Les yeux verts

Cette chanson est composée sur un quatrain d’une rime servant de refrain alors que les couplets gravitent sur deux  rimes…. J’entends immédiatement mes amis, poèteux classiqueux,  me dirent : mais, Claudio, il y a des vers boiteux dans ton poème…Mais voilà, répondrai-je, ce n’est pas un poème, c’est une CHANSON dont les paroles furent écrites et dictées par et avec la mélodie….
Ce sont des vers à 7 syllabes mais on y trouvera, au regard des règles de la prosodie, des vers comptant 6 syllabes….
Ce n’est pas le fruit du hasard, ou une erreur de comptage de syllabes, comme disait Léo Ferré, ceux qui comptent ne sont pas des poètes, mais des dactylographes….
J’ai privilégié le chant, la musique des mots à la rigueur de la forme en transformant en l’occurrence certains « e muets » en « e sonores »….
Gérard Dalstein nous a bien dit :
« La poésie est un chant, et la forme est au service du fond et non l’inverse. » et, lorsqu’on écrit des chansons, cette citation est d’autant plus flagrante….

J’ai trouvé l’effet des plus jolis en particulier pour ce  2ème  vers du refrain qui sert de refrain au refrain : « Et la tête à l’envers »
Sur ce vers est basé toute la mélodie de la chanson…. INTERDICTION de faire la liaison et l’élision du « e muet » de « tête » avec le « à » de « à l’envers » qui ferait un affreux « tas »
je prononce bien : « Et/la/tê/te/à/l’en/vers/ » C’est toute la beauté chantante du vers…. Même procédé sur d’autres vers de cette chanson….
Que dire encore, sinon que je n’ai pas eu peur de répéter le mot « joli » car je trouve cela joli, que j’ai gardé le hiatus du 11 vers (que j’aurais pu facilement corriger) mais j’ai préféré laisser la chanson dans son premier jus et que j’ai gardé le mot enlèverai en élidant le e de « enlèv’rais » car je préfère prononcer instinctivement avec le pronom personnel :« Je vous enlèv’rais madame » plutôt que « Vous enlèverais madame »:….

Dernière recommandation, écoutez la chanson avant de lire le texte ou lisez simultanément à l’écoute….

Pour écouter les yeux verts cliquer ci-dessous

 

http://boaretto.unblog.fr/2010/11/01/les-yeux-verts/ 

LES YEUX VERTS

J’ai le cœur tout de travers
Et la tête / à l’envers
Avec ses jolis yeux verts
Aux reflets un peu pervers
J’ai la tête / à l’envers

C’était une joli’ dame
Joli’ dame / aux abois
C’était une joli’ dame
Pleurant on ne sait pourquoi
Pleurant on ne sait pourquoi
Qu’avez vous ma joli’ dame

Lui dis-je d’un ton courtois
Qu’avez vous ma joli’ dame
Pourquoi tout ce désarroi
Pourquoi tout ce désarroi

C’est la faute d’un infâme
Me dit-elle / en émoi
C’est la faute d’un infâme
Un amant sans foi ni loi
Un amant sans foi ni loi
Je lui / ai donné mon âme
Mon amour tout à la fois
Je lui / ai donné mon âme
Puis il s’est raillé de moi

Puis il s’est raillé de moi

Mais ne pleurez plus madame
Oubliez ce rabat-joie
Mais ne pleurez plus madame
Méprisez ses airs narquois
Méprisez ses airs narquois

Il ne faut pas faire un drame
Stoppez ce chemin de croix
Il ne faut pas faire un drame
Pour cet amour de guingois

Pour cet amour de guingois

Pour consumer votre flamme
Que vos yeux s’ouvrent sur moi
Pour consumer votre flamme
Que ce doux plaisir m’échoit

Que ce doux plaisir m’échoit
Je vous enlèv’rais madame
Si vous vouliez bien de moi
 Je vous enlèv’rais madame
Comme un prince d’autrefois

Comme un prince d’autrefois

J’ai le cœur tout de travers
Et la tête / à l’envers
Avec ses jolis yeux verts
Aux reflets un peu pervers

J’ai le cœur tout de travers
Et la tête / à l’envers
Avec ses jolis yeux verts
Qu’elle a tendrement ouverts
J’ai la tête / l’envers

Merci pour vos avis, critiques et conseils

10 Réponses à “Les yeux verts”


  • C’est là tout l’intérêt de la chanson!

    Il est plus facile d’adapter la poésie au rythme et cela ne choque pas l’oreille.

    Lorsque j’ai commencé à écrire, je me suis , ignorant tout de la prosodie, inspirée des rimes que j’entendais dans les chansons.

    Je fus trés surprise lorsque mon « maître » en prosodie m’expliqua , tout d’adord, que  » cela ne rimait pas », (rimes approximatives) et qu’ensuite, je « sautais gaiement des pieds »!

    La musique, le rythme permet beaucoup de licences (n’est-ce pas un peu pour cela que l’on dit aussi q’ » en France, tout finit par des chansons »?

    En tout cas, j’aime beaucoup cette chanson qui me rappelle les airs populaires de naguère.

  • Tu as raison Joëlle, c’est pour cela que je dis toujours qu’un parolier n’est pas forcément un poète, ….
    Mais sans sombrer dans la facilité, comme beaucoup, on peut sacrifier quelque peu aux règles de la prosodie pour prioriser l’osmose entre les paroles et la musique, entre le chant et l’écriture…. Le tout est d’en être conscient, ce qui n’est pas le cas de certains paroliers qui, de plus, se prennent pour de « grands poètes »…. J’en connais, des connus dont je tairais les noms,(hé oui, le succès monte à la tête) qui se comparent facilement à Verlaine, Rimbaud et d’autres…. Ca me fait doucement marrer car quand je lis leurs textes, j’ai les poils (ceux qui me restent) qui se hérissent….
    D’ailleurs, j’avais écrit ce que j’en pensais dans « chanson de rimes »

  • Merci Claudio, c’est gentil de le dire. Mais c’est vrai que tu sais de quoi tu parles quant à la souplesse de l’administration du blog !… En même temps, il offre un tas de possibilités que n’ont pas les autres.
    Cela dit, tu sais comme moi que les cimetières sont peuplés de gens qui se croyaient irremplaçables…

  • Mouais…Mais tant qu’ils ne sont pas morts, ils sont bien utiles!

    Rendons à César ce qui lui appartient et à Zaz ce qui lui est dévolu,

    C’est à dire notre gratitude pour l’administation d’un blog vivant qu’il fait bon visiter alimenter (et même), parfois, voir égratigner aussi!

    Car c’est bien là une preuve de ce qu’il est bien vivant!

  • Ce sont de bien jolis mots écrits avec une plume d’artiste!
    Et en plus, mis en musique, ces mots ont une autre ampleur, on ne les lit pas seulement, on peut les écouter, c’est beau!!!
    Le titre m’a attirée car j’ai moi aussi les yeux verts (ceux de mon grand-père que je n’ai pas eu la chance de connaître), ou plutôt pers, enfin d’une couleur qui change avec la luminosité, en ce moment ils sont gris, comme le temps.

  • Merci Patricia, je suis toujours tombé sous le charme des yeux verts….

    Dernière publication sur Photos, Reportages, Chansons, Peintures, Venise : LES TROIS ÉGLISES ISOLÉES DE HAUTEFAGE LA TOUR, SAINT THOMAS

  • ça tombe bien Claudio c’est la couleur des miens!!
    bon je blague !!
    Tu ne pourrais pas tomber sous le charme
    car tu es loin et tu as ta belle
    de quels couleurs sont ses yeux ??
    AMIZIA
    katy

  • de braise….

  • Ah, ces yeux…

    Que d’encre ils font couler!

    (Je pense ici à l’évocation de RENAUD dans » Mistrals gagnants):

    « mais moi, si je suis barge ce n’est que de tes yeux
    Car ils ont l’avantag’ d’être deux! »

    Alors, forcément, deux yeux…C’est un regard qui rime.

  • qui rime avec ou sans rimel
    qui lorsqu’il coule, le dégel des amants…/…

Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse