C’est sur la ville

Dans la nuit noire de la ville
Une église d’un ton léger
Egrène trois notes tranquilles…

Un rêve vient me consoler.

Comme un écho sur les toitures
L’Italie à l’été flambant
Chuchote alors mon nom d’enfant

Et je m’attarde à son murmure.

Rues et gens sont endormis
Quand mon cœur traîne un peu dehors.
L’église sonne dans la nuit :

C’est sur la ville où Elle dort

(Cheminements)

1 Réponse à “C’est sur la ville”


  • Joëlle di SANGRO

    « Un rêve vient me consoler »…

    Lorsque l’on sait de quelle puissance peut être la consolation apportée par un rêve, on mesure la profondeur d’un tel poème.

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse