L’amoureuse abandonnée

les cheveux gondolés par la pluie de minuit
la jeune fille allait sur le cœur une rose
son pas triste et léger sur l’herbe où l’air se pose
fit briller le lichen sur ces statues de suie

la Lune en silence s’enfuyait et pleurait
assombrissant l’enfant et le cimetière
de sa peau brune et pâle elle embrassait les bières
au loin le coq stagnait  les nuages chantaient

la jeune fille allait la main close et l’œil sourd
les pans noirs de sa robe allongeaient des sourires
froids et indifférents en un cortège lourd
les pierres à ses pieds égrenaient des soupirs

la jeune fille allait enfin elle arriva
le tombeau de Mausole avait moins de beautés
une fleur se fanait la nuit l’enrubanna
là dormait le plus doux des plus doux des aimés

l’amoureuse accroupie dessina sur le marbre
un bouquet lacrymal de roses et de larmes
silencieux tout autour s’agenouillaient les arbres
comme des généraux faisant tomber leurs armes

elle embrassa la dalle et se signa muette
elle inspira son rêve et referma les yeux
sur le monde et la nuit comme un feu sur les Crêtes
sa tempe scintilla de rouge elle vit Dieu

Onirie sous son bras
la prit et la guida
sertie de chants heureux
jusqu’à son amoureux

0 Réponses à “L’amoureuse abandonnée”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse