Sous les figuiers

Sous les figuiers faiseurs de rêves

et la mollesse des abandons serviles

le vieil Anglais qui fut mangeur d’opium

étalait l’offrande de ses grêles os

au brasier de Midi-purificateur

Les paupières pellucides en persiennes

le regard arrimé aux rives d’un lointain azur

et tout à la songerie des temps fameux

où les zéphyrs enfantaient la douceur de vivre

dans les palmes d’un empire tropical

 

Sous les figuiers porteurs de fruits amers

coule une fontaine de thé vert

La servante au galbe chantourné

libre chevelure et capiteuses effluves

chantonne la mélodie lascive

des natives d’amours enamourées

Le gravier grafigne dans les allées

et le jardinier parfume de roses pâles

les fées ailées qui murmurent dans l’air

une prosodie pour les hôtes du paradis

 

Sous les figuiers faiseurs de rêves

les heures se consument comme le tabac

et la mémoire s’invente une ancienne vie

peuplée d’oiseaux moqueurs et de singes rieurs

de soies flamboyantes comme les coulis de soleil

sur l’ambre des paysannes en libation

et le cuir mouvant des pachydermes

peuplée de palais marmoréens et de sucre d’orge

où des courtisanes mangeuses de pierres précieuses

éventent la paresse des princes en pagne

 

 

Sous les figuiers infusent les jours dénudés

jusqu’à la chair suffocante de l’été défaillant

au pied d’un océan de langueur

Le vieil Anglais – qui avait appris le français

sans accent au cœur de l’antique Albion -

pensait à haute voix aux jardins

de Bangalore et de Pondichéry

où la volupté naissait sur un lit de fleurs

et où la mort ne pouvait se concevoir

que dans le sourire d’un dieu dansant

0 Réponses à “Sous les figuiers”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse