Vagabondage

N’entends-tu pas venir des grands bois de Burée
Ténébreux vagabond
L’écho sinistre et sec claquant sous la cognée
Des rudes bucherons ? 

Novembre se faufile à travers les futaies
Qui cernent le vallon
Et l’on sent dans la brume à l’haleine glacée
Une odeur de charbon. 

Par le vent qui dispute aux branches emmêlées
Un reste de toison,
Sonne la toccata aux notes saccadées
Du bocard des ferrons. 

Alors suis le galop des rigoles gonflées
Par les eaux de saison,
Tu trouveras au cœur d’un tourment de fumées
L’antre des forgerons. 

Et par un soupirail à la voûte cintrée
Qui perce un lourd fronton,
Tu verras une danse ombre et feu inspirée
Aux vaillants compagnons. 

Entre donc dégourdir tes mains ankylosées
Au ronflement profond
Qui ronge jour et nuit la panse vitrifiée
Du fourneau du Dorlon. 

Du grand fondeur rougi par le feu des coulées
Au jeune tâcheron,
Tous t’offriront crois-moi une chaude gorgée
Sans demander ton nom. 

Dans un recoin obscur de la halle embrasée
Quelques uns pauseront,
Rompant pour toi la miche assurément gagnée
A la sueur du front. 

Va, ils respecteront ta misère bien née,
Eux riches à foison
Des légendes du fer qui chantent la contrée
Des moines forgerons. 

Par toi qu’ainsi Dieu puisse un peu voir pardonnée
Leur folle passion
De brasser cet or vif sous la tympe brûlée
Sans penser aux canons. 

Extrait du recueil : Le bonheur est chemin  

Grand prix Alérion d’or 2002 des poètes lorrains 

0 Réponses à “Vagabondage”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse