Désir

La flèche du désir, dans un monde étriqué,
S’affole et pique au sol. Icare dégringole,
Ses ailes battant l’air, tout son corps disloqué,
Ne traçant dans le ciel qu’instable parabole.

Tel est notre délire : Atteindre le soleil,
Un midi pour la vie ou l’arrêt sur image !
Conflagration subite et plaisir sans pareil !
Où mène l’inconscience ? A l’ultime naufrage.

Mais qu’importe ! Le sel de la vie est voyage,
Inauguré dès l’aube, en le simple appareil
D’un sentiment d’exil. S’extirper de la cage,
Fuir de la nuit des temps l’immémorial sommeil.

Rien ne sert d’entraver un oiseau qui s’envole !
Peut-il imaginer sa descente en piqué ?
Passe le mur du son ! Trouve enfin la parole !
Toi, flèche du désir, qui n’a pas abdiqué.

3 Réponses à “Désir”


  • J’ai du raté ce poème au mois de septembre….
    j’aime beaucoup….
    La seule chose qui m’a surpris c’est que l’alternance soit inversée à partir de la troisième strophe…. C’est dommage car ça casse un peu le rythme, d’autant que l’on démarre cette rupture sur la même rime féminine, ce qui rajoute à la confusion….
    J’aimerais savoir si c’est un effet volontaire voulu par l’auteur et dans ce cas pourquoi?…. je dis cela car cela m’est déjà arrivé de casser volontairement le rythme dans certains de mes écrits, mais c’était en corrélation avec le fond du poème, avec l’histoire que je racontais….
    Sinon, Bravo Sylviane, c’est beau et bien écrit….

    Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : LES ARTISTES SHOOTÉS À LA MOSTRA DE VENISE

  • sylvaine chevrier

    Merci pour les commentaires, Claudio que je ne connais pas!

    Le renversement était voulu. Ou plutôt, il s’est imposé, comme un effet de l’écriture même. Les deux premières strophes, avec le mot « naufrage », conduisaient à la désespérance. C’était l’état d’esprit du moment. Mais au lieu d’une suite sur ce ton me vint une protestation: « Mais qu’importe! ». Et avec elle, l’idée de refaire le chemin inverse, le symétrique du premier parcours, vers la résurgence du désir, ou sa résurrection. Phénix. Ou sa reprise dans l’écriture. La cassure, je l’ai vécue. Si elle s’exprime à la lecture, tant mieux!
    Merci encore pour cette lecture attentive.

  • Merci Sylviane, pour cette explication qui satisfait entièrement ma curiosité….
    C’est l’apanage du poète de mettre la forme au service du fond…. J’aime les licences poétiques quand elles sont motivées et réalisées avec talent…. Félicitations….

    Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : LES ARTISTES SHOOTÉS À LA MOSTRA DE VENISE

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse