Amour couchant

J’avais rêvé de deux épaules rapprochées,
            complices sur un banc,
                        face au soleil mourant,
et de mes doigts à fleur d’un visage s’offrant
            à la caresse d’une lumière effilochée. 

                        J’avais rêvé de confidences murmurées
                                   avec pour seul témoin
                                               l’eau calme d’un étang,
                        et des quelques instants que l’espoir vole au temps
                                   quand des peaux enfiévrées osent s’abandonner. 

Mais le rêve est passé…
            et refermée la porte…
                        porte étroite claquant au vent des aubes mortes. 

            Ô, songes qui avortent avant de voir l’amour ! 

Ce soir le banc est vide
            et le soleil se couche… 

                                   Noire sera la nuit…et amère ma bouche
                                               quand l’incendie du ciel achèvera le jour. 

 

0 Réponses à “Amour couchant”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse