Les épousailles de l’océan

De rubis, de perles et de diamants, 

Sont les épousailles de l’océan ; 

Du levant au couchant 

Il gronde doucement. 

Paré de ses plus beaux atours, 

C’est comme un chant d’amour 

Qui étincelle 

Et regarde le ciel. 

Ô doux réveil où je m’émerveille !… 

L’immensité prête à rêver… 

Il change de couleurs 

Au gré de ses humeurs : 

Reflets ardents 

Ruisselants d’or et d’argent, 

Bleu turquoise, vert émeraude, 

Jusqu’à l’aube, 

Lagon transparent, 

Si troublant, si tentant… 

 

Au loin s’élève le chant des vahinés : 

Femmes fleurs, fleurs parfumées, 

Elles dansent le tamouré 

Au son du ukulélé. 

Mouvements de hanches chaloupés, 

Merveilleusement rythmés. 

Envoûtantes et charmeuses, 

Grandes amoureuses de l’océan 

Pour des épousailles 

De rubis, de perles et de diamants… 

 

Le merveilleux lagon de Bora-Bora !… 

Regarder les bambins barboter 

Sur les plages de Hahiné. 

Hahiné, la sauvage, Raïatea la sacrée. 

Merveilleuses îles de l’archipel de la Société 

Où les filles et les fleurs se ressemblent ! 

Mon cœur en tremble… 

 

J’aimerais, de ces îles enchantées, 

Faire ma demeure dernière 

Sans regarder en arrière 

Et comme Gauguin, 

Enfin, 

Terminer mes jours sur l’un de ces archipels, 

Connaître l’ultime destination, 

Oui, larguer tout, 

Vivre dans les Tuamotu… 

Et, comme Jacques Brel, 

Chanter jusqu’au bout : 

« Par manque de brise 

Le temps s’immobilise 

Aux Marquises ». 

0 Réponses à “Les épousailles de l’océan”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse