• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011

Archive mensuelle de septembre 2011

Les montres molles

Pour illustrer le thème du mois d’octobre consacré au temps qui passe, voici une toile de Salvador Dali intitulée « Persistance de la mémoire », plus connue sous l’appellation « Les montres molles ».
Cette huile sur toile de 24×33 cm a été conçue en 1931.
rellotgestousdalipersistenciadelamemorialaclau.jpg

Le thème du mois d’octobre : le temps (celui des horloges)

A la veille du 1er octobre, j’ai le plaisir d’introduire le nouveau thème proposé par Joëlle : le temps (celui des horloges).

Depuis quelques jours

Depuis quelques jours
Dans la toile d’araignée
Une guêpe sèche

« Les Feux d’Eden » de Gérard Dalstein

articledepresse2.jpg

Avis de concours

 Les Ateliers d’arts de Servon-sur-Vilaine en Bretagne organisent un concours dont vous trouverez le règlement en cliquant sur le fichier word ci-dessous :
Avis de concours dans Avis de concours doc concours2012littraireinternational.doc 

Le congrès de la SPAF 2011 à Yenne en Savoie

Nous étions le week-end dernier à Yenne en Savoie pour le congrès annuel de la SPAF.
Arrivées samedi matin, c’est Jean-Luc Guaraldo, l’époux de Jocelyne Guaraldo, déléguée régionale qui organisait le congrès de cette année, qui nous accueillit au Clos des Capucins.
Nous avons assisté à l’assemblée générale présidée par Vincent Vigilant.
Outre la visite de la ville de Yenne par un guide, nous avons fait une croisière romantique sur le lac du Bourget sur le thème des Amants du Lac au son des plus beaux vers de Lamartine et au rythme d’un quatuor qui interprétait La jeune fille et la mort de Frantz Schubert.
Parti d’Aix-les-Bains, le bateau traversa le lac jusqu’à l’Abbaye de Hautecombe. Un récitant en costume d’époque évoqua la vie de Lamartine et notamment son chagrin après la mort de Julie Charles, belle jeune femme atteinte de tuberculose qui mourut quelques mois après avoir vécu un bonheur intense avec le jeune poète, au point qu’ils pensaient tous deux mourir ensemble, certains que la vie ne pouvait plus rien leur apporter.
Alphonse de Lamartine a beau avoir décrété qu’il avait dans la tête plus de politique que de poésie, ses vers évocateurs d’une grande passion amoureuse sont chargés d’une émotion palpable, que le récitant, Philippe Black, sut mettre en valeur.
Après le récital, les artistes hélas se métamorphosèrent en domestiques pour nous offrir une collation et le charme fut définitivement rompu…
Puis nous nous sommes rendus chez un vigneron pour une dégustation et le dîner. Nous n’avons pas goûté à tous les crus proposés par le généreux exploitant car même si nous étions pris en charge par un car, nous ne voulions pas y monter à quatre pattes !
Le lendemain matin avait lieu la remise des Prix nationaux de la SPAF. Le Grand Prix était décerné à Jean Bertolino, grand reporter dont l’émission fétiche 52 sur la Une est connue de tous. L’homme est très sympathique et très intéressant. Et très sensible ! Car en dépit de ses voyages lointains et de tout ce dont il a pu être témoin dans sa vie professionnelle, il a gardé une réelle émotivité et son éloge, prononcée par Véronique Flabat-Piot, lui ont arraché quelques larmes ! Puis c’est François Guerraz, membre assidu de la SPAF, qui nous enchanta avec les poèmes de Jean Bertolino qu’il a mis en musique et interprétés pour nous.
Bref, un merveilleux week-end et un congrès très bien organisé. Nous étions six de la délégation lorraine et nous avons retrouvé avec plaisir des têtes connues et fait connaissance avec d’autres.
Merci à Jocelyne et toute son équipe et rendez-vous l’année prochaine en Ile-de-France.

Le congrès de la SPAF 2011 à Yenne en Savoie
Album : Le congrès de la SPAF 2011 à Yenne en Savoie

34 images
Voir l'album

(Toutes les photos de l’album ont été réalisées par Monique Colin.) :
img9760petit.jpg

Lunaria annua (huile sur toile)

lunariaannua.jpg

Mon horizon

Mon horizon s’est fait sournois 

Ce matin, 

Il veut jouer au plus malin, 

Avec moi. 

 

Le médecin m’a dit : « prends garde, 

C’est malin ! » 

Qui veut donc briser mon destin ? 

La camarde ? 

 

Elle voudrait faire des siennes ! 

Mais demain, 

Je vais encor prendre ta main 

Dans la mienne. 

 

Mon horizon m’a fait faux bond 

Ce matin, 

Il veut jouer au plus malin 

Pour de bon. 

 

Mais que sait-il de mes espoirs, 

de mes rêves ? 

C’est l’aurore qui me soulève 

Pas le noir ! 

 

Moi, je connais quelque chemin 

En forêt, 

Où l’on peut cueillir le muguet, 

Le jasmin. 

 

Je veux cueillir la fleur sauvage, 

Au printemps. 

Trouver dans un regard d’enfant 

Le présage 

 

D’un lendemain qui sera fait 

De lumière. 

J’ai trouvé près de la rivière, 

Joie et paix. 

 

Le petit roitelet huppé, 

De ses trilles, 

M’enchantera sous la charmille 

Tout l’été. 

 

Mon horizon fait le malin, 

Quelle audace ! 

Il faudra que je le remplace 

Dès demain. 

 

Je veux aller par les vallons, 

Les chemins 

Et retrouver tous mes refrains 

Et chansons. 

 

Et je récrirai des poèmes, 

C’est promis, 

Pour te dire en catimini 

Que je t’aime. 

L’accroche-coeur

Lorsque vous aurez, Madame, 

Quelques cheveux blancs, 

Souvenez-vous que mon âme 

Et mon cœur ardent 

N’avaient pas d’autre demeure 

Que vos deux bras blancs… 

S’il arrive que je meure, 

  Souvenez-vous en ! 

 

Quand vous viendrez sur ma pierre, 

Vos pleurs épancher, 

Ou arracher quelque lierre 

Qui s’y attachait, 

Parlez-moi de votre vie, 

Sans moi, maintenant, 

Des espoirs et des envies 

   Du monde vivant… 

 

Le gisant qui , là, sommeille, 

Regrette en secret 

D’une mèche à votre oreille, 

   Le parfum discret. 

Le Livre sur la Place 2011

Au moment des rotations, il ne m’a pas été possible de faire quelques photos. Si les auteurs présents ont des photos à faire paraître sur le blog, merci de me les faire parvenir par mail en format .jpg 15×10 cm env.
La seule et unique photo que j’ai prise est celle de notre ami Gérard Dalstein que je suis allée voir à son stand ce jour après la rotation.
livresurlaplacebis.jpg

Les feux d’Eden

L’ouvrage « Les feux d’Eden » vient de sortir de presse et sera présenté au « livre sur la place » de Nancy au stand « Paroles de lorrains ». Les personnes qui ont répondu à la souscription pourront donc le retirer directement, et je serai présent pour les dédicaces les vendredi, samedi et dimanche de 15 à 17h.Pour les souscripteurs qui ne peuvent se déplacer, l’ouvrage sera posté la semaine prochaine.
La présentation officielle « dans son fief » avec les élus locaux aura lieu à la salle municipale de Saulnes le 30 septembre à partir de 17h. Un certain nombre d’originaux de dessin y seront exposés à cette occasion et un diaporama d’une centaine d’illustrations commentées projeté en boucle. Nous aurons peut-être le temps de laisser chanter quelques textes à des praticiens du genre. Mais ce type de manif comporte toujours quelques imprévus !
 Le livre sera ensuite présenté à Villers-les-Nancy dans un contexte similaire, au château Mme de Graffigny, mais à une date qui n’est pas encore arrêtée. Je ferai passer l’info dès qu’elle sera connue.  Bien à chacune et chacun.

Gérard
dalsteinfeuxdedenc1fe.jpg
dalsteinfeuxdedenc4fe.jpg

Histoire de zèbre

Le Zèbre dans son pyjama 

visite la belle Otarie 

car il sait qu’il plait aux nanas 

dans son costume fantaisie 

 

L’ Alligoîtreux…l’Alligator 

un vieux grincheux tout cacochyme 

l’Alligator…L’Alli qui mord 

un vrai méchant, un pousse au crime 

 

est très jaloux de cet intrus 

car il aime la belle Odile 

comme un romantique é perdu… 

Mais ses larmes de crocodile 

 

Font rire la belle enfant 

Qui n’a d’amour que pour le Zèbre. 

 

L’Alligateux …aux mille dents… 

Et dont les meurtres sont célèbres 

 

A décidé de se venger 

Et a choisi l’instant propice 

Où les amants vont s’embrasser 

Dans le clair de lune complice 

 

Pour bondir la gueule en avant… 

Dans un claquement de tonnerre 

L’eau jaillit-écume d’argent- 

Mais Alligoîtreux centenaire 

 

Laissant échapper son lorgnon 

Ne vient happer que leur deux ombres 

Le Zèbre d’un coup de talon 

Etourdit ce tueur de l’ombre 

 

Puis s’enfuit avec l’Otarie 

Pour banqueter sur la banquise… 

Pâmée d’amour ! l’Otarie rit… 

Mais le héros qui l’ conquise 

 

grelottant et claquant des dents 

dans son pyjama fantaisie 

tousse mélancoliquement 

et redoute la pleurésie. 

 

Or…un docteur passant par là… 

-l’aventureux Philéas-Phoque- 

Le tire de ce mauvais pas 

L’enduisant de graisse de phoque 

 

Depuis lors…le zèbre mondain… 

Dans les salons de sa Marquise 

Loin du danger du grand saurien 

Vit au chaud des amours exquises 

Et chante du soir au matin. 

« Tout va très bien dans la banquise, 

Tout va très bien, tout va très bien… »

(Elie VINE – Lauréat du Grand Prix des Poètes Lorrains) 

Florilège

Savez- vous mes amis 

Ce qu’est un florilège ? 

Une brassée de fleurs, 

A la face du monde 

Projetée dans le vent. 

 

Le filet d’eau mêlé 

Au sable du chemin 

Qui scellera le roc 

Devenant pierre d’angle. 

 

Des graines d’espérance 

Enfouies sous la terre 

Un jour prendront racine 

Au soleil de l’amour. 

 

Des galets, des étoiles 

Se mirent dans la nuit 

Et s’échappent du cœur 

Un éblouissement 

 

Florilège est encor 

L’épanchement d’une âme, 

Le rêve prenant corps 

Et qui s’épanouit 

Au jardin de l’été 

 

Florilège est enfin 

Une voix, un écho, 

Un chant qui se prolonge 

Au-delà des saisons, 

Au-delà de la vie, 

Au-delà de la mort !

Hélène VESTIER , Lauréate de l’Académie Française,
(Prix Auguste CAPDEVILLE 1967 pour son recueil intitulé : «  Tout au long d’une vie »,
Premier Prix de poésie au Tournoi international féminin en Juin 1967,
Déléguée Régionale de la S P A F pendant 40 ans.

 

Sûrement

Il existe 

sûrement 

après la peine 

  

un astre à toucher 

un souffle à cueillir 

une fleur à nommer 

  

-au fil du poème 

des mots d’amour 

pour recoudre le Jour 

Le thème du mois d’octobre : le temps (celui des horloges)

Aujourd’hui a été publié le dernier poème sur le thème “La prière”. 7 adhérents ont participé.
A partir de jeudi et jusqu’au 30 septembre, nous aurons des oeuvres hors thème.
Pour octobre, Joëlle nous propose : le temps (celui des horloges). Ceux qui le souhaitent peuvent d’ores et déjà m’envoyer leurs oeuvres sur ce thème.

Eternelle renaissance

O sublime nature ! O divine immanence ! 

Tu es temple et déesse en l’esprit converti, 

Par toi j’aspire à Dieu, je touche l’infini, 

Du véritable amour je bois la quintessence. 

 

Atteignant le sommet des grandeurs oubliées, 

De l’humaine mesure il ne reste plus rien ; 

Le ciel est dans la mer et mes yeux dans les tiens, 

Aux confins éternels de nos âmes scellées. 

 

Combien de temps encor durera cette étreinte 

Avant que de nos chairs il ne reste un lambeau ? 

Aimons-nous jours et nuit jusqu’au bord de tombeau 

Car de l’homme en folie j’entends le glas qui teinte ! 

 

Ainsi Dieu a voulu ce suprême holocauste : 

De tous les beaux amants que la terre ait portés, 

Mon bel amour ! Nous sommes les plus déchirés 

Et dans un dernier cri, nous expirons leurs fautes. 

 

Par le sang, par la mort, par la douleur encor, 

La sagesse et l’amour sont des fleurs de souffrances : 

Le grain de blé pourrit avant qu’il ne s’élance, 

Promettant le retour des fruits de Thermidor. 

Jean-Pierre RECOUVREUR (Grand Prix des Poètes Lorrains 1979) 

Lettre au Père Noël

L’enfant s’agenouilla dans le noir de sa chambre
Pour prier en secret sans lumière et sans bruit,
Rabaissant sur ses pieds la chemise de nuit
Propre de ce matin, premier jour de décembre.

« Petit Père Noël, je ne veux en cadeau
Ni robe ni jouet, pas même une poupée ;
Je n’ai qu’un seul désir : ne plus être frappée.  »
Se levant, la petite écarta le rideau…

La neige étincelait sous un rayon de lune,
Le givre sur les fils, dentelle de cristal,
Eloignait la douleur du souvenir brutal ;
La fillette coiffa sa chevelure brune.

Au son d’un grincement sa bouche se crispa ;
Quand la porte s’ouvrit, sa figure sereine
Ne laissait rien paraître. « Ô Marie ! Ô ma reine ! »
Dit-il. Elle, en un lourd soupir : « Bonsoir papa. »

Clameurs universelles

Car on me disait nègre, au siècle des Lumières 

Je vivais enchaîné ; mais en Lunévillois 

Un héraut de justice osa dresser sa voix 

Qui précédait Hugo et prolongeait Voltaire. 

 

 

Puis, pour mon ami juif, ce révolutionnaire 

En soutane avança qu’ en raison de sa foi 

Il ne saurait admettre ou tolérer de loi 

Qui créait un sous-homme et fondait la misère. 

 

 

Quand rugit près de nous la chaîne des clameurs 

Forgée par le mépris, les tyrans dans l’ horreur 

Tuent, dénigrant ma peau, raillant ta religion. 

 

 

Sans fin il nous faudra, pour racheter l’ Histoire, 

Des esprits clairvoyants qui sont, avec passion, 

A votre image universelle, Abbé Grégoire. 

Prière gastronomique

La prière est un œuf pondu par le cerveau
Dont le jaune est un rêve en fœtus qui babille
De joie à son idée alors que sa coquille
Epaisse de l’ego la cloître en son caveau.

Mais si celle-ci casse en changeant de niveau,
Par exemple où l’esprit d’un Chef étoilé brille,
Il se peut que s’engendre auprès de la papille
Une belle palette autrement que de veau…

Et surtout si plusieurs en ont fait la collecte
En restant éloignés de l’ombre d’une secte,
Il devient très courant que s’exaucent leurs vœux !

Car le Ciel a toujours une écoute attentive,
Tel un grand cuisinier cassant toujours ses œufs
Pour faire en sa cuisine une omelette hâtive…

Chère Else

aucune heure  

ne s’allumera  

après la lueur  

de ma bougie… 

 

Mais toi, mon amie,  

touche ma main  

dans la nuit  

et continue d’écrire. 

 

Ainsi soit l’heure 

du petit matin: 

qu’un nom respire  

pour chaque bougie… 

 

Ce poème a été écrit en mémoire de Selma Meerbaum-Eisinger, décédée le 16.12.1942 à Michaïlkovka dans un camp de travail de Transnistrie (Ukraine), à l’âge de 18 ans

Notre Terre

Notre terre, qui es si bleue
Que ton air soit purifié
Que ton éclat revienne
Que ta splendeur se respecte
Sur le sol comme au ciel
Donne-nous aujourd’hui la lumière du jour,
Pardonne-nous nos pillages
Comme nous regrettons aussi de t’avoir autant dévastée
Et ne nous soumets pas à la destruction
Mais reste notre maison
Amène.

Pour une terre fraternelle

(En hommage à l’Abbé Grégoire) 

  

  

Offrons-nous, aux enfants, la paix des nations ? 

A quelle vie ainsi nous les initions 

    Dans ce monde en alarme ? 

Au cœur de tous les temps l’Homme parfois se perd, 

Nourri d’un culte extrême, épris du feu qui l’arme 

    Pour tuer en expert. 

  

Qu’une race envers l’autre impose l’esclavage, 

Son acte vil nous montre une horde sauvage 

    Acquise au lucre obscur. 

La misère endémique exige qu’on offense 

Par un labeur cruel, gage d’un noir futur, 

    Les jeunes sans défense. 

  

La haine encor détruit nos rêves salvateurs, 

Transformant des humains en horribles vecteurs, 

    Vêtus d’ignominie. 

Le combat pour l’Amour se construit constamment. 

Vivre en toute amitié dans la joie infinie 

    Reste mon seul serment. 

  

Approuvant tes écrits, ton esprit nous éclaire 

Sur les valeurs à suivre en un pacte exemplaire,  

    Parchemin granité. 

Aussi, portons bien haut, tels bénis du Saint Chrême, 

Au fronton de nos cœurs le mot – FRATERNITE -, 

    Comme enseigne suprême !   

 




alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse