Archive pour la Catégorie '* APPEL Bernard'

Toussaint

Toussaint humide et blême.

L’automne larmoie

Des chapelets de feuilles mourantes

Sur les joues mélancoliques

D’une journée languissante.

Le crépuscule a commencé dès l’aube.

Le ciel a gardé closes ses paupières :

,Avare de lumière,

Il n’étale que du gris

En débandade

Entre sapins figés et nuages obèses.

Les lignes s’estompent

Sur l’horizon épuisé.

Les teintes s’anéantissent et sombrent

Dans les gifles de pluie.

Seuls débordent de couleurs

Les cimetières,

Où les vivants chargés de fleurs,

Chuchotent des souvenirs

De mort et de douleur.

Toussaint humide et blême

Y a un os, Eros !

Ce poème que Bernard m’avait envoyé avant Noël pour participer au thème de janvier sur la relation homme/animal était passé à la trappe !… Le voici donc avec un peu de retard, mais il n’en sera que plus délicieux ! (Isabelle Chalumeau, administratrice).

**********************************

Si vous avez une amie très chère à qui il prend l’envie de faire l’acquisition d’un chien ce n’est pas bon signe : la concurrence s’installe…Mais si, en outre, l’idée lui vient de l’appeler EROS….

Y A UN OS, EROS !

Quand tu caresses Eros,
Eros est à la noce.
Pendant ce temps-là, c’est rosse,
moi je ronge mon os.

Quand tu dorlotes Eros,
Eros roule carosse.
Moi, dans mes nasales fosses,
j’ai une rhino, c’est rosse !

Quand tu chouchoutes Eros,
Eros te lèche à toutes les sauces.
Pendant ce temps-là, moi je bosse
pour lui payer ses os…

Mais…..quand tu disputes Eros,
Eros pisse précoce
et moi, bien sûr, je me gausse :
j’ai le moral en hausse !

Quand tu corriges Eros,
Eros pleure comme un gosse.
Moi, j’ai une envie féroce
de faire avec toi la noce.

Quand tu éjectes Eros,
Eros devient pathos.
Moi, je voudrais te faire mon négoce,
t’offrir tout mon sacerdoce…

Alors, quand, enfin, tu me fais l’Eros,
quand dans tes creux il y a mes bosses,
Eros, bien sûr, me cherche des crosses,
mais, c’est moi qui suis le molosse !
Allez, va donc te coucher, Eros,
va donc ronger ton os,
sinon je te fais… Thanatos !

Plus rien à dire

                               Plus rien à dire,

                                               tout à crier

                               et plus de larmes pour pleurer.

                La locomotive est déjà dans l’escalier.

                               Et cognent, cognent,

                                               mes peurs d’enfant

                                                               dans l’oreiller.

 

                               Plus rien à croire,

                                               tout à vomir

                               et plus de rêves pour dormir.

                L’inéluctable en guise de proche avenir.

                               Imminence du mur

                                               où nous allons finir.

 

                               Plus rien à dire,

                                               plus qu’à attendre

                               et plus de mots

                                                pour dire

                                                                le tendre.

                Les dents serrées,

                               le corps tendu,

                                               l’angoisse au ventre.

                               Monde abruti,

                                               bêtise au bord,

                                                               absurde au centre.

 

                               Plus rien à dire,

                                               tout à crier

                               et plus de souffle pour prier.

                La bête immonde

                               monte déjà

                                               dans l’escalier

                               et crache sa bave noire

                                               sur mon oreiller.

 

                               Plus rien à croire,

                                               tout à vomir

                               et plus de fièvre pour frémir.

                L’irréversible en guise d’ultime avenir.

                               Evidence du gouffre

                                               où nous allons finir.

 

                               Plus rien à faire,

                                               plus qu’à attendre.

                               Plus guère d’amis

                                               pour dire

                                                               le tendre.

 

                Cœur misanthrope,

                               tête épuisée,

                                               l’horreur au ventre.

                               Monde ahuri,

                                               le vide au bord,

                                                               la mort au centre.

 

Ne plus rien…

Je voudrais…te prendre la main, 

                            Quand nos cœurs se font un peu lourds, 

                            T’emmener le long des chemins 

                            Jusqu’à ce que tombe le jour, 

                            Et surtout, ne plus dire rien … 

                            Que tu entendes mon amour. 

 

                            Je voudrais…te conter l’histoire 

                            D’enfants en quête de tendresse 

                            Qui ont cousu des nids d’espoir 

                            Sur de grands arbres de caresses 

                            Et suspendu dans leur mémoire 

                            Les chauds soleils de leur jeunesse. 

 

                            Je voudrais…puiser dans tes yeux, 

                            Où pétille la petite fille, 

                            Le grand courage d’être vieux, 

                            De ne pas partir en guenilles, 

                            Et d’allumer toujours le feu 

                            D’un vrai bonheur qui s’écarquille. 

 

                            Et je voudrais… rentrer le soir, 

                            Sur ton épaule ma main posée, 

                            Taire les mots, si dérisoires, 

                            Tout simplement te regarder, 

                            Et puis laisser la nuit s’asseoir… 

                            Pour boire un peu d’éternité. 

Déserts de givre

                                               Il est si triste son sourire 

                                                           quand, laborieux, il se déplie 

                                                                       au liseré de sa paupière, 

                                   si triste quand il bat de l’aile 

                                                           sur les glacis de son attente… 

 

                                               Elle est si pâle sa joue, 

                                                           comme une page blanche 

                                                                       au creux des mois d’hiver, 

                                   si pâle quand elle parchemine 

                                                           à la dérive de ses cils… 

 

                                               Elle est si lasse sa parole 

                                                           quand elle ne dit de la détresse 

                                                                       que les mots de tous les jours, 

                                   si lasse quand elle fait silence 

                                                           dans la musique de sa phrase… 

 

                                               Il est si mince son espoir, 

                                                           comme un oiseau tremblant 

                                                                       qui fouille dans la neige, 

                                   si mince quand il s’esquive, rare, 

                                                           aux commissures de son sourire… 

 

                                                                                  Il est si triste son sourire… 

 

                                                           …et je suis là, 

                                                                       je bats de l’aile, 

                                                                                  au creux des mois d’hiver, 

                                                                                  à la dérive de ses cils… 

                                                           et je voudrais, 

                                                                       avec des mots de tous les jours, 

                                                                                              n’esquisser que du silence 

                                                                                  pour tant de pages blanches, 

                                                                                              ne jouer que musique tendre 

                                                                                  sur les glacis de son attente, 

                                                                                              ne souffler que douce brise 

                                                                                  en ses déserts de givre… 

 

                                                           …mais il est si triste son sourire… 

Femmes

Femmes, il y a dans vos yeux nos paradis perdus, 

la flamme qui manque à nos feux 

et nos bonheurs…entrevus 

mais 

quand la mappemonde 

ne tourne plus très ronde 

ce sont vos yeux qui changent le monde…. 

 

…Femmes rondes, enjôleuses, 

sur vos joues apeurées, 

nos caresses laborieuses 

et nos yeux pour pleurer. 

Femmes effleurées. 

 

Femmes brunes, arlésiennes, 

sur vos peaux épicées, 

nos désirs à la peine 

et vos noms implorés. 

Femmes espérées 

 

Femmes fines, analyses, 

sur vos bouches bavardes, 

nos paroles désapprises 

et le bonheur qui tarde. 

Femmes échouées. 

 

Femmes blondes, arbalètes, 

sur vos cordes bandées, 

nos plaisirs à la fête 

et vos souffles scandés. 

Femmes étonnées. 

 

Femmes immenses, équilibre, 

sur vos vies mesurées, 

notre espace enfin libre 

et l’envie de durer. 

Ô femmes aimées. 

(Ce poème a remporté le Prix Françoise de Graffigny au concours Graffigny 2010 – NDLR) 

Toussaint

Toussaint humide et blême.

 

L’automne larmoie

Des chapelets de feuilles mourantes

Sur les joues mélancoliques

D’une journée languissante.

 

Le crépuscule a commencé dès l’aube.

 

Le ciel a gardé closes ses paupières :

,Avare de lumière,

Il n’étale que du gris

En débandade

Entre sapins figés et nuages obèses.

 

Les lignes s’estompent

Sur l’horizon épuisé.

 

Les teintes s’anéantissent et sombrent

Dans les gifles de pluie.

 

Seuls débordent de couleurs

Les cimetières,

Où les vivants chargés de fleurs,

Chuchotent des souvenirs

De mort et de douleur.

 

Toussaint humide et blême

Promenade

La lumière fidèle 

doucement violoncelle 

sur la brume des pâles horizons… 

 

Et s’achève le deuil d’une saison, 

à la dentelle de quelques feuilles en larmes 

dont la plainte discrète 

s’inquiète 

de rompre le charme. 

 

Au beau milieu du ciel 

 qui crachine       

     sur mon échine, 

            crécelle                                

un oiseau sentinelle, 

envoyant à la cantonade 

le message 

de mon discret passage… 

 

Et le vent en colère 

violemment vitupère… 

 

A l’abri de mon nid de rêves 

je me fais tout petit, 

tandis qu’en moi se lèvent les prémisses 

d’une joie qui se glisse 

avec délices 

jusqu’au plus douillet 

de mes jardins secrets… 

Cinq tristes tankas pour un automne… 2001

Elle vient de tomber 

         malgré ses deux joues bien rondes… 

La poire était blette. 

         Ainsi, les plus beaux fruits meurent, 

         grignotés de l’intérieur. 

 

 

                            Ainsi sont, sont, sont 

                                      les humains très vaniteux ; 

                            ainsi font, font, font, 

                                      pour gratter le cul du ciel, 

                                      deux grandes tours qui s’écroulent. 

 

 

Dépouilles d’amour, 

         les feuilles anéanties 

crissent sous le pas. 

         Elles épouseront bientôt 

         le silence de l’humus. 

 

 

                            Elle a tant aimé 

                                      amis, rires et champagne ; 

                            elle a tant dansé. 

                                      Elle rusait avec la mort… 

                                      mais la tumeur est maligne. 

 

 

L’oiseau se fait rare 

         au rendez-vous du matin : 

Il craint trop la brume. 

         Seul un vieux corbeau douteux 

         fait le malin sur le fil… 

Bribes d’automne

         La brume s’effiloche, 

          en voiles de dentelle, 

                            sur octobre qui tremble 

                            aux pourpres horizons :                    

          lumière sans pareille sur la toile du ciel… 

 

         Le peintre s’émerveille de la rousse saison… 

 

                  Les forêts incendiées, 

                           lentement , 

                                      au grand vent, 

                                              se dépouillent… 

                  Sur le seuil des frileuses clairières, 

                            les chemins embourbés, 

                                     sous l’averse, 

                                               s’enrouillent… 

          

         Oh ! longs sanglots de feuilles endeuillant les lisières ! 

 

                  Le vieil arbre qui craque, 

                            avant la fin du jour, 

         tend ses bras douloureux vers d’obèses nuages… 

                            Quelques fangeuses flaques, 

                                      posées sur les labours, 

                  invitent les corbeaux à d’étranges voyages. 

 

                            Des pas pressés s’enfuient … 

                   loin des gris insipides. 

                            L’inéluctable nuit, 

                                      se glisse, 

                                                pour le pire, 

         dans les moindres recoins des campagnes livides. 

 

                   Octobre, 

                             tout chagrin, 

                                      s’éclipse sans rien dire… 

Décombres

                   Au-dessus des décombres 

                            le ciel s’exaspère et se lamente 

                                      en lourdes larmes lancinantes. 

 

                            Le paysage giflé 

                                     exhibe d’ultimes flammes 

                                               où périssent ses dépouilles. 

 

                   Le feuillage en loques 

                            des bouleaux impassibles 

                                      goutte à goutte pendeloque. 

 

                            Les haies déchiquetées 

                                     bavent une sanglante rouille 

                                               qui glisse aux blêmes ornières. 

 

                                      L’horizon spongieux 

                                               s’enlise, 

                                                        s’évanouit, 

                                                                  s’embourbe… 

 

                            Noyé dans le décor, 

                                      Un cœur, 

                                                pourtant, 

                                                        bat encore… 

Belle-Ile en mer

            Belle-île en mer, 

            Belle-île fière, 

            île lumière, 

            soupçon de terre 

            le nez en l’air. 

 

                                   Belle-Ile en ciel 

                                   en bleu pastel : 

                                   la sentinelle. 

                                   Femme éternelle : 

                                   la ritournelle. 

 

                                                           Belle-Ile en plage, 

                                                           petits nuages 

                                                           sans bagages, 

                                                           le cœur bien sage 

                                                           comme une image. 

 

                                                                                  Belle-Ile en bruine, 

                                                                                  soir qui crachine, 

                                                                                  odeurs marines, 

                                                                                  pensées chagrines, 

                                                                                  doute qui mine. 

 

            Belle-Ile en mouettes 

            sur vaguelettes ; 

            une silhouette 

            tellement fluette… 

            Pleure pas poète ! 

 

                                   Belle-Ile austère, 

                                   dentelle pierre. 

                                   La vue se perd… 

                                   Les solitaires 

                                   se désespèrent. 

 

                                                           Belle-Ile en brume, 

                                                           les rochers fument,      

                                                           frissons d’écume. 

                                                           La pensée plume 

                                                           soudain s’enrhume. 

 

                                                                                   Belle-Ile en voile 

                                                                                  peinte sur toile. 

                                                                                  Lève le voile 

                                                                                  rêveur d’étoiles, 

                                                                                  tu es si pâle ! 

 

 

 

 

 

 

            Belle-Ile en vagues, 

            la vague élague 

            les pensées vagues 

            et puis les nargue 

            et puis les largue 

 

                                   Belle-Ile en roches, 

                                   l’écume approche 

                                   et puis s’accroche… 

                                   Mains dans les poches 

                                   ça s’effiloche. 

 

                                                           Belle-Ile amère 

                                                           c’est quand la mer 

                                                           est en colère. 

                                                           Savoir se taire 

                                                           même quand on perd. 

 

                                                                                  Belle-Ile au port 

                                                                                  et tout au bord 

                                                                                  un sémaphore 

qui parle encore 

                                                                                  de vieux remords. 

 

            Belle-Ile attente. 

            Les oiseaux mentent. 

            Nuit de tourmente. 

            Valse si lente 

            pour une absente. 

 

                                   Belle-Ile étrave. 

                                   Pleurs sans entraves. 

                                   L’espoir épave. 

                                   Ce n’est pas grave : 

                                   La vague lave. 

 

                                                           Belle-Ile au vent, 

                                                           le cœur boitant, 

                                                           seul si souvent 

                                                           et cependant 

                                                           toujours vivant. 

 

                                                                                  Belle-Ile en mer, 

                                                                                  tant  de lumière 

                                                                                  sur tes lisières ! 

                                                                                  Terre ! Terre ! 

                                                                                  Le monde espère ! 

Marée basse

                   Tenus en laisse au rivage, 

                            la coque engoncée dans la vase, 

                                      quelques bateaux impotents, 

                            affalés sur le flanc, 

                                      agonisent… 

 

                                               Mais la mer reviendra sur la plage … 

 

                   Elle passera tout doux sa langue 

                            au tendre des ventres vernis 

                                      pour qu’à nouveau 

                            les bateaux 

                                      tanguent… 

Un soir nous sortirons

Un soir nous sortirons des labours embourbés. 
Sur les cloisons frileuses d’un hiver vieillissant,
Près d’un simple village, sous peupliers courbés, 
Nous serons le point d’orgue du soleil finissant. 

Le désir est le lien

Le désir est le lien
où l’amour devient lierre.

Je saoule à son regard mes lisières de nuit noire ;
je l’entends qui gémit et délivre mes doigts.

Et tant et peu se donne
que toujours je m’étonne
que les grains de sa peau, sous ma main, s’abandonnent,
abreuvant les déserts
où ma vie s’emprisonne. 

L’amour dresse des barricades

L’amour dresse des barricades
au delà des corps qui fusionnent
en brèves ripailles.

A peine épanché le trop plein du désir,
Que l’angoisse submerge le reliquat de plaisir.

L’apparente paix
n’est alors qu’armistice
où déjà se fourbissent
les prochaines batailles. 

Femmes

Femmes il y a dans vos yeux nos paradis perdus,
La flamme qui manque à nos feux
Et nos bonheurs…entrevus.
Mais…
Quand la mappemonde
Ne tourne plus très ronde
Ce sont vos yeux qui changent le monde…. 

…Femmes rondes, enjôleuses,
Sur vos joues apeurées,
Ma caresse laborieuse
Et mes yeux pour pleurer.
Femmes effleurées. 

Femmes brunes, arlésiennes,
Sur vos peaux épicées,
Mon désir à la peine
Et vos noms implorés.
Femmes espérées 

Femmes fines, analyses,
Sur vos bouches bavardes
Ma parole désapprise
Et le bonheur qui tarde.
Femmes échouées. 

Femmes blondes, arbalètes,
Sur vos cordes bandées
Mon plaisir à la fête
Et vos souffles scandés.
Femmes étonnées. 

Femmes immenses, équilibre,
Sur vos vies mesurées
Mon espace enfin libre
Et l’envie de durer.
Ô femmes aimées. 

Escarbilles

La chenille bougonne pour une broutille, 

le bourdon marmonne sous la charmille, 

l’oiseau s’époumone pour une brindille … 

                        Que Dieu me pardonne mes vétilles, 

                                   mes lubies, mes manies, mes folies, 

                                   et, dans le cœurs des filles, 

            toutes mes escarbilles … 

Chemin des quatre saisons

          

Chemin des quatre saisons… 

            Il faut vite que l’on rêve… 

Que rime la déraison 

            si la lumière est si brève… 

Aux premières lueurs

Aux premières lueurs
des petits matins fardés de neige,
à l’heure où la soie de mes rêves se désagrège,
prise au piège
des murailles beiges de la nuit qui s’achève,
quelques regards, ardents de fièvre
mais de tendresse trop brève,
font le siège des horizons sans lumière
où ma vie sans sève,
peu à peu,
s’abrège… 

Absence

                        Le matin, au réveil,
                                   c’est à toi que je pense…
            et j’attends ton retour.
                                   Ton absence est si longue
                                   Et le manque si lourd !

                        Tous les soirs, sans sommeil,
                                   le vide,
                                               en moi,
                                                           immense…
            et j’attends ton amour.
                                   Ton silence est un gong
                                   qui cogne comme un sourd.

                        Chaque jour c’est pareil :
                                   ma vie,
                                               sans toi,
                                                           errance…
            et j’attends ton secours.
                                   La confiance qui sombre
                                   potence mon cœur gourd.

                        Mais, demain, c’est merveille :
                                   toi et moi,
                                               l’évidence…
            je n’attends plus, je cours !
                                   La distance n’est qu’ombre
                                   qui protège l’amour. 

Un peu de buée mauve

Pleurent,
larme à larme,
quelques feuilles mourantes
sur mes joues. 

Le chagrin saccage tout. 

C’est sûr, désormais,
 Jamais plus le printemps ne refleurira. 

S’avance un ultime hiver
Que gifle le vent sinistre de l’oubli. 

Seule, un peu de buée mauve,
dernière trace d’un souffle inutile,
 erre encore dans le ciel absurde, vide et glacé.,
en quête de tes yeux
évaporés dans les nuages
où je suis déjà pendu… 

Il faudrait être peintre

Il faudrait être peintre, afin que le crayon
            Distille un flot de teintes sur les haies en haillons,
Qu’en flaques flamboyantes s’éclaboussent les mots
            Où s’effilochent, mauves, les fumées du hameau. 

Les feuilles taciturnes, sur les talus en deuil,
            Gribouillent de taches fauves un larmoyant recueil,
Tandis que les sapins, en vertes majuscules,
            Brandissent leur chagrin dans le soir qui bascule. 

Il faudrait un pinceau pour délayer le bleu
            Malade du brouillard et de ses gris poisseux
Et qu’un souffle malmène quelques feuilles en sursis,
Dernières gouttes d’or sur des traînées de nuit. 

Les chemins de grès rose referment leurs ornières
            Et les buissons ardents effacent leurs crinières.
On ne distingue plus, dans tout le noir qui coule,
            Qu’un soubresaut de flamme où le vallon s’écroule. 

Kosowo

                        Kosowo, Ruanda,
                                   Timor, Bagdad, etc…
            Quand nos consciences,
                        lâchement sourdes à tous les tintamarres,
                                               dorment,
                                   enfouies dans de moelleux placards,
                        nous sommes les muets complices
                                               des barbares
                                   et nous ne nous réveillons jamais
                                               que lorsqu’il est … 

                                                                                  trop tard ! 

Ailleurs

Ailleurs,
            à fleur d’une peau qui palpite
                        et se granule
                                   et se déplie,
            dans un regard qui s’effiloche
                        si le désir, soudain, crépite
            au profond d’un ventre qui crie
                        quand le plaisir, enfin, s’accroche. 

Ailleurs,
                                   où la force n’est que celle du vent,
                                               voile engorgée
                                                           qui danse et se dilate
                                               puis s’évapore d’avoir tant caressé. 

Ailleurs
                                   où la violence n’est que celle du sang,
                                               vague engrossée
                                                           qui enfle et qui éclate
                                               et puis s’endort d’avoir tant labouré. 

Ailleurs,
                                               dans le délire des délivrances,
                                               planté au beau milieu du ciel
                                                           avec des ailes d’années-lumière. 

Ailleurs,
                                               dans le giron de la mouvance,
                                               baigné de la moiteur du miel
                                                           le cœur ouvert sur les lisières. 

Ailleurs,
                                   où il n’y a rien à prouver :
                                               les grilles ne sont que des cheveux
                                               dont les verrous sautent
                                                           au coin de nos visages. 

Ailleurs,
                                   où il n’y a rien à gagner :
                                               les guerres ne sont que des cernes bleus
                                               sous nos grands yeux
                                                           sans bagages. 

Ailleurs,
                                   dans un balancement de hanches,
                                   dans un matin de dimanche,
                                               dans un soir d’été,
                                               dans un sexe inondé,
                                   dans des yeux qui n’ont pas encore tout vu,
                                   dans un cri qui ne se retient plus. 

Ailleurs,
                        loin de ma tête solitaire,
                                   où mes rêves rancis s’enlacent
                                               quand je leur ouvre mes draps,
                        encore plus loin que mes colères,
                                   où tant de temps perdu s’entasse
                                   tandis que viennent les grands froids. 

Ailleurs,
                        toujours trop tard… 

Ailleurs,
                        nulle part… 

Quartiers d’hiver

                        Le cœur,
                                   ce promeneur étrange et solitaire,
            marche le plus souvent
                                   au plus profond du noir. 

                        Mais nous savons
                                   qu’il tremble à la moindre lumière
            même s’il n’attend du chemin
                                   que l’illusoire. 

                                               Le cœur voudrait bien prendre ses quartiers d’hiver,
                                                           dignement se coucher
                                                                       et dormir comme un loir… 

                        Il tressaille pourtant
                                   aux abords des lisières,
            prêt à quitter les tours hantées de son manoir,
                                   pour les quelques douceurs
                                               d’une simple clairière
            au risque, une fois de plus,
                                   d’y brûler sa mémoire. 

                                               Il sait qu’il y perdra bien plus que ses artères,
                                                           qu’il vaudrait mieux pour lui
                                                                       feindre de ne rien voir,
                                   mais c’est si doux quand à nouveau le cœur espère,
                                               si doux de croire
                                                           que va recommencer l’histoire !… 

                        Alors,
                                   une fois de trop,
            il sort de sa tanière,
                                   se trouve presque beau en face du miroir,
                                   imagine aussitôt
                                               l’eau fraîche et la chaumière
            d’un amour qui ne serait pas que provisoire. 

                                               Oui, mais la lumière souvent n’est que chimère
                                                           et, tandis que s’évapore
                                   un soupçon d’espoir,
                                               le cœur,
                                   une fois encore broyé comme éphémère,
                                               s’en retourne pleurer
                                                           au plus profond du noir. 

Novembre

N éanmoins demeure une lumière

O  ù s’endormira le nénuphar,

V  eilleur aux pétales en prière,

E  trange et secret gardien de phare…

M  ille frissons blottis en lisière

B  erceront  les mauves de la mare

R  idée de soubresauts éphémères

E  nlaçant le bleu profond du soir. 

Le jardin du curé

            Dans mon bahut tout pourri d’ fuites
            Moi j’ cours partout, plus vite, plus vite…
            Quelle sacrée baraque
            Où tout l’ mond’ s’agite
            Y’a ma tête qui craque
            J’suis au point limite
            Dans tout c’ bric à brac
            J’ frôle la méningite.
                                                           Toi l’ curé dans ton presbytère,
                                                           Toi tu t’en fous, t’es bien pépère
                                                           C’est un beau matin
                                                           Le ciel est tout clair
                                                           T’es dans ton jardin
                                                           Tu lis ton bréviaire
                                                           Le mond’ va pas bien
                                                           T’en as rien à faire.
            Dans mon bahut qui sue la frite
            Moi j’ cours partout, encore plus vite…
            Quelle sacrée baraque
            Où tout l’ monde s’irrite
            Y’a mon cœur qui craque
            J’suis au point limite
            J’vais y foutr’ des claques
            Ou d’ la dynamite.              
                                                          
Toi l’ curé dans ton presbytère,
                                                           Tu t’ crois encor’ au séminaire
                                                           Un p’ tit coup de latin,
                                                           Un p’ tit joint d’ pater,
                                                           Tu t’ fais ton p’tit ch’min
                                                           D’paradis sur terre
                                                           Le monde va pas bien
                                                           Qu’est ce que ça peut t’ faire.
            Dans mon bahut qui pue les mites
            Moi j’ cours partout, toujours plus vite…
            Quelle sacrée baraque
            Où tout l’ monde s’excite
            Y’a ma vie qui craque
            J’ suis au point limite
            J’ vais m’ jeter au lac
            Ou dans une marmite.
                                                           Toi l’ curé dans ton presbytère
                                                           Toi tu t’en fous, t’es bien pépère,
                                                           T’as un beau jardin
                                                           T’es dans la lumière
                                                           T’entends vraiment rien
                                                           Tu lis ton bréviaire
                                                           Pour que l’ mond’ aill’ bien
                                                           Tu dis des prières… 

Cinq tristes tankas pour un automne… 2001

Elle vient de tomber
            malgré ses deux joues bien rondes…
La poire était blette.
            Ainsi, les plus beaux fruits meurent,
            grignotés de l’intérieur. 

                                   Ainsi sont, sont, sont
                                               les humains très vaniteux ;
                                   ainsi font, font, font,
                                               pour gratter le cul du ciel,
                                               deux grandes tours qui s’écroulent. 

Dépouilles d’amour,
            les feuilles anéanties
crissent sous le pas.
            Elles épouseront bientôt
            le silence de l’humus. 

                                   Elle a tant aimé
                                               amis, rires et champagne ;
                                   elle a tant dansé.
                                               Elle rusait avec la  mort…
                                               mais la tumeur est maligne. 

L’oiseau se fait rare
            au rendez-vous du matin :
Il craint trop la brume.
            Seul un vieux corbeau douteux
            fait le malin sur le fil…

Que Dieu la garde ! (poème quiz)

Ô Dieu, garde-la donc de tout ce qui abîme,
            puisqu’il paraît que tu protèges notre ville…
et mets la honte au front de ceux qui pantomiment
            attisant sans cesse les haines imbéciles. 

                        Ô Dieu, garde-la donc de ces slogans débiles
                                   que rabâchent hardiment quelques tristes fripouilles…
                        de ce poison sournois qui lentement s’instille,
                                   ma ville il est grand temps que l’on te débarbouille ! 

Ô Dieu, garde-la donc des folles arrogances
            de ceux qui ne pensent jamais qu’à s’étriper…
à ces fauteurs de guerre je hurle ma défiance
            car trop souvent ma ville, jadis, fut rescapée. 

                        Ô Dieu, garde-la donc de toute intolérance ;
                                   notre ville, pour grandir, a besoin de respect…
                        que le jour vienne où, riches de nos différences
                                   et loin des anathèmes, nous saurons vivre en paix ! 

(De quelle localité s’agit-il ? Le nom du poète ne sera dévoilé qu’une fois la réponse exacte donnée afin de ne pas favoriser ceux qui le connaissent)

12



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse