Ferrat

Aujourd’hui, le ciel est gris…
Son crachin s’évapore,
Pourtant avant la pluie…
Car Jean Ferrat es mort,
Chantant, dans les nuages,
De sa voix chaude et claire,
Sa poétique rage
D’humain voyant sa terre
Dans un état pareil
Au vaisseau Potemkine,
Forcée par le soleil
A donner bonne mine
A sa pauvre montagne,
Aussi défigurée
Que le sont les campagnes
Dont les crânes rasés
Ressemblent aux milliers
De déportés sortant
De leurs wagons plombés
Et qui, précisément,
Pleurent pour l’accueillir
Au cœur d’un paradis
Lui disant, sans mentir,
Que c’est beau, c’est beau, la vie… 

0 Réponses à “Ferrat”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse