D’autres cités

Des cités incrustées dans la carapace de crustacés monstrueux,
des cités enveloppées dans la plèvre grise de leur haleine toxiques, puant la chimie organique de digestions colossales,
saoules du râle de leurs gueulards embouchés jusqu’à la lie,
ivres du fracas scandé jusqu’à l’obsession et qui roule dans des veines tendues comme des rails ;
des cités ruisselantes de sueurs acides aux portes des exploits ;
des cités en nappes de champignons velus, ayant poussé aux pieds des pyramides de laitier, hautes et lisses comme les tombeaux des pharaons dans la vallée des rois ;
des cités aux draps de cendre flottant sur les pavés, les cours et les jardins ;
la cendre jusqu’au lit des chambres nuptiales,
là où des nichées ancestrales et multilingues dormirent à même la paillasse des rêves de terre promise ;
et puis les mornes figures des façades entrées en maladrerie sous les crachins de septembre,
mais aussi les caresses tièdes des soleils compatissants ;
des cités pleines de cette meute, lâchée à l’appel de la trompe, mugissante et pétaradante dans la thrombose des rues, et pleines de ces essaims d’insectes besogneux dégorgés de la ruche industrielle ;
des cités glorieuses du travail triomphant dans la noirceur des champs de mitrailles, et célébrant leurs hégémonies dans le vacarme des machineries ;
mais cités aimées des âmes simples qui savent écouter le temps, à sa grande rumeur, à son immense tâche.

1 Réponse à “D’autres cités”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse