Dans la nature

                            L’aurore timide chassait de ses reflets 

                                   Les secrets de la nuit qui au jour disparaissaient. 

                                   D’orangé, de diapré, ciel et nature renaissaient 

                                   Et le vent se levait le souffle encore frais. 

 

                                   Dans le lointain brumeux s’estompaient violettes 

                                   Les collines boisées des contreforts alpins, 

                                   L’air embaumait d’odeurs d’herbes et de parfums. 

                                   Un rossignol chantait, parut ta silhouette. 

 

                                   Le ciel devenait clair comme ton beau visage. 

                                   Dans cet azur nacré d’étincelles dorées, 

                                   La lumière éclairait tes cheveux dénoués, 

                                   C’était tel le soleil sur un beau paysage. 

 

                                   Un ruisseau sanglotait tout près d’où nous étions, 

                                   Un petit pont de bois l’enjambait d’un seul pas 

                                   Et sur l’autre rive s’éveillait un petit bois 

                                   D’où suintaient quelques bruits de vie que nous aimions. 

 

                                   Près d’un étang dormant nous nous sommes posés, 

                                   Crapauds, libellules s’en donnaient à coeur joie, 

                                   Sur un carré moussu tu m’as tendu les bras 

                                   Et dans la nature nous nous sommes aimés. 

 

 

                                   Gérard  Bollon-Maso     

0 Réponses à “Dans la nature”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse