Le village

7levillagecopie.jpg

8 Réponses à “Le village”


  • Joëlle di SANGRO

    Tu ne saurais croire, Isa, combien ce poème me parle…

  • J’en suis heureuse. Toucher le coeur du lecteur, voilà bien le secret espoir de tout gribouilleur…

  • nicole METIVIER

    Entrer dans votre poésie, Isabelle, est un ravissement pour le lecteur qui découvre, à la fois, la perfection de l’écrit et la force de l’émotion.

  • Merci Nicole, pour cet éloge qui me touche beaucoup. J’ai en effet toujours à coeur de démontrer que le carcan des règles n’empêche pas d’exprimer une émotion. Et je considère avoir réussi lorsque l’émotion ressentie par le lecteur fait oublier le respect des règles.

  • Joëlle di SANGRO

    Et c’est tout à fait là le vrai talent d’un poète:

    Ecrire dans les règles avec tellement d’aisance que cela paraît tout naturel!

  • Si j’osais, je dirais même que c’est le respect des règles qui montre la route et permet de bien écrire…. Cela n’est plus un carcan mais une aide….
    Je pense cela car quand j’écris mes chansonnettes en général je respecte la rime et le rythme de la versification en suivant du mieux de mes petites possibilités les règles de l’art….
    En revanche je ne sais pas écrire en vers libres et je respecte avec admiration ceux qui en sont capables…. (Et ils ne sont pas pléthore….)

    Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : PONT DU CIMETIÈRE DE VENISE AVANT 1950

  • Tout à fait d’accord avec Claudio. Je pense qu’il n’est pas si simple d’écrire beau et grand en vers libres et la poésie dite libérée ne devrait pas être un pis-aller de la poésie classique non maîtrisée mais l’opportunité d’une réelle expression créatrice.
    Les précurseurs de la poésie libre n’étaient pas des ignares de la prosodie, mais des poètes qui souhaitaient consciemment se libérer des règles qui la régissent et qu’ils maîtrisaient afin d’élargir le champ de leur expression artistique.
    Malheureusement, cela est aujourd’hui rarement le cas et les poèmes qui se réclament de la poésie libérée ne sont souvent que de médiocres poèmes classiques. On sent que le poète voulait écrire en classique sans en connaître les règles. Cela est dommage et mène effectivement à l’avis émis par Claudio et que je partage entièrement : il n’y a pas pléthore de poètes capables d’écrire en (bons) vers libres.

  • Et pour argumenter cette idée que les règles de la versification deviennent une aide et non un carcan, j’ai toujours en mémoire cette citation d’un certain Victor Hugo, citation mise un certain temps au frontispice de mon blog :
    « La rime est l’hameçon qui me pèche l’idée »

    Dernière publication sur Venise, vue par le Coyote : PONT DU CIMETIÈRE DE VENISE AVANT 1950

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse