• Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

Archive mensuelle de janvier 2014

Insomniaque

Quand la nuit est lourde comme un astre de plomb,
J’ai le corps glacé au blanc des néons.
Et j’entends grincer les bandonéons,
La scène de l’hiver qui va se lever.
J’ai le corps heurté à coups de klaxons,
Mon âme qui dit non au matin givré,
Aux voix murmurées, aux bruits des talons,
Des moteurs qui font des gribouillis noirs,
Aux migraines des phares en murs de prison,
Aux questions du temps, aux cisailles du vent,
À l’odeur qui colle d’essence et pétrole.
Et je vois tout près -les yeux grand ouverts-
Je sens dans ma chair le sommeil sucré
Des autres roulés dans leurs draps bleu vert,
Tout près, moi qui erre, le souffle serré.

La main ouverte

N’écris plus, ne crie plus

Ne dis plus rien

Mange ta peine

Demain, tu ne seras plus rien

Range la haine

Où je t’emmène

Elle ne te servira à rien.

 

Viens avec moi

Chevaucher les étoiles

De l’extrême

Mange ta peine   

Ne dis plus rien.

 

Le silence te garde

Bien à l’abri

Tu me souris

Il y a la nuit

Qui te regarde.

 

N’écris plus, ne crie plus

Ne dis plus rien

Mange ta peine

Demain ne sera rien.

 

Jette ta gêne

La dire ne servirait plus

A rien.
Reprends avec moi

Ce qui fut un chemin

Mange ta peine

En gardant bien ouverte

Ta main.

 

 

Les épis sont blonds (haïku)

Les épis sont blonds,

Le renard est un ami.

Un monde de rêves !

Le jardin sous la pluie

Je regarde tomber la pluie
Le vent souffle, les arbustes ploient
Les dernières fleurs sont toutes flétries
L’automne fait glisser ses doigts

De quoi allons nous parler alors que l’été s’étiole
L’automne saura-t-il assez nous habiter ?
Derrière la fenêtre les feuillages s’envolent
Aurons-nous toujours un toit pour nous abriter?

Je regarde tomber la pluie
Le vent souffle, un foulard vole
Les fleurs n’ont plus d’habits
Les pétales tous horizons s’envolent

L’hiver qui approche ne sera t-il qu’un cri?
L’automne est là qui nous étreint
Derrière les carreaux, je vois tomber la pluie
Le ciel tout entier semble éteint

Je regarde tomber la pluie
Elle est drue et battante
Le ciel est immensément gris
Des beaux jours, je suis dans l’attente.

Le soir tombe comme un habit de mort
Le soleil n’a brillé que par son absence
La pluie et le vent nous éloignent du port
Dans mes rêves, vous y cheminiez en silence

Je regarde par la fenêtre
La pluie n’a de cesse de tomber
Demain le ciel sera bleu peut-être
L’automne a dévoré l’été.

Anges

Poète marchand de nuages dit Baudelaire

Et moi j’avais longtemps gardé la tête en l’air

où flottaient des anges crépusculaires

en aubes bleues et tendre rose

Tu as illuminé la poésie des couleurs

de cette sublime candeur

et même les mystères de la foi

que l’on retrouve quelquefois

sur les murs glacés des cathédrales

Enfant des tremblants miracles

qui transforme les morts-vivants

d’un monde insignement insignifiant

en bergers d’une moutonneuse féerie

je m’émerveille de ton bestiaire

qui anime mes insomnieuses nuits

J’aime surtout le coq flamboyant

échappé de la grande pâque russe

qui vient picorer la descente émaillée

de mon lit de fleurs orphiques

Et puis l’âne sacré de la Bible

portant docilement mes vierges amours

par-dessus les toits de la ville

jusqu’aux jardins éthérés d’un nouvel Eden

Les Grands Prix de la SPAF

Pour prendre connaissance des différents Grands Prix nationaux de la Société des Poètes et Artistes de France décernés cette année dans les différentes catégories, cliquer sur le fichier ci-dessous :

fichier pdf REGLEMENT des Grands Prix 2014 14a

 

Une étoile au ciel (haïku)

Une étoile au ciel,

Ou un puits dans le désert,

Eternelle quête !

Grand Prix des Poètes Lorrains 2014

Pour obtenir le règlement de ce concours, cliquer sur le fichier ci-dessous :
fichier pdf RéglementGRAND PRIX DES POETES LORRAINS 2014

Projet d’anthologie

Nous avons un projet d’anthologie papier, à publier en 2014, des meilleurs pantouns publiés ou reçus par la revue.

Or cet appel court jusqu’au 31 janvier 2014.

Il n’est donc peut-être pas trop tard pour certains qui voudraient s’essayer à cet exercice, et peut-être figurer dans cette anthologie, même si le prochain numéro électronique de Pantouns est pour mars.

Merci d’avance aux membres de la SPAF pour leur soutien.

Georges Voisset

georges.voisset@yahoo.fr

W. A. Mozart

Dans les bourdonnements du jardin orchestral, les pas cristallins de l’archange solitaire, semant l’heure pianistique d’une si claire confidence ; allée des désirs gracieux, entre les topiaires ciselés de la mouvance des archets, les fontaines en pluie de lumière, dans la ronde de flamboyantes couleurs…

Et dans la rosée, la phrase du bout des lèvres humectée, offerte à l’instant élu qui s’étonne pourtant de sa propre conception ; majeure épanouie dans le bouquet des profondes simplicités, qui emporte le cœur dans les commotions de la beauté.

 

Intime pudeur en quatuor où se mire la nostalgie d’un astre inaccessible. Le fuseau des cordes pour esquisser les traits d’ombre qui souligneront dans la profusion de lumière, les flots de la ligne pure. Ici se transcendent toutes les misères dans une ingéniosité si limpide qu’elle nous restitue la dentelle des émois.

 

Haute couture de soie, de broderies, de volutes, et le sourire congénital à cette légèreté précieuse découpée dans le vif du ciel, là ou le séraphin garde la porte du paradis. Labiales des sens en consonances de douceur et d’allégresse : infinie variation de la même essence, du même parfum charmeur, dans l’alchimie de la mesure et des sons.

Derrière la transparence des voiles vibrent les charmes exquis, fardés de pudeur.

Enfant de l’art identifiable entre tous les sortilèges bienheureux. La tristesse même n’est qu’une vaporeuse évocation dans cet éternel printemps !

Concours de poésie

Organisé par la Société des Poètes et Artistes de France (SPAF) – Délégation Midi-Pyrénées et ouvert du 1er janvier au 15 mai 2014.

Pour obtenir le règlement, cliquer sur le lien ci-dessous :
fichier pdf Concours SPAF Midi-Pyrénées 2014

Gueule d’ange

Quand j’ai vu ta beauté
Sur le pas de ma porte,
Ma raison était morte,
Mon angoisse, oubliée.

Ton visage raffiné
Avait une présence forte,
L’homme te faisant escorte
S’en trouvait effacé.

Tel qu’on me l’avait dit
Tu avais la gueule d’ange
De ces mannequins étranges
Des vitrines de Paris.

Comme un chat dans la nuit
Tu avais l’œil qui change,
L’iris fait d’un mélange
De ciel bleu et de suie.

Elégant, l’air hautain,
Tu entrais comme l’enfant,
Un peu tendu, distant,
Mais lent comme le félin.

Sans geste, regard en coin,
Tu t’assis calmement,
Tu parlais rapidement,
Voix claire et l’air serein.

Noyant tes arguments
D’un discours incertain,
Tu devenais soudain
Friable et attachant.

De ton sourire, surgit
Comme un tir lumineux
Qui me découpe en deux,
Ton mystère me détruit.

Mais déjà tu t’enfuis,
Héroïque et gracieux,
Mince, aux muscles nerveux,
Rassasié, hors du lit.

Et c’est comme du poison
Qui m’atteint et je pleure
Au souvenir d’un bonheur
Qui s’envole au plafond.

Seul le silence répond
À ton parfum qui meurt
Sur l’oreiller à fleurs
Qu’avait creusé ton front.

Réverbère éteint (haïku)

Réverbère éteint,

Tiens ! mais, on l’a rallumé !

Et, passe le temps …

BWV – J.-S. Bach

Mer

mer génésiaque,

mer de certitude absolue,

mer accourue du tréfonds des âges sonores,

mer nourricière des hautes colonnes ecclésiales,

mesure à mesure, exacte houle et houle exultante pour clamer la joie juvénile, pour proférer la foi festive ; houle portée parfaite par le peuple des anges dans les feux du prisme musical… Ah les croisées de ces lignes si pures à nouer et renouer les cordes exaltées dans la tessiture de la trame tenace ! Houle encore battant l’éblouissement de ses éclats à l’ouverture de la fresque céleste…

 

Mer matrice mathématicienne, enfantant le soutenu à l’infini, et pas de pèlerin dans les registres de la voix humaine, sûre du chemin à parcourir dans la résolution de l’âme première; l’entrain singulier et pourtant si simple surpasse la cadence des légions césariennes. Cette allure a déjà conquis tous les modes et marche encore dans son inlassable transgression.

 

Clameur en chamade cuivrée, ourlée de lèvres en épousailles d’une même modulation ; entrelacs de la langue dans les couleurs processionnaires ; lignes ascensionnelles du discours vers le sublime sacré.

Dans la palette des émois, la tessiture du hautbois cursif ou la chaude parole d’un cuivre déclamatoire sculptant une métope en mode dorique.

Bientôt l’équilibre bienheureux dans le suspens des phrasés, et l’élévation de l’âme en plénitude, quand l’harmonique prolonge son arrêt sur cœur.

La symétrie d’Apollon-concepteur tient le monde sur une corde chantante si longue qu’elle unit Hildegarde et le cantor de Leipzig dans une même offrande musicale… O plénitude !

 

Bruissante forêt aux dix mille fûts, aux cent espèces et aux rares essences ; tous les vents du monde y insufflent une sève vivifiante et les timbres de la console peignent les voûtes des chapelles intimes.

S’élance la phrase exclamative, essentielle issue d’un livre sacré, des antiques vérités,  et de la grammaire grégorienne ; s’élance dans l’ample creuset de la partition en fugace cheminement, prestement suivie de ses ombres gigognes dans la déclinaison d’une irrévocable assertion. Des multiples reprises des fondations s’élève une brodeuse architecture et le doigté aérien file la toile dans l’allégresse irrésistible du métier.

 

Nef dans la nef, proue colossale, proue vertigineuse à l’aplomb des introïts solennels ; au lever de la tempête, dix mille bouches d’une seule voix jubilante, pour emplir les abîmes de la méditation achevée, la parole révélée, d’un même élan jusqu’aux croisées d’ogives !

 

Dans les rondes majeures, la solennité d’un arc-en-ciel, puissance du souffle à son tremblement ; double quarte qui s’oublie dans une infinie et éternelle acception, dans une infinie et éternelle vérité… Dense félicité en résonnance d’un point d’orgue monumental !

Au lointain de perfection, des portes d’or s’ouvrent sur une transfiguration.

 

Et puis la sous basse en sourdine pour sonder les mystères de la foi ; âme esseulée courant des travées imaginaires, fidèle aux mains inspirées dans le fleuve d’une écriture improvisée. Ces chemins aventureux franchissent pourtant des terres de connaissance vers un lointain si dense qu’il chante une prière.

 

Primesautière allégresse des arabesques dans l’exploration de toutes les possibles légèretés de la perpétuelle invention…Sensualité des timbres en duetto enlaçant des colonnades manuélines ; et puis halètement, course folle, danse joyeuse de l’âme éprise de tant d’efflorescence.

Dire et redire encore dans toutes les langues chantantes la Babel musicale incessamment ressurgie de ses ondes : la voici illuminée de tous ses feux, la voici dans sa chape orchestrale aux glorieux éclats. Magnificat !

 

O joie grandiose, libre effervescence dans les flots ininterrompus de l’œuvre vivante !

Lignes de beauté incommensurables !




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse