Archive mensuelle de juin 2012

Thème du mois de juillet : la chanson

A la veille du 1er juillet, j’ai le plaisir d’introduire le nouveau thème proposé par Joëlle di Sangro : la chanson.

Grand Prix Charles Le Quintrec

Grand Prix Charles Le Quintrec dans Palmarès PALMARES-2011-SAPF-001-744x1024

La fuite

La fuite trisse de tout ce qu’on n’attrape pas :

le pompon du manège,

quelqu’un qui a volé l’orange,

la musique en arpèges,

la jeunesse au sourire d’ange.

La fuite trisse de tout ce qu’on n’attrape pas :

la main caressante qui quitte la joue,

l’ombre absorbée par la pensée triste,

l’image nette qui devient floue,

le bonheur qui s’est refusé

et le bonheur d’après sur la même piste…

 

Écorné, il faut suivre la fuite et la rattraper…

Référencement des auteurs lorrains

Chers amis,

Le Centre Régional du Livre de Lorraine vous propose de participer au référencement des

AUTEURS, ILLUSTRATEURS ET TRADUCTEURS DE LORRAINE

Si vous souhaitez y figurer, je vous engage à demander une fiche de recensement au format WORD à l’adresse suivante:

cr-livre@lorraine.eu

Cordialement

Armand BEMER

Salon du livre au pays de Sierck

Salon du livre au pays de Sierck dans Divers Salon-Monteanch-14_10_12422-218x300Chers amis,

A ceux d’entre vous qui ont publié un ou plusieurs ouvrages : j’ai le plaisir de vous inviter à participer au Salon du Livre du Pays de Sierck qui m’a proposé d’être le parrain de sa manifestation cette année. Voir le document en PJ. Merci de me faire savoir si vous êtes intéressé en m’envoyant un courriel à : armand.bemer@nordnet.fr

A ceux qui n’ont pas publié d’ouvrage : vous êtes évidemment les bienvenus à ce salon qui se tiendra à Montenach, près de Sierck, à deux pas de la frontière luxembourgo-allemande, du village de Schengen (mais oui !), dans une superbe Maison de la Nature que nous avons inaugurée hier sous le parrainage de Jean-Marie Pelt dans un écrin de verdure.

Au plaisir de vous y rencontrer le dimanche 14 octobre toute la journée.

Cordialement

Armand BEMER

Le Tirino (huile sur toile)

Le Tirino (huile sur toile) dans * COLIN Monique Mo-002

Déclin

La bergamote trotte
S’escamote dans la grotte
Et suffoque
Elle est tombée !

Mon père

Des milliers de bouquins rayonnaient en étages
Dans une pièce de vie cirée comme un parloir.
Des fauteuils et des chaises, des tables et des armoires
Croulaient sous les papiers et récits de voyages.

Mon Père était debout me lisant un passage
D’un conte fabuleux dont le fil de l’histoire
Déroulait des images gravées dans ma mémoire :
J’étais ce Chevalier, ce preux du Moyen Âge…

Au refus de subir, de voir le temps passer
Toujours petit enfant, je garde dans mes pensées,
Les instants de bonheur vécus avec mon Père.

Ce matin la poussière joue et danse au soleil.
Entre mes rêves d’enfant et ces livres en éveil,
J’aimerais encore dire : « Comme on est bien mon père ! »

Voyage

Je suis entré dans le décor

D’aucuns diront que je suis mort

Partout, l’on m’a mis des tuyaux

Plus un seul bout de gras sous la peau…

 

Je suis presque de l’autre côté

L’on dit que mon temps est compté

On me crie « reviens à la vie !»

Pourtant, je me sens bien ici…

 

Ils se disent tous que je pars

Mais j’ai juste changé de gare

Derrière, au fond des yeux éteints

bouillonne la proximité d’un lointain…

 

Je suis entré dans le décor

Est-ce si fatiguant la Mort ?

Ici, la nuit s’est levée

Je la sens porteuse de paix…

 

Un jour je suis revenu

De moi, la Mort ne voulait plus

Alors, je suis remonté sur scène

Partir si tôt ne vaut pas la peine !

Rivière aux yeux vairons…

Rivière aux yeux vairons vire et vacille virage,

Des galets au menton courant sur le rivage,

Du sable sur le front pétillant et sauvage.

 

Ruissellent sur ses joues les rives de tous bords.

Une bordée de cailloux cavale dans ce décor.

Algues au creux du cou accrochent à bâbord.

 

Poissons en rangs serrés ripent dessus la roche.

Saumons surentrainés, les mains dedans les poches,

Remontent  la marée sans aucune anicroche.

 

Rivière aux yeux muets  mue et musarde émue.

Des pierres jusqu’au nez  courent dans la cohue,

Du sable enracinée sur ses hanches menues.

Une voiture contrariante

Elle fut docile, tant qu’il me plut

Obéissant à volonté à mes manières

Petite voiture de tant de rues

Pourtant un jour, elle me fit taire

 

Quand vint enfin l’heure décisive

De prouver mes talents de conductrice

Elle m’abandonna à tous ses caprices

Et refusa obstinément, d’être soumise.

 

Elle se prit tout d’abord, à reculer

Exagérant, à l’extrême sa descente

Mécontente que je l’aie arrêtée

Elle décida de devenir plus arrogante.

 

Voyant, que ma volonté la surpassait

Elle brouilla le pare brise de poussière

J’actionnais l’essuie glace sans tarder

Ce qui la fit sursauter de colère.

 

Il lui prit alors de m’étourdir

M’obligeant, à filer en sens interdit

L’inspecteur, se mit à me maudire

Je fus recalé, pour mes étourderies.

 

Quand revint l’heure de mes prouesses

J’étais fin prête, pour la manœuvre

Et ce fut avec une certaine délicatesse

Que je pris le contrôle de mon œuvre.

 

Elle fut à l’écoute, comme il me plut

Obéissant à mes bonnes manières.

Petite voiture, connue de tant de rues

Elle exauça docile, toutes mes prières.

Promener notre âme

Promener notre âme dans * BONTEMPS Alain Bontemps-PRÉSENTE
Le temps passe,

 

les oiseaux passent dans le ciel,

 

l’envie dans le bonheur,

 

les chagrins les suivent ou un ange

 

et nos pas promènent notre âme…

 

lui dédient des évocations à picorer…

 

 

 

Les premières pages en lecture gratuite chez l’éditeur  Edilivre.

 

Portrait

Planète je dessine ton visage :

herbe mièvre et folle et tiède et molle

nue pends-toi à la chevelure bleue

du ciel

 

 

 

arbre ruisselant ouvre ton œil vert

et laisse l’Hiver peindre tes sourcils

de blanc

Everest de ce pas quitte la carte

endormie et dresse-toi en un nez

de marbre

lagon balaye de tes bras ces lèvres

qui libéreront larmes et baisers

de sel

 

veuillez-vous lever madame Tortue

prêtez ce manteau à l’affreux menton

de l’Homme

pourquoi me voler

c’est la Création

c’est quoi

une erreur

L’amorce des choses

L'amorce des choses dans * CARL Jean-Joseph Carl-1ère-de-couv
L’auteur nous fait part de la parution de son recueil de haïkus (le 1er d’une série de 4) qu’il a édité à Thebookedition.com.
Cliquer sur le lien ci-dessous vous permettra d’accéder directement à la page du site qui présente le
livre et de le commander ou le télécharger :
http://www.thebookedition.com/l-amorce-des-choses-de-jean-joseph-carl-p-78012.html

 

Quand il mourra

Du poète, quand il mourra,
Il ne restera presque rien sur la terre :

Quelques poèmes
– Merveilles, mystères –
Que les saisons jauniront,

Les gaz échappés de son corps
Qui planeront sous l’astre d’or
En réchauffant la planète,

Et ses cendres, oui,
Sur le gazon d’un jardin,
Des cendres de poète.

Cinq ou six décennies plus tard,
Nul, pas même un vieillard,
Ne se souviendra du poète,
Et ça n’aura, pour lui, pour ses quatrains,
Pas d’importance.

Comment n’être pas chagrin
Quand on y pense ?

Présent

Ah ces vacances
Qui s’élancent
A toute allure
Et ne durent
Qu’un instant
Sous vent

Longwy Arts d’été

Le Centre d’Art Lorrain organise une exposition intitulée “LONGWY ARTS D’ETE” réservée aux peintres, sculpteurs et photographes d’art.

Pour y participer, s’adresser à Monsieur Antoine DOUDOUX à l’adresse suivante :
Institut Supérieur de Décoration
12 rue du Tivoli
54400 Longwy

Tel : 03 82 25 51 19

Joindre une enveloppe timbrée où figure votre adresse pour recevoir le règlement
en retour.

Charmes du terroir

      (Inspiré par un tableau du peintre Pernes

exposé dans le restaurant “Le Terroir” à Santenay)

 

Des charmes du Terroir à ceux issus de l’Art,

        Liés à cette douce escale,

Je garde en souvenir dans mon cœur sans retard

        L’esprit d’une flaveur locale.

 

L’automnale palette œuvre au gré du hasard

        A teindre en tons divers la vigne

        Où murit le plaisir insigne

Des charmes du Terroir à ceux issus de l’Art.

 

        L’harmonie éclaire la toile :

        Savamment l’épure dévoile

Une invite à m’ouvrir le monde bien à part

Des charmes du Terroir à ceux issus de l’Art !

Concours de poésie des scolaires 2012

Le concours de poésie des scolaires « Les cadets de la Poésie », édition 2012, s’est achevé par la remise des prix le 24 mai, dans la salle des fêtes de Blainville sur l’Eau (54) et dans une ambiance chaleureuse et enjouée.

 

Nous appuyant sur la même structure que l’an passé (un jury de 6 personnes : 3 SPAF et 3 enseignants, sous la double Présidence d’Eric Douchet, Inspecteur de l’Education Nationale et Armand Bémer, Délégué Régional de la SPAF Lorraine), nous avons accueilli pour cette joute poétique les élèves de CM 1 et CM 2 ( et quelques CE 2 embarqués dans l’aventure du fait de leur présence dans une classe mixte CM1 / CE 2 ). En tout 8 classes (contre 5 en 2011) issues des écoles de Blainville sur l’Eau, Damelevières et Mont sur Meurthe.

 

Nos poètes en herbe ont composé sur le thème du Printemps des Poètes 2012 : « Enfance », un thème qui semble toutefois les avoir moins inspirés que les « Infinis Paysages » de l’an dernier.

 

Sur une sélection de 10 élèves par classe faite par chaque enseignant, 18 ont été récompensés, 2 par classe et 2 autres toutes classes confondues.

 

Comme l’an dernier, les lauréats sont repartis fiers de leur succès et heureux d’avoir en mains une jolie toile ou un sous-verre confectionnés par Nicole Métivier et son amie Mariette. Tous les élèves sélectionnés ont reçu un diplôme ainsi que les enseignants. Lesquels ont également reçu un ouvrage offert par la délégation de la SPAF pour leur bibliothèque de classe.

 

Comme l’an dernier, Sylvie Weisse a été le précieux et efficace relais entre la SPAF et les acteurs locaux (l’inspection, les enseignants et la mairie de Blainville).

 

Alors, à l’année prochaine ? Peut-être, sauf pour les CM 2 qui en regretteraient presque de devoir passer en 6ième !

 

 

Pierre VINCENT

Concours de poésie des scolaires 2012
Album : Concours de poésie des scolaires 2012

6 images
Voir l'album

Thème de juillet : la chanson

Aujourd’hui a été publié le dernier poème sur le thème “Le monde”. Deux adhérents ont participé.
Jusqu’au 30 juin, nous aurons des oeuvres hors thème.
Pour juillet, Joëlle Di Sangro nous propose : la chanson. Ceux qui le souhaitent peuvent d’ores et déjà m’envoyer leurs oeuvres sur ce thème.

Le monde changeant

Le Monde que voit l’Homme est toujours différent
De celui que voyait hier son propre père
Ou que verra demain son fils né sans repère
Contraire à ceux fournis lors par ce référent !

Vers une ronde

La Terre tourne en rond

On voudrait qu’elle tournât en rondes

 

La Terre tourne en douleur

La Terre tourne à la guerre

Se sont ses hommes qui pleurent

Se sont ses hommes qu’elle perd

 

La Terre tourne en rond

On voudrait qu’elle tournât en rondes

 

On regarde… la Terre tourne à l’horizon

De tous ceux qui lui veulent du bien et font la fronde

Prix de l’humainement, les nominés sont :

Un début d’espoir de paix, demain en bouton

Ceci, cela… ce qu’il faut pour y croire

 

La Terre peut se retourner

Elle comprend qu’elle tourne pour avancer

La Terre tourne en rond

Elle commence une ronde




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse