Test d’aptitude présidentielle

Tout homme a ses travers, mais pour certain métier
Comme simple cariste ou pilote de chasse,
On ne peut les cacher avant qu’on les embrasse
Car il faut réussir tout un test en entier.

Mais pour bien diriger un pays, nul portier
Psychiatre ou psychologue explore la filasse
Des neurones vibrant un peu trop de l’audace
D’un candidat briguant ce rôle en vrai rentier !

Pourtant, un chef d’Etat n’est pas qu’une apparence,
Il doit au fond de lui supporter toute outrance
Que saurait révéler son penchant naturel.

Il serait ainsi bon qu’un peuple démocrate
Impose à son élite un juste examen tel
Qu’il ne pourra plus guère élire un phallocrate !

13 Réponses à “Test d’aptitude présidentielle”


  • Joëlle di SANGRO

    Ben dis donc Pascal !

    Quelle réactivité! et en vers!

    ( mais « tout un test en entier »…dur dur à macher!…

    Allez, je te taquine!

  • Pascal Lefèvre

    Eh oui Joëlle, mais c’est vrai qu’il faudrait quand même que les candidats à la Présidentielle soient reconnus d’esprit sain par un collège de spécialistes psy, sinon on pourrait risquer un jour d’élire un psychopathe comme les Allemands l’ont fait entre les deux guerres ! J’en ai écrit un second qui l’explique bien :

    Nécessaire précaution

    Il serait juste et sain qu’un homme politique
    Se prête à l’analyse avant de s’engager
    A guider un pays voulant que l’étranger
    Ait de lui son image ouverte et sympathique.

    Regardons en effet cet exemple historique
    Du Nazisme naissant d’un homme osant gruger
    Le monde en affirmant qu’il n’est pas un danger
    Alors que sa folie était symptomatique !

    Le peuple à tous égards devrait être un censeur
    Pour tous ces prétendants se disant grands penseurs
    Mais ayant un vrai grain propre à tout psychopathe !

    Avec un tel outil placé dans l’arsenal
    D’une Démocratie, il est sûr que l’étape
    Elective suivrait un tout autre canal !

    Pascal Lefèvre – écrivain versificulpteur

  • Joëlle di SANGRO

    Je comprends ton raisonnement Pascal,

    Mais le suivre impliquerait aussi de faire examiner chaque couple qui avant qu’il procrée.

    La responsabilité de mettre un enfant au monde est aussi infiniment grande et pourtant!…

    Et puis…sans aucunement vouloir défendre ce qui est indéfendable, nous devons constater tout de même que les « phallocates »(comme tu les nommes) n’ont pas manqué dans l’Histoire…Jusqu’à il y a peu…si peu, au fond!

    Ce qui a changé, c’est que l’impunité n’est plus (parfois) de mise avec le résultat et les remous que l’on sait.

  • Prudence, rien n’est avéré à ce jour….

    Dernière publication sur Photos, Reportages, Chansons, Peintures, Venise : BALADE NORMANDE, LE BAIN DU 1ER DE L’AN À VER SUR MER

  • C’est sûr. Jusqu’à ce que la preuve de sa culpabilité soit faite, un détenu est présumé innocent. En tout cas chez nous…

  • Marie France Genèvre

    Oui, et Hitler avait rallié les foules Pascal, à l’époque, il paraissait être l’homme fort et de circonstance au début, jamais on l’aurait pensé fou, même avec examen

    C’est bête une foule…ça complique les choses

    pour Kadhafi, placé là par les dirigeants d’occident, c’est encore différent, le peuple n’a même pas été consulté

    entre folie et moeurs légères, où allons-nous ?

    Mais la façon dont on traite M. Strauss Kahn est indigne d’une civilisation accomplie

  • Pourquoi indigne ? La différence du système est que là bas, il est présumé coupable alors qu’ici il est présumé innocent. Et il y a aussi une présumée victime… d’une agression sexuelle ou d’une manipulation… Contrairement à nous, les Américains n’accordent aucun traitement de faveur aux personnalités – et encore moins d’immunité ! – et je trouve cela plutôt sain. Pourquoi un « people » serait-il filmé dans les moments heureux de sa vie et préservé de l’oeil indiscret des caméras dans les moments moins glamour ? Attendons que DSK puisse s’exprimer car pour l’instant, évidemment, nous n’avons que des éléments à charge.

  • Pierre VINCENT

    Et voilà que la poésie nous amène à comparer DSK à Adolph … ! Mais, Adolph était un K, pas une DS …
    Et si on attendait de connaître la vérité …

  • Joëlle di SANGRO

    Ceci posé, revenons à la poésie pour te dire Pascal ce que peut ressentir le lecteur de tes deux poèmes:

    Une impression très nette que le texte a été écrit à la hâte.
    Que les mots ont été choisis pour »faire prosodique ».
    Les vers donnent une impression de « bricolage » et tout ceci n’est pas heureux.

    Prends du temps! prends du recul.

    Cisèle chaque vers, même si l’envie de t’exprimer te démange!(car on sent très bien que tu es pressé de conclure, que tu veux exposer ton raisonnement, mais on ressent tout autant ta précipitation!)

    Pense à HUGO! il mettait ses opinions dans une telle lumière, une telle évidence que l’on ne pouvait que s’incliner devant la justesse de l’exposé et l’élégance, j’oserais dire la « majesté » avec laquelle elles étaient exprimées!

  • Marie France Genèvre

    Ca me fait juste penser aux mises au pilori du moyen-âge
    C’est ça qui me gêne Zaz.
    oui, c’est vrai, il n’y a pas de présomption d’innocence là-bas, c’est pas une raison pour exposer et jeter comme ça quelqu’un en pâture, la manque de retenue ne me paraît pas sain non plus.

    je trouve même ça indécent (je ne sais pas si tu as vu les titres des journaux, haha, très spirituels les jeux de mots…whine or win ?(gémir ou gagner) par exemple

    les médias se délectent, comme d’hab’

    Faut pas exagérer

    oui, à suivre quant aux chefs d’inculpation…

  • Oui Marie-France, tout à fait d’accord avec toi pour la presse. Les Américains ne sont pas des parangons de finesse…

  • Marie France Genèvre

    Ah purée, bonjour les commères.
    Ils n’ont pas fini de grandir et ils veulent donner des leçons

    Et dire qu’on les copie…

    tiens tiens, ne les aimerais-je pas trop ?
    Peut-être bien…

    enfin: je n’aime pas la tournure que prend l’affaire DSK, comment elle a été révélée, tout ça, la position du Gouvernement français (intervention de fillon hier, trop catégorique pour être honnête
    )
    règlement de compte savamment orchestré qui tombe à point nommé ?
    On veut sa peau ?
    Ou bien…
    Hormis ses fautes

    Bref, à suivre…

    Bonne journée

  • Pascal Lefèvre

    C’est évidemment l’affaire DSK qui m’a inspiré cette idée que le peuple qui est le vrai souverain d’un pays devrait se doter d’un outil de contrôle constitué d’experts reconnus dans le domaine psy en amont des élections présidentielles pour se garantir contre tout dérapage alors prévisible de celui ou de celle à qui il peut confier son sort, notamment nucléaire ! C’est pourquoi j’ai pris l’exemple du pilote de chasse ou même du cariste qui doivent passer toute une batterie de tests avant même d’embrasser ces professions. J’aurais pu prendre l’exemple de l’astronaute ou du sous-marinier ! On le fait donc pour ces professions et on ne fait rien pour la plus haute fonction de l’Etat ! C’est un peu regrettable… non ?
    Par ailleurs, en ce moment on entend sur toutes les ondes des extraits de la bande-annonce du film « La conquête » avec des dialogues évoquant quelque peu la santé mentale du candidat Sarkozy en 2007 ! Cela aussi interpelle !

    Pour en revenir à la poésie, merci Joëlle pour ton commentaire. Le “tout un test en entier”…dur dur à macher!… était voulu justement pour ressentir à la lecture la pénibilité de certains tests de ce genre faits pour mesurer la limite où la personne testée se trouverait en rupture !!! J’aurais pu mettre « réussir un long test en entier ! par exemple mais je pense que ça n’aurait pas eu le même effet !

    Pour terminer ce commentaire, voici le dernier sonnet de cette trilogie poético-citoyenne, évitant les diérèses pour être lus aussi bien par les experts de la poésie classique que les adeptes du néoclassique :

    Permis de conduire politique

    Pour que la politique intéresse vraiment
    Le futur électeur, il lui faut en urgence
    Prouver que la vertu lui fait son allégeance
    En créant un « permis » valide à tout moment…

    Le service public impose constamment
    Que les élus chargés de sa lourde régence
    Ne souffrent nul reproche et guère d’indulgence
    Pour les moindres écarts de leur comportement.

    Ainsi, tout phallocrate ou pire psychopathe
    Ne pourrait plus jamais avoir entre ses « pattes »
    Ce pouvoir patenté qu’il ne veut plus lâcher !

    Et donc, l’honnêteté reprendrait en vitesse
    Sa place légitime à l’instar du cocher
    Du carrosse royal d’un grand Roi sans maîtresse !

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse