Près du Mont-Saint-Michel

Mon frère, approche-toi. Sans crainte, prends ma main.
Face à l’orbe de cuivre en ce jour qui régresse,
L’église où l’humble cœur s’embrase d’allégresse
Reflète sobrement l’épiscopat romain.

Forts d’accéder, tous deux, à ce Haut Lieu, demain,
Nous devrons éviter cette lise traîtresse :
Tant vinrent y périr en criant leur détresse…
Quel froid et glauque enfer pour l’intrépide humain !

Grâce aux accords subtils du bronze séculaire,
Un psaume vespéral, bénissant l’insulaire,
Sème sur l’antre impur ses limpides accents.

Tandis qu’autour du Mont, monastique nacelle,
La brume effleure l’onde en lés opalescents,
L’Archange aux ailes d’or, dans l’éther, étincelle !

1 Réponse à “Près du Mont-Saint-Michel”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse