Archive pour la Catégorie '* DE BROUSSE DE MONTPEYROUX Patrick'

Miracle des lumières

La nuit, la neige viennent de couvrir
Les inquiétudes de la cité :
Morosité, promiscuité
Ne sont plus que mauvais souvenirs.

Guirlandes, étoiles, mille sourires
Rayonnement sans les difficultés
D’une triste vie à supporter :
Peu de travail… Pas d’avenir.

Un petit rien… Une étincelle !
Mais la magie du Père Noël
Semble exaucer voeux et prières.

Dans la féerie de ces merveilles,
On garde l’espoir d’une bonne nouvelle.
C’est le miracle des lumières.

Devant la cheminée

Devant la cheminée dans * DE BROUSSE DE MONTPEYROUX Patrick de-brousse-devant-la-cheminee

Dernier souffle

Avec un dernier souffle il prit son départ
Vers la voie mystérieuse conduisant à la mort.
Ici où il repose, je cris l’entendre encore,
Le sentir près de moi pour maintenir la barre.

L’évolution des mœurs a voulu sans égard
Assombrir notre « fin » … Nous faire subir le sort
De voir réduire en cendres rapidement notre corps,
Comme un triste passé nous impose le regard.

Funérailles, sépultures sont des encombrements.
Adieux et crémations effacent les enterrements.
Peu de temps pour pleurer, parler, se recueillir.

Ne laissons pas nos êtres devenir des objets !
Considérer les Hommes, les traiter en sujets,
C’est respecter la Vie… La fleur sans la cueillir.

Abécédaire

Abécédaire dans * DE BROUSSE DE MONTPEYROUX Patrick de-brousse-abecedaire

Ô Soldat inconnu

Ô soldat inconnu parti au champ d’horreur !

Dans des combats sanglants, d’affrontements, de rage,

Serviteur meurtri sans souci de ton âge,

On t’a fait oublier les vertus de ton coeur.

 

Ô soldat inconnu tombé au champ d’honneur…

Obus et baïonnettes étaient foudre de l’orage…

Fratricides et suicides représentaient l’image

D’une folie humaine contagieuse de malheurs.

 

Hier, aujourd’hui, demain… Combien de temps encore,

Les Nations par les guerres signeront-elles leur mort ?

Une trêve sans victoire est une Paix sans alliance !

 

Ô soldat inconnu protège bien nos mémoires…

Toi qui es le symbole de souffrances et de gloire

Pour partager l’Amour sur la voie d’espérance.

Eté

Cerisiers blancs et pommiers roses,
Les fleurs fondent au soleil.
Au jour éclatent mille merveilles
Puis la nuit tombe vers d’autres choses.

Glycine et lierre doucement enclosent
Une nature en sommeil.
Alors arrivent fleurs et abeilles
Pour animer les paupières closes.

Un artifice de lumière
Vient miroiter sur la rivière.
Il est grand temps de récolter…

Cerises et pommes… c’est du passé !
A-t-on gardé dans nos pensées
L’ardent souvenir d’un bel été ?

Mon père

Des milliers de bouquins rayonnaient en étages
Dans une pièce de vie cirée comme un parloir.
Des fauteuils et des chaises, des tables et des armoires
Croulaient sous les papiers et récits de voyages.

Mon Père était debout me lisant un passage
D’un conte fabuleux dont le fil de l’histoire
Déroulait des images gravées dans ma mémoire :
J’étais ce Chevalier, ce preux du Moyen Âge…

Au refus de subir, de voir le temps passer
Toujours petit enfant, je garde dans mes pensées,
Les instants de bonheur vécus avec mon Père.

Ce matin la poussière joue et danse au soleil.
Entre mes rêves d’enfant et ces livres en éveil,
J’aimerais encore dire : « Comme on est bien mon père ! »

Pour toi

Pour toi dans * DE BROUSSE DE MONTPEYROUX Patrick De-Brousse-Pour-toi-bis

Le p’tit café

Le p'tit café dans * DE BROUSSE DE MONTPEYROUX Patrick De-Brousse-Le-ptt-café

Le Père Noël

Le Père Noël dans * DE BROUSSE DE MONTPEYROUX Patrick Debrousse-LePereNoel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Illustration de Sébastien DANIEL)

 

Silence

Causeries et bavardages indiquaient la présence
Des humeurs déchaînées d’hommes ébouriffés.
Entendre tout et rien : « Ca va ? », « Un petit café ? »
Le calme revenu… j’écoutais le silence

Au Chaos de la cité trop marquée de souffrances,
Ecrasé par les bruits, je croyais étouffer !
Je rêvais de la campagne pour prendre une bouffée
De calme oxygéné par un profond silence.

Une sinistre marche grondait sur le pavé…
Talentueux discours : on avait tout trouvé !
Promettre sans permettre, serait-ce la conclusion ?

A l’écoute de la vie faite de chants, de musiques,
De peintures, de sculptures ou de poèmes magiques,
La parole du silence est-elle une solution ?

(« Sonnets » – La Liberté d’AIMER)

Le diable se fait moine

debrousselivrelediablesefaitmoine.jpg

Saga familiale, nouvelle, témoignages, roman ?

 

Ce livre se veut être une succession d’aventures et de faits attachés à la personnalisé d’un homme hors du commun qui voulait construire une civilisation née du fruit de l’amour.

Syrie, Allemagne, Belgique, France, Algérie, Espagne, Congo sont les théâtres de ses héroïques actions et de ses engagements couvrant une période allant de 1939 à 1974, dans laquelle, il n’a jamais cessé de combattre pour la liberté.

Contre le scepticisme et l’incertitude de nos destinées, il est bon de réveiller quelques vieilles histoires, afin de ne pas s’endormir…

Devant le sacrifice de cet homme et de ses camarades, où bonheurs et déceptions associent joies et souffrances dans un air d’espérance, il me semble essentiel d’exhumer des mémoires les paroles d’un passé trop facilement oubliées.

Un écrit dur et tendre à la fois romanesque, chevaleresque où comédie et tragédie sont à leur apogée.

Du « Diable » nous gardons l’image du démon insaisissable et du « moine » nous conservons l’homme de Foi.

 

En découvrant jour après jour la prière qu’il m’a léguée, il est de mon devoir de la transmettre aux autres comme il l’avait souhaité.

 

Cet homme d’exception s’appelait :

André de Brousse de MONTPEYROUX … C’était mon Père.

 

Disponible chez l’auteur

Patrick de Brousse de Montpeyroux

La Buissonnière – 2 rue des Ecoles

 54250 Champigneulles

Tél  03 83 35 27 74 / Fax 03 83 45 20 59

@ : patrick.de-brousse@akeonet.com

Site internet : http://patrick.de-brousse.akeonet.com

 

 

Pour commander le livre cliquez sur le Bulletin de commande

Faites de la musique

musique18debroussenumriser.jpg

Couleur femme

debrousse.jpg

Tout près de toi

Tout près de toi enfant, je me moquais du temps.
Au sortir de l’école, tourné vers l’aventure je courrais les ruisseaux, franchissais les clôtures, Interrogrant les fleurs, les oiseaux… en chantant. 

Tout près de toi adulte, malgré l’emprise du temps Ecoutant le silence offert par la nature, J’imaginais le monde fait de belles créatures Préparant secrètement la venue d’un printemps. 

Tout près de toi veillard, au chevet de la mort, C’est un vent d’espérance qui semble souffler encore En faisant résonner une foule de mot d’Amour. 

Hier, aujourd’hui, demain tout près de toi, mon coeur Battra éternellement vers une vie de bonheur. 

Tout près de toi Poète… tout près de toi toujours… 

Patrick de Brousse de Montpeyroux

debrousse.jpg
Né au siècle dernier à Nancy,  Recherche la vérité pour la faire connaître en écrivant…
Avec le rêve et l’imaginaire de la poésie. Derniers ouvrages : 

  • Au Jardin (recueil de poèmes) 
  • Le Défi de l’Education (réflexions sur le handicap et la personne handicapée) 
  • Faim sans fin avec Godefroi le Pertinent, 

chroniqueur et acteur interprète le rôle d’un aventurier curieux et sensible à l’époque médiévale. 




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse