L’innocence emprisonnée

(où il est question d’un petit garçon handicapé mental !) 

Toc !… Toc ! Elle se cogne à la vitre maudite
Qui lui montre le ciel et la retient céans.
Elle est comme en prison, pourquoi ce châtiment ? 
Pauvre abeille égarée dans un monde hypocrite.    

Elle grimpe, elle grimpe ! Et de son bec courbé,
Une fois, mille fois agrippe le grillage
De son isolement. Perruche dans sa cage,
Le bel oiseau n’a pas choisi d’être enfermé. 

De sa patte indomptée, le petit faon laboure,
Au pied de la clôture, un terrain caillouteux.
Il mourra prisonnier, il est né malheureux,
Son destin est scellé, qu’importe sa bravoure ! 

Il suffirait, parfois, d’un peu de bienveillance
Pour changer l’avenir d’un être prisonnier.
Ouvrir une fenêtre ou ôter l’échalier
Et redonner la vie, la joie et la confiance. 

Mais il est des prisons, à ce point mystérieuses,
Dont on ne connaît pas, Sésame sibyllin,
Ni le mot du début, ni celui de la fin
Tant le moindre rapport est chose ténébreuse. 

Une aimable chanson, issue de mon enfance,
Evoquait un ami, un ange, un enfant roi
Et qui, furtivement, dans un rêve parfois,
S’en venait me parler d’un chemin d’espérance. 

Un ange ! On ne peut pas parler avec un ange
S’il est dans un jardin dont on n’a pas la clé.
Mais peut-être, demain, croirai-je avoir rêvé
S’il me revient l’écho de quelque mot étrange. 

Car c’est bien dans la nuit, le secret, le silence,
A l’heure où tout se tait, qu’on écoute son cœur.
Alors, comme un murmure, on entend l’âme sœur,
Chuchoter quelques mots, les mots de l’innocence ! 

0 Réponses à “L’innocence emprisonnée”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse