd d’un clairon qui se traîne
Me font comprendre alors mes funérailles en cours…

Non sans musique

Des mots

Un dos qui fait do

Il a bon dos

Un rai qui fait ré

C’est une lumière

Un mie qui fait mi

La mie,l’amie

Un fat qui fait fa

Pas sans prétention

Un sole qui fait sol

Pour la faire meunière

Un las qui fait la

Parce que tout passé ,tout cassé,tout lui

Un sis qui fait si

Parce qu’ici n’est pas

Le premier poème sans musique

A la musique

Place de la Gare, à Charleville.

Sur la place taillée en mesquines pelouses,
Square où tout est correct, les arbres et les fleurs,
Tous les bourgeois poussifs qu’étranglent les chaleurs
Portent, les jeudis soirs, leurs bêtises jalouses.

L’orchestre militaire, au milieu du jardin,
Balance ses schakos dans la Valse des fifres :
Autour, aux premiers rangs, parade le gandin ;
Le notaire pend à ses breloques à chiffres.

Des rentiers à lorgnons soulignent tous les couacs :
Les gros bureaux bouffis traînent leurs grosses dames
Auprès desquelles vont, officieux cornacs,
Celles dont les volants ont des airs de réclames ;

Sur les bancs verts, des clubs d’épiciers retraités
Qui tisonnent le sable avec leur canne à pomme,
Fort sérieusement discutent les traités,
Puis prisent en argent, et reprennent : « En somme !… »

Épatant sur son banc les rondeurs de ses reins,
Un bourgeois à boutons clairs, bedaine flamande,
Savoure son onnaing d’où le tabac par brins
Déborde – vous savez, c’est de la contrebande ; -

Le long des gazons verts ricanent les voyous ;
Et, rendus amoureux par le chant des trombones,
Très naïfs, et fumant des roses, les pioupious
Caressent les bébés pour enjôler les bonnes…

Moi, je suis, débraillé comme un étudiant,
Sous les marronniers verts les alertes fillettes :
Elles le savent bien ; et tournent en riant,
Vers moi, leurs yeux tout pleins de choses indiscrètes.

Je ne dis pas un mot : je regarde toujours
La chair de leurs cous blancs brodés de mèches folles :
Je suis, sous le corsage et les frêles atours,
Le dos divin après la courbe des épaules.

J’ai bientôt déniché la bottine, le bas…
Je reconstruis les corps, brûlé de belles fièvres.
Elles me trouvent drôle et se parlent tout bas…
Et je sens les baisers qui me viennent aux lèvres…

Arthur Rimbaud (1870)

La musique

Le thème du mois de juillet sera la musique dans tous ses états et sous toutes ses formes.

A vos plumes ! J’attends vos poèmes jusqu’au 30 juin. Ils seront publiés en juillet.

musique.jpg
(une adhérente m’a envoyé cette photo d’un tableau dont elle ne connaît malheureusement pas l’auteur).




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse