Résonances

Grêle et grelottante compagne

libératrice des insomnies

pétrie de la chair des silences

monocorde mea culpa émergé

de la nuit des temps immémoriaux

chantant a cappella la litanie

des solitudes aux fraîches matines

la cloche égraine son chapelet têtu

de croches prolifiques

 

Midi carillonneur exalté

de la grand’messe endimanchée

à toutes volées de vierges robes

dans le solennel débridement

de Pâques et des printemps hiératiques

Confrérie de dames rieuses

aux éclats de cœurs festifs

c’est toute l’enfance qui bourdonne

dans la languide somnolence des jours

 

Et quand mai lentement s’étiole

au soir des fatigues géorgiques

et des ombres aux ruelles esseulées

les Parques enfileuses de sons

sur le fil des heures trépassées

à l’unisson doucement se lamentent

dans la partition insondable des nuits

Annonce faite aux mémoires étales

qu’il sera toujours temps de mourir demain

0 Réponses à “Résonances”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse