Compte-rendu café littéraire Gérard Dalstein

Avec un plaisir sans conteste, un groupe d’une vingtaine de personnes est venu se presser autour de notre invité : Gérard DALSTEIN pour se laisser séduire par son ouvrage : « Les feux d’Eden », objet du café littéraire de ce jour.
Sous le jeu brillamment orchestré des questions posées par Nicole LAPORTE, des poèmes de l’auteur déclamés par Pierre VINCENT et des réponses claires, précises, chaleureuses de l’écrivain, la salle a retenu son souffle afin d’accompagner ce guide dans les entrailles de la terre et se réchauffer aux feux ardents du récit offert à son entendement.
Quand, à l’âge de huit ans, avec son grand-père, Gérard descend dans le labyrinthe des galeries de la mine du Pays Haut de la Lorraine, un coup de foudre le submerge…

Pour lire la suite, cliquer sur ce lien :
fichier pdf Compte-rendu Gérard DALSTEIN

5 Réponses à “Compte-rendu café littéraire Gérard Dalstein”


  • Joëlle di SANGRO

    Oui, c’est vraiment toute la personnalité de Gérard que l’on retrouve dans ce compte rendu plein de sensibilité.

    Si l’on ne guérit pas de son enfance, celle-ci forge l’être en devenir et lui fait ainsi restituer au centuple l’émotion primordiale pour la magnifier en une oeuvre qui en assurera la pérennité.

    C’est ce qui advient des « Feux d’Eden ».Cet ouvrage de référence est la mémoire du Pays Haut.

    Mais Gérard, poète, écrivain, peintre et philosophe n’aborde là que très peu l’aspect scientifique de son oeuvre(il suffit pour s’en rendre compte de pouvoir admirer le nombre impressionnant de maquettes et autres plans que recelle sa maison.)

    Si je devais décrire Gérard, je dirais qu’il se définit comme un passeur de connaissance, comme un insassiable créateur, dans une gerbe d’inventions et d’oeuves dont la diversité est époustouflante.

    Tout se passe comme s’il n’avait pas le temps de tout réaliser, comme si sa vie ne devait pas lui suffire…Il semble avoir infiniment plus à donner, à transmettre que le temps lui laisse et c’est là un trait marquant particulièrement attachant de sa personnalité

  • Joli compliment, Joëlle, criant de vérité….
    Longue vie et bonne santé à Gérard….

    Dernière publication sur Photos, Reportages, Chansons, Peintures, Venise : LES TROIS ÉGLISES ISOLÉES DE HAUTEFAGE LA TOUR, SAINT THOMAS

  • Gérard est aussi un grand philosophe et humaniste, toujours prêt à rendre service et à aider quiconque le lui demande.
    IL ne sait pas dire non et du coup il a plein de choses à faire, pour les autres.
    Des maquettes pour les musées, qui jalonnent son intérieur et ses machines , tout est fait par lui, un inventif, un créatif, et surtout quelqu’un de pointilleux dans tout ce qu’il entreprend.
    Des livres , des plans ….oui ce sera trois vies pour Gérard pour assurer ses projets!
    Il est le seul à avoir reconstitué une machine en maquette
    qui va aller dans un musée du fer, la seule pièce au monde
    il lui a fallu des milliers d’heures de bénévolat et d’amour pour mener à bien ce gigantesque travail, vous pourrez le voir un jour lorsque la pièce sera installée dans ce lieu.
    Des dessins plein les cartons!! et quels dessins! déjà petit il allait les faire sur place assis devant ou dans la mine.
    Des poèmes plein la tête, des récits sur sa jeunesse et ses amis qu’il a patiemment reconstitué ( à lire bientôt j’espère )
    Tant à dire sur Gérard qu’une soirée à lui consacrer ne suffit pas…
    Comme dit Claudio longue vie à Gérard et à Sylvie..
    et merci à Nicole de ce résumé si bien traité sur lui.
    amitiés
    katy

  • Je ne refuserai pas l’amitié que vous me faites à travers ces propos élogieux en les faisant suivre de considérations réductrices, et je n’aurai pas davantage la coquetterie de les contrebalancer par l’étalage de mes défauts et limites. Mais je trouve ici l’occasion de dire que nous ne sommes pas propriétaires, mais dépositaires des cadeaux que nous prodigue la Providence et que loin de pouvoir nous en enorgueillir, nous avons déjà à en rendre grâce. Comment ? C’est vrai, mon chemin, celui que j’ai découvert dans les regards et les chants des hommes, c’est bien celui de la transmission. Lorsque j’étais interne, j’écrivais toujours cette même citation de Romain Roland sur la page 2 de couverture de mes « cahiers secrets » (car il était interdit de faire autre chose que nos devoirs) « Joie, fureur de joie, soleil qui illumine ce qui est et sera, joie divine de créer… ».
    Créer, c’est merveilleux. Tirer du néant. Faire advenir ce qui n’existait pas. Oui, c’est d’essence divine. Mais c’est une jouissance personnelle qui n’aurait pas de sens si elle s’arrêtait là. Transmettre, c’est déjà prendre un chemin vers les autres, pour les autres, c’est pouvoir sortir de la spirale égocentrique qui cherche souvent à capter les créateurs.
    Nous sommes les Héritiers de ce qui nous a été transmis, et sans lequel nos dons et aptitudes ne seraient que potentiels inconséquents. Lorsqu’on en a pris conscience, il est difficile de se tenir en repos. Honorer la mémoire, c’est bien construire l’avenir de celles et ceux qui prendront le relais. Haut les cœurs ! Alors capt’ain Claudio, on largue les amarres, on hisse la grand voile ? Par la Sainte-Barbe, Sacrebleu !

  • Pare à virer, cap au Sud, matelot!….

    Dernière publication sur Photos, Reportages, Chansons, Peintures, Venise : LES TROIS ÉGLISES ISOLÉES DE HAUTEFAGE LA TOUR, SAINT THOMAS

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse