L’étoile, le vieil homme et l’enfant !

En un camaïeu d’ors, automnale parure,
La forêt flamboyait et, fiers de cette aura,
Les sapins arboraient leur pérenne verdure.

Main dans la main, ils cheminaient, de-ci, de-là ;
Le vieil homme et l’enfant, heureuse connivence.
« Il leur manque une étoile, à tous ces grands sapins ! »
Dit l’enfant, facétieux, ajoutant : « moi, je pense,
Que ce serait Noël aussi pour les lapins ».

Tendrement, le vieil homme, étreignit dans la sienne,
La main du garçonnet. Ah ! L’Etoile et Noël !
Il voulait expliquer, mais qu’à cela ne tienne,
Il ne pourrait tout dire, alors, les yeux au ciel,
Il dit :  » Vois-tu, petit, chaque étoile est lumière,
Et, je crois, nous invite à regarder plus haut,
Plus haut que les sapins, et leur allure fière.
Sais-tu que bien souvent elle orne les drapeaux ?
L’étoile des marins est guide et messagère,
Celle de Bethléem annonçait l’Enfant Dieu
Et, dans le ciel du soir, l’étincelle première
Annonce, de la nuit, le chant mystérieux ! ».

Le soir, déjà, couvrait la forêt de son voile.
Serrant alors très fort la main de son aïeul,
L’enfant lui dit : « Papi, seras-tu mon étoile,
Pour que, sur mon chemin, je ne sois jamais seul ? »

Une larme, soudain, s’attarda sur la joue
Du vieil homme … : « Eh ! voilà qu’arrive la fraîcheur,
Rentrons, car il fera bientôt nuit et j’avoue … »
Mais …les mots sont bien vains pour dire le bonheur.

En écho lumineux aux couleurs du couchant,
Mille étoiles brillaient dans les yeux de l’enfant !

4 Réponses à “L’étoile, le vieil homme et l’enfant !”


  • Cher Pierre,

    Tu ne saurais croire ce que ce poème éveille en moi!

  • Merci Pierre, pour la fraîcheur et le mystère qui émanent de ce poème.
    Après sa lecture, on ne regarde plus les étoiles de la même manière…
    Ni les yeux des enfants !

  • eh bien moi Pierre ton texte je l’ai lu tout à l’heure à mon assemblée… d’amies , poètes et peintres…
    (ils) ELLES , ont beaucoup aimé
    merci Pierre
    Bonne année à toi et Nelly
    BISOUSsssssssssssssss
    katy

  • Merci à vous !
    J’ai écrit ce poème à la demande de la municipalité de Verny qui souhaitait le faire paraître dans le « courrier des vernois » de décembre, ce qui a été fait, j’avais la liberté du choix du thème et je suis resté dans « l’air du temps ».
    Alors, Armand, regarder les étoiles ou les yeux des enfants autrement ? Peut-être ! Mais n’y trouve-t-on pas, dans l’un et l’autre cas, des raisons d’espérer ?
    Bonne année à toutes et tous !

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse