Clameurs universelles

Car on me disait nègre, au siècle des Lumières 

Je vivais enchaîné ; mais en Lunévillois 

Un héraut de justice osa dresser sa voix 

Qui précédait Hugo et prolongeait Voltaire. 

 

 

Puis, pour mon ami juif, ce révolutionnaire 

En soutane avança qu’ en raison de sa foi 

Il ne saurait admettre ou tolérer de loi 

Qui créait un sous-homme et fondait la misère. 

 

 

Quand rugit près de nous la chaîne des clameurs 

Forgée par le mépris, les tyrans dans l’ horreur 

Tuent, dénigrant ma peau, raillant ta religion. 

 

 

Sans fin il nous faudra, pour racheter l’ Histoire, 

Des esprits clairvoyants qui sont, avec passion, 

A votre image universelle, Abbé Grégoire. 

5 Réponses à “Clameurs universelles”


  • CHIRON Jean-Jacques

    Voilà un bel écho à mon poème, mon Frère.

  • oui, j’aime bien, il est très harmonieux et agréable à lire

  • Merci les ami-e-s.
    Eh oui jean-jacques, c’est toi qui as provoqué le déclic et ranimé mon Abbé Grégoire qui sommeillait dans mes cartons.
    Pour ceux qui ne connaissent pas cette grande figure (authentique) du pays de Lunéville, plongez-vous vite dans quelque encyclopédie.
    Un précurseur, un visionnaire, un curé progressiste (avec une réserve concernant son dédain des langues régionales, à une époque où il fallait « unifier » la France avec un parler unique… Vieux débat !)

  • Joëlle di SANGRO

    Un « curé » qui trouvera (peut-être) grâce aux yeux de Bernard et Claudio.

  • Bravo Armand,
    J’adore quand la poésie révèle son utilité culturelle comme ici pour l’histoire patrimoniale ou sociétale lorsqu’elle porte un regard sur la société ou le comportement des hommes… pour, en final, les faire progresser !

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse