• Accueil
  • > Ami(e)s SPAF d'autres régions

Archive pour la Catégorie 'Ami(e)s SPAF d’autres régions'

Concours SPAF Bretagne-Anjou-Touraine

Festival d’Art et de Poésie
« Le Printemps des poètes et des artistes »

CONGRES REGIONAL
Remise des Prix et Diplômes du concours 2012
Récital de chanson, musique, poésie
Présentation des œuvres poétiques et artistiques

Dimanche 14 Avril 2013
À BATZ-SUR- MER
Loire Atlantique 44740
En Bretagne-sud, sur la côte sauvage,
entre La Baule et Le Croisic:
(accès SNCF et correspondance à 3mn )

Pour découvrir la suite, cliquer sur le fichier ci-dessous :
fichier pdf SPAF CONCOURS BRETAGNE INVITATION 2013 PALMARES 2012

Les Visages de Noël

Les Visages de Noël dans Ami(e)s SPAF d'autres régions flabat-noel-2012-asbl

Concours SPAF Bretagne 2011

Chers amis de la poésie et des arts,  

Chers membres de la Délégation Benelux, 

  

Vous trouverez en pièce jointe le règlement du Concours 2011 de la Délégation Bretagne-Anjou-Touraine, organisé 

par Monsieur Michel Léon, délégué et vice-président de la SPAF. 

Je vous en souhaite bonne réception et beaux succès ! 

Veuillez diffuser ces informations autour de vous. Par avance merci. 

  

Roseline Gilles-Renier 
Déléguée générale pour le Benelux de la SPAF

(pour obtenir le règlement, cliquer sur le lien Concours SPAF Bretagne 2011 dans Ami(e)s SPAF d'autres régions doc spafconcoursbretagne2011.doc )

Douce ivresse

                            Dans la douce tendresse au matin de l’éveil, 

                                   Ton regard est comme la fleur qui vient d’éclore ; 

                                   De ton sourire d’ange et le feu de ton corps, 

                                   Tu scintilles d’Amour, belle comme un soleil. 

 

                                   Dans la douce tendresse au matin de l’Amour, 

                                   Tes lèvres de rosée se sont jointes aux miennes. 

                                   Puis, tes bras accueillants aux mains de magiciennes 

                                   Ont envahi mon corps, envoûté par leurs tours. 

 

                                   Ton arôme charnel, voluptueux vertige, 

                                   A dévoilé mes sens, caressé mon esprit, 

                                   Nos corps se sont soudés d’une exquise harmonie, 

                                   Emmêlés de gestes que la passion exige. 

 

                                   L’air frémit de soupirs, l’heure est harmonieuse. 

                                   Nous baignons dans l’Amour parfumé de moiteurs, 

                                   Et nos corps sont luisants, embués de sueurs, 

                                   Dans la douce ivresse des fragrances fiévreuses. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso (Délégation lyonnaise) 

Aube

                                        Aube 

 

 

                                      Dans la verdeur 

                                               Sauvage 

                                               Et les soupirs 

                                               D’un vent d’été, 

                                               Monte en vapeur 

                                               Une brume bleutée. 

 

                                               Puis, dominant 

                                               Les collines, 

                                               Un ciel 

                                               Incandescent 

                                               S’habille de lumière. 

 

                                               S’élevant vers les nues 

                                               S’évapore la brume. 

                                               La nature, 

                                               Que le matin parfume, 

                                               Déploie chants et murmures, 

                                               Puis s’étire au soleil, 

 

                                               L’aube pâle s’éveille. 

 

 

                                               Gérard  Bollon-Maso (Délégation lyonnaise) 

Un arbre rêve

                                      Un arbre rêve

                                               Au bord de l’étang,

                                               Il rêve

                                               Au printemps.

                                               Dépouillé par

                                               L’automne,

                                               Il frissonne.

                                               Sur ses branches nues,

                                               Les oiseaux se sont tus,

                                               Ils sont partis

                                               Bien loin d’ici.

                                               Bientôt viendra

                                               L’hiver,

                                               Recouvert

                                               Seront ses branches

                                               D’une couche blanche,

                                               Il aura froid.

                                               Un arbre rêve

                                               Au bord de l’étang,

                                               Au printemps.

 

 

                                               Gérard  Bollon-Maso (délégation lyonnaise)

 

Tristesse d’automne

                            Au fond de la forêt cuivrée et mordorée, 

                                   Près d’une clairière, dort au soleil, un étang ; 

                                   Seule quelque brise l’éveille clapotant. 

                                   L’aube s’y reflète dans sa chaste clarté. 

 

                                   Et, au long des sentes, les matins bigarrés 

                                   Se trainent en longueur sous des cieux nonchalants 

                                   Jusqu’au précieux zénith, qui les rend plus brillants. 

                                   L’après midi grisé, se plaint du vent glacé. 

 

                                   Rousse de lumière, la plaine frémissante 

                                   Etend sa tristesse charmante et frissonnante, 

                                   En caresse et tendresse au bas des blancs coteaux. 

 

                                   L’horizon maintenant se couvre de nuées 

                                   Et le soleil pâle tombe presqu’aussitôt ; 

                                   Le paysage fuit dans l’ombre parfumée. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso (délégation lyonnaise) 

Au soleil de tes yeux

                            Au soleil de tes yeux, tes lèvres vont s’ouvrir 

                                   S’ouvrant telle la fleur un matin de printemps, 

                                   Puis poser sur ma lèvre un long baiser ardent 

                                   Pour me donner la fièvre, éveiller mon désir. 

 

                                   Au soleil de tes yeux, ton corps va resplendir, 

                                   Illuminé d’éclats, de rayons caressants, 

                                   La douceur de ta peau, tes appas provocants, 

                                   A mes yeux, à mes mains, à mon corps vont s’offrir. 

 

                                   O toi ma merveille, tu fleuris tous mes rêves, 

                                   Tu luis dans le sombre de mes nuits, ma belle ève, 

                                   Le matin au réveil, tu es toujours présente. 

 

                                   O toi ma merveille, te connaitrais-je un jour ? 

                                   Accrochée à mon bras, souriante et charmante ; 

                                   Au soleil de tes yeux, je pense à toi toujours. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso (SPAF Région lyonnaise) 

Début d’automne

                            La maison frissonne sous un soleil déchu. 

                                   Sous les arbres proches, murmurent les fontaines 

                                   Berçant l’écho des bois et nos pensées sereines. 

                                   Un vol de passereaux s’éloigne dans les nues. 

 

                                   Dans l’or du crépuscule, une lune laiteuse 

                                   Maintenant apparaît dans un voile embrumé ; 

                                   Un vent vif de fraîcheur passe tout parfumé, 

                                   Puis le ciel étale son ombre ténébreuse. 

 

                                   Un air très frais nous pousse à rentrer sagement 

                                   et à nous installer devant la cheminée; 

                                   Un bon feu crépitant réchauffe la soirée ; 

                                   Tel jadis les veillées, nous discutons gentiment. 

 

                                   Déjà la nuit est noire et le vent plus grand. 

                                   En ce début d’automne où change le climat, 

                                   Les matins seront froids en ces premiers frimas, 

                                   Nous allons vers l’hiver, inexorablement. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso 

Salon du Perche

Chers amis,  

  

Je vous invite à nous retrouver, Bernard et moi, au Salon du Perche de Soligny-la-Trappe (Orne), en Normandie (à 1h de Paris) pour un Salon des Ecrivains qui, depuis trois années qu’il existe, remporte chaque fois un succès grandissant! .  

J’y présenterai mon roman La Fortune de Moeris, ainsi que mon recueil de nouvelles La Sonate indienne et mon recueil de poèmes Carnets de TGV, remarqué aux grands prix internationaux de la SPAF 2010. 

Bénédicte Gandois Crausaz

Pour en savoir plus, cliquer sur cette page du blog de Bénédicte :
http://benedictegandoisecrivain.over-blog.com/article-dim-5-decembre-journee-dedicace-au-salon-du-perche-61899627.html 

Un dernier regard

T’es allongé sur cette table
En ce lieu froid au nom latin
Les yeux fermés et l’air aimable
De respirer tu te retiens.

Je suis tout seul et je t’observe
Comme jamais au paravent
De nos paroles je conserve
Que l’on s’est pas parlé souvent.

Quelque chose me serre, étreint
Regrets et remords sûrement
Ça monte, ça monte sans frein
Puis explose comme un torrent.

Tout bas, murmurant  je te parle
Je t’aime, je t’oublierais pas
Je tends l’oreille entre deux larmes
Bien sûr tu ne me réponds pas.

J’ai l’impression que t’as bougé
Tu vas te lever, comme ça
L’émotion me fait délirer
Je me remets, et je m’assois.

Un monsieur à l’air convenant
Visage fermé vient me voir
Dit : C’est l’heur de l’enterrement
Je me lève, un dernier regard……

Gérard Bollon

Le vieux cimetière

C’est un très vieux cimetière
depuis des siècles encerclant
la belle église tout en pierres
d’un petit village mourant

sur ses vieilles pierres tombales
noms et dates sont effacés
et d’époque médiévale
sont pour la plupart brisées

les mauvaises herbes ont bouffé
ce qui reste de leur histoire
comme un jardin abandonné
par une vie au désespoir

leurs descendants ont oublié
ou sont partis vivre ailleurs
pris par la vie, comment penser
c’est si loin comme le bonheur

certainement qu’un de ces jours
quelques villageois émigrés
reviendront chez eux par Amour
car ils n’ont pas pu oublier

et, dans leur vieux cimetière
feront vivre la mémoire
et chanter les vieilles pierres
de leurs ancêtres méritoires.

Gérard Bollon

La Jeanne

Le ciel est triste, gris et bas
Il pleut, une pluie fine et grasse
Et mouillant le chemin étroit
Scintillant les pierres comme glace

Tout au bout, le cimetière
Un petit cimetière entouré
D’un mur bas tout en pierres
Le portail grinçant mal fermé

Quelques tombes anciennes et nouvelles
Occupant çà et là le terrain
Certaines alignées ou pêle-mêle
Abandonnées dans leur chagrin

Chaque matin, une femme
De noir vêtue et sans âge
Toujours debout prie pour l’âme
De son enfant mort en bas âge

Par tous les temps, toutes saisons
Seule dans sa mélancolie
Elle est là et sur le même ton
Parle d’Amour à son petit

Depuis des temps immémoriaux
Tous les villageois la connaissent
La Jeanne qui parle à son marmot
Fait sourire avec gentillesse

Car on ne sait plus, incertain
Mort naturelle ou provoquée
Qu’importe et on l’aime bien
La vieille Jeanne et son bébé.

Gérard Bollon

La lune resplendit

                            La lune resplendit au front noir de la nuit, 

                                   Vif et clair un ruisseau serpente à travers bois 

                                   Quelques saules tremblant et frémissant d’effroi 

                                   Des oiseaux s’envolant au moindre petit bruit, 

 

                                   Puis un étang dormant aux douces clartés luit. 

                                   Des branches s’ébattent  sous un vent fort et froid, 

                                   Les roseaux et les joncs sous cette force ploient 

                                   Soudain le silence lorsque le vent s’enfuit. 

 

                                   Et dans l’air recueilli, un parfum boisé passe, 

                                   Dés l’aube naissante la nuit noire s’efface, 

                                   Splendeur d’un matin vierge où se grisent les cieux. 

 

                                   C’est l’heure où les rêves entrent dans leur sommeil 

                                   L’ heure où va paraître sa majesté soleil, 

                                    Où s’éveille la vie et s’endorment les dieux. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso 

Dans la nature

                            L’aurore timide chassait de ses reflets 

                                   Les secrets de la nuit qui au jour disparaissaient. 

                                   D’orangé, de diapré, ciel et nature renaissaient 

                                   Et le vent se levait le souffle encore frais. 

 

                                   Dans le lointain brumeux s’estompaient violettes 

                                   Les collines boisées des contreforts alpins, 

                                   L’air embaumait d’odeurs d’herbes et de parfums. 

                                   Un rossignol chantait, parut ta silhouette. 

 

                                   Le ciel devenait clair comme ton beau visage. 

                                   Dans cet azur nacré d’étincelles dorées, 

                                   La lumière éclairait tes cheveux dénoués, 

                                   C’était tel le soleil sur un beau paysage. 

 

                                   Un ruisseau sanglotait tout près d’où nous étions, 

                                   Un petit pont de bois l’enjambait d’un seul pas 

                                   Et sur l’autre rive s’éveillait un petit bois 

                                   D’où suintaient quelques bruits de vie que nous aimions. 

 

                                   Près d’un étang dormant nous nous sommes posés, 

                                   Crapauds, libellules s’en donnaient à coeur joie, 

                                   Sur un carré moussu tu m’as tendu les bras 

                                   Et dans la nature nous nous sommes aimés. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso     

Une fille passe

                  

                            Une longue fille, 

                                   Silhouette fine, 

                                   Apparaît 

                                   Sortant d’une usine, 

                                   Passe devant moi, 

                                   Belle, 

                                   Beaux appas, 

                                   S’éloigne 

                                   Laissant des traces 

                                   De parfums, 

                                   De bonheur, 

                                   Ses cheveux 

                                   Telle une écharpe d’or 

                                   Flottent 

                                   Dans l’air du soir, 

                                   Disparaît, 

                                   Puis devient une image 

                                   Dans ma mémoire….. 

 

                                   Je rentre chez moi 

                                   Il se fait tard. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso 

Au clair matin

                                        Le soleil 

                                               Enchante 

                                               Ton corps 

                                               Eclatant. 

 

                                               Ta chair, 

                                               Fière, 

                                               Chante 

                                               Au clair matin 

                                               Un air de lumière. 

 

                                               Ton parfum, 

                                               Exhale 

                                               Ses effluves 

                                               De jasmin, 

                                               Qui se mêlent 

                                               A l’odeur 

                                               De rose 

                                               De ton sein. 

 

                                               De ma main, 

                                               Je caresse 

                                               Le creux de tes reins, 

                                               Au clair matin. 

 

 

                                               Gérard  Bollon-Maso 

Au Conservatoire

Rêveuse assise contre la fenêtre,
Oubliant la symphonie qui éclate
Par toute la salle, je regarde
Le monde tranquille au-dehors,
Et les longs doigts feuillus des arbres,
Pianistes silencieux qui sans fin
Jouent sur les touches de verre
D’un clavier imaginaire.

  

  

Bénédicte Gandois Extrait du recueil Eclats (Editions de la Maison Rose, 2010, isbn: 978-2-940410-07-1) 

Insomnie

                                      En cette nuit, 

                                               D’insomnie, 

                                               Les heures passent 

                                               Et s’enfuient. 

                                               Crevant le silence, 

                                               En écho, 

                                               Un cri lointain. 

                                               Le vent, 

                                               Les craquements 

                                               De l’armoire, 

                                               Dans le noir, 

                                               La pendule 

                                               Martèle le temps. 

                                               Une moto, 

                                               Brutale, 

                                               Fait hurler ses chevaux. 

                                               Je fixe les ténèbres, 

                                               Funèbre, 

                                               De mon regard là. 

                                               En cette nuit, 

                                               D’insomnie, 

                                               Je pense à toi. 

                                               Dans ma mémoire 

                                               Tu es là. 

                                               Voici le jour nouveau, 

                                               Il va faire beau. 

 

 

                                               Gérard  Bollon-Maso 

J’aimerais

                                      J’aimerais 

                                               Te voir nue et mouillée, 

                                               Sortant du bain, 

                                               Pour ton corps 

                                               Le sécher, 

                                               De ma langue, 

                                               De mes mains, 

                                               Ton corps troublant, 

                                               Sentir son parfum, enivrant, 

                                               Goûter tes lèvres, 

                                               Me saouler de ton haleine, 

                                               De ton odeur, 

                                               Pénétrer ta chaleur 

                                               Intime en profondeur, 

                                               Jouir dans ton humidité 

                                               Et ressentir, 

                                               Ton plaisir. 

 

 

                                               Gérard  Bollon-Maso 

Un nouveau blog est né

Bénédicte GANDOIS se lance ! Elle vient de créer un blog destiné à présenter ses activités littéraires.

Vous pouvez le découvrir à l’adresse: http://benedictegandoisecrivain.over-blog.com

N’hésitez pas à le faire connaître et à lui laisser vos commentaires! 

Salon de Genève 2010

Chers amis,

Petit mot pour vous rappeler que nous serons présents pour la première fois cette année au Salon du Livre de Genève, qui commence demain mercredi 28 avril (jusqu’au 2 mai). Nous avons l’honneur et le plaisir d’exposer dans le « Chouette espace » qui rassemble depuis treize ans 24 éditeurs romands.
A l’occasion du salon, vous pouvez bénéficier d’une réduction de 10% sur tout notre catalogue!

Pour information, le Salon du livre comporte aussi un Salon de l’étudiant, où seront présentes diverses universités et écoles ainsi que diverses manifestations; les hôtes d’honneur seront la Suède et le Pays de Savoie; cette année aura lieu le 7e salon africain du livre, de la presse et de la culture et une grande exposition inédite consacrée au peintre suisse Félix Vallotton.

Amitiés,

Bénédicte Gandois Crausaz
Salon de Genève 2010 dans Ami(e)s SPAF d'autres régions pdf promopressesalongenve2010.pdf

Salon international de Genève 2010

Les Editions de la Maison Rose
sont très heureuses de vous annoncer leur présence au
24e Salon international du Livre et de la Presse – Genève 2010  (plus de 100 000 visiteurs en 2009)
qui aura lieu dans le cadre prestigieux de PALEXPO,
tout près de l’aéroport international de Genève, 
du mercredi 28 avril au Dimanche 2 mai 2010. Nous aurons le plaisir et l’honneur d’exposer dans le « Chouette Espace », qui existe depuis treize ans et regroupera cette année 25 éditeurs dans un cadre homogène et convivial, où nous aurons, tous ensemble, l’immense plaisir de vous accueillir. 

Nous serons présents avec nos auteurs, qui seront ravis de vous rencontrer.  Pour les renseignements pratiques : http://www.salondulivre.ch/
Ouvert tous les jours de 9h30 à 19h00,
Nocturne vendredi soir : 21h30.
Entrée libre la journée du mercredi.
Tarifs : Fr. 12.- tarif réduit (groupes, moins de 16 ans, AVS) : Fr. 5.-. Les billets peuvent être achetés en ligne et imprimés sur le site du Salon. Accessible très facilement en voiture (autoroute directe, 4 500 places de parking), avion, train (9 minutes à pied de la gare de Genève-Aéroport), bus TPG (lignes 5, 25, 28). 
Les Editions de la Maison Rose…
sont nées du désir de ses fondateurs, Bénédicte Gandois et Bernard F. Crausaz, tous deux écrivains récompensés par plusieurs prix et diffusés dans des revues littéraires, de faire connaître leurs œuvres à un public plus large.
Très vite, les deux créateurs se sont mis au service d’autres auteurs. Désireux de ne pas éditer à compte d’auteur, ils ont à cœur d’aider les écrivains à être reconnus pour la valeur de leur travail.
Les Editions de la Maison Rose se veulent un véritable trait d’union entre les écrivains et leur public. Leurs créateurs désirent proposer au public des ouvrages esthétiques qui fassent rêver leurs lecteurs et apportent un petit plus à leur quotidien. 
Les Editions de la Maison Rose sont présentes au Salon des Ecrivains de Rambouillet (septembre). Le siège des Editions de la Maison Rose est situé dans le commerce, actuellement en cours de transformation, d’une ancienne maison classée de la Vieille Ville de Cossonay (Vaud). 

 Nous vous adressons ci-joint le catalogue de nos publications avec trois nouveautés pour fêter le retour du printemps ! Bien amicalement, Bénédicte & Bernard Crausaz

Salon international de Genève 2010 dans Ami(e)s SPAF d'autres régions pdf catalogueavril2010.pdf   pdf dans Divers promosalonlivregenve20102.pdf

Remise des Prix Concours SPAF Ile-de-France

Chers amis, Comme chaque année depuis maintenant quatre ans, je vous convie à la remise des prix du concours 2009 de la Société des Poètes et Artistes de France, dont je m’occupe de la délégation Ile-de-France qui aura lieu: 

ce Samedi 17 avril 2010
à partir de 15h 
au restaurant « Le Valentin« , 40, avenue de Prony (à deux pas du parc Monceau) dans le 17e arrondissement de Paris. 

Nous aurons l’occasion d’y entendre des nouvelles et poèmes, avec des intermèdes musicaux ; pour les participants du concours et ceux qui le souhaitent, ce sera aussi un moment d’échange avec le jury qui a parcouru avec plaisir cet hiver chacun des « Chemins » d’amour, de vie, d’espoir, de halage et d’arts que vous lui aviez envoyés. Nous parlerons également de la SPAF et de ses divers concours et prix (régionaux, nationaux, internationaux…) 

Un recueil des textes primés sera édité, comme chaque année, et mis en vente à cette occasion. Bref, je vous attends le 17 avril prochain! 

N’hésitez pas à me contacter. J’en profite pour vous faire parvenir le règlement des grands prix nationaux et internationaux ainsi que le règlement du concours 2010 de la Délégation SPAF Ile-de-France. Parlez-en autour de vous! 

Bénédicte Gandois
Déléguée SPAF – Ile-de-France
06 12 74 70 31
http://artetpoesie.over-blog.com

Remise des Prix Concours SPAF Ile-de-France dans Ami(e)s SPAF d'autres régions pdf gandoislesgrandsprixdelaspafrglement201010a.pdf
pdf dans Remises de prix gandoispalmars20091.pdf
pdf gandoisrglementconcours2010.pdf

Le blog de Luc André

Adhérent de la SPAF délégation martiniquaise, Luc André possède un blog dédié aux acrostiches : http://acrostichelucandre.centerblog.net/ 
N’hésitez pas à aller y faire un tour et lui laisser un petit commentaire.

Lettre d’un adhérent martiniquais

Monsieur et Cher ami poète,

Membre de la SPAF, Délégation Martinique, je découvre par hasard le blog de votre Délégation qui m’a tout de suite emballé.
J’espère que de temps en temps nous pourrons échanger de beaux textes puisque moi-même j’ai mis en place un blog depuis Le 1er Octobre 2009. Ma particularité est d’écrire en acrostiche, en alexandrins et en double rime !
J’ai d’ailleurs innové en créant des publicités en poème avec les mêmes contraintes.
Je ne manquerai pas de communiquer aux membres de la Délégation Martinique ainsi qu’à nos amis et sympathisants les coordonnées de votre blog car ce qui fait vivre un blog ce sont les visites et les commentaires.
Nous comptons d’ailleurs mettre en place un blog pour notre Délégation afin que tous ces anonymes qui ont des choses à dire et à partager trouvent un espace d’expression.
Nous ne manquerons pas de vous informer de sa mise en place.
Bien à vous
Mes cordiales salutations

Luc ANDRE 

 

Et je veux m’endormir

J’aime au soleil couchant les langueurs embaumées
Donnant à tes beaux yeux des reflets érotiques,
Puis à ton visage des attraits angéliques
Et je veux m’endormir sur ton corps désiré.

J’aime à la nuit tombante, aux doux chants qui s’épanchent,
Tes cheveux de lumière aux boucles mordorées,
Puis ton sein onduleux fier de sa nudité
Et je veux m’endormir au galbe de ta hanche.

J’aime au clair de lune ses rayons caressants,
Ta cambrure de reins douce et voluptueuse,
Puis ton ventre accueillant à la fleur enjôleuse.
Et je veux m’endormir en tes bras frémissants.

J’aime au ciel étoilé sa beauté jusqu’au jour,
Nos gestes impatients, nos baisers prometteurs,
Puis nos corps enlacés s’aimant dans leur moiteur
Et je veux m’éveiller contre toi mon Amour.

Gérard Bollon-Maso (SPAF Délégation lyonnaise) 

Tristesse d’automne

Au fond de la forêt cuivrée et mordorée,
Près d’une clairière, dort au soleil, un étang ;
Seule quelque brise l’éveille clapotant.
L’aube s’y reflète dans sa chaste clarté.

Et, au long des sentes, les matins bigarrés
Se trainent en longueur sous des cieux nonchalants
Jusqu’au précieux zénith, qui les rend plus brillants.
L’après midi grisé, se plaint du vent glacé.

Rousse de lumière, la plaine frémissante
Etend sa tristesse charmante et frissonnante,
En caresse et tendresse au bas des blancs coteaux.

L’horizon maintenant se couvre de nuées
Et le soleil pâle tombe presque aussitôt ;
Le paysage fuit dans l’ombre parfumée. 

Gérard Bollon-Maso (SPAF Délégation lyonnaise)

D’un feu vermeil et pur

Et, perdu dans ses sens , mon rêve te lutine,
Puis s’éveille amoureux me laissant devant toi,
Ton regard plein de ciel me met tout en émoi ;
Ton sourire apparaît à ta lèvre mutine, 

Enfiévrant tout mon corps d’un long désir ardent,
A l’agonie du jour ouvrant les portes closes
Des nuits amoureuses, lorsque ton corps éclose,
Et que tu me l’offres comme un doux présent. 

En mon coeur enflammé tel un matin d’aurore,
J’ouvre mes bras aimants à ton corps enivrant.
Sculptés par un orfèvre, émerge ton sein blanc,
Une croupe troublante au galbe d’une amphore. 

D’un feu vermeil et pur et de ta main fiévreuse,
Tu parcours tout mon corps en un flot d’harmonie,
Et ta peau parfumée en vagues d’hystérie
Flux et reflux ma peau en danse audacieuse. 

Gérard Bollon-Maso (SPAF Délégation lyonnaise) 

Au miroir de tes yeux

Tu brilles en l’éclat au miroir de tes yeux,
D’où les constellations vogues à l’infini
Dans la beauté d’un ciel, au soleil de minuit,
Et qui attend le jour pour refléter tes voeux. 

Et dans cette attente, mon coeur tendre s’enivre,
De ton corps de lumière, à sa vue il s’enflamme,
Mes yeux s’illuminent, vagabonde mon âme,
De toutes tes odeurs, tes parfums, je suis ivre. 

Mes langueurs tu fais fondre au zénith de tes feux,
De ton regard ardent, d’Amour je me consume
Et j’éteins l’incendie à tes soupirs de brume
S’élevant dans la nuit, et montant jusqu’aux cieux. 

Et déjà s’éteignent nos gestes savoureux,
Notre danse amoureuse épuise notre nuit,
Le jour va renaître, les constellations fuient,
Tu me dis ton Amour au miroir de tes yeux. 

Gérard Bollon-Maso (SPAF Délégation lyonnaise) 

12



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse