Ô femme universelle

Au-delà de la mort, Ferrat chante Aragon
Et la femme toujours est l’avenir de l’homme,
Qu’elle obéisse au maître ou croque dans la pomme,
De New-York à Paris, d’Alger à Saigon.

Cheveux courts sur la nuque ou très longs sous le voile,
Elle offre un corps d’albâtre ou d’ébène à l’amant,
Ou l’époux tyrannique, objet de son tourment ;
En ses yeux meurt ou naît la lueur d’une étoile.

Quelquefois lapidée, elle expire en public
Pour avoir osé vivre un amour adultère ;
Ailleurs, l’homme trompé traite plus bas que terre
L’infidèle à l’abri d’un appartement chic.

Qu’il soit ou non béni, le fruit de ses entrailles
Reste son privilège et sa force et son droit ;
En son ventre fécond, le futur enfant croît
Et sa mère construit d’invisibles murailles :

« Que ma fille jamais ne subisse d’abus,
Qu’au soleil de son père elle vive authentique,
Et mon fils ne succombe au champ patriotique,
Comme chair à canon sous le feu des obus. »

(Ce poème a remporté le Prix Charles Maire au concours Graffigny 2010 – NDLR) 

 

6 Réponses à “Ô femme universelle”


  • J’aime, sans commentaire….

  • Voilà encore un poème riche en image, il eut été dommage que le concours Graffigny n’existât point.

  • Thouvenin Maryline

    Oui c’est vrai Isabelle, la poésie peut aborder tous les sujets mais les « ou » et les « et » doivent être remplacés par d’autres petits mots équivalents, cela ne fait que rajout de répétitions; Vous auriez pu remplacer »Reste son privilège
    et sa force et son droit » par: »Reste son privilège, sa force, son droit. »
    Ainsi votre vers de douze alexandrins reste respectable et non

    dénaturé de sens.
    Aussi je vous invite à relire votre poésie charmante avant de la cloturer.Cela vous ferait un « sans fautes », ce qui serait trés appréciable.
    Par contre le fond est excellent et trés actuel.

  • Merci Maryline, pour vos précieux conseils ! ;-)

  • Thouvenin Maryline

    Alors je me rends, puisque cela ne serait plus de la poésie classique.
    Le p^ète Hérédia est décédé très jeune. c’était un Portuguais qui a fait de trés beaux ouvrages et Isabelle se régalerait avec, si elle était abonnée à la bibliothèque de Neufchâteau.N’est-ce pa

  • Thouvenin Maryline

    Bonsoir à tous,
    Correction:Cela a été,…
    Autre correction: le poéte en question se nomme Fernando Pessoa(1888-1935.)

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse