Généalogie

Je suis de ce pays d’automne,
Geste de Meuse et de vallons,
Où la nue enfle à l’aquilon,
Où le rocher, tapi, détonne.

Je suis du Juré giboyeux,
De la forêt propice aux sources,
Quand le grand cerf hâle, en sa course,
Les centuries de mes aïeux.

J’ai quelques gouttes d’Arphays
Riches du sang du Roi Perdu,.
Je suis, par les temps éperdus,
Un soliveau de mon pays.

Wallon, par Namur et Bohagne,
Frère d’Orval quant à Chiny,
Un peu messin par Port-Sailly
Puis Apremont  qui l’accompagne.

Aux lignages du vieux Verdun,
Dont quelque évêque eut male envie,
Prend souche mon arbre de vie…
Je tiens de Godefroid de Dun,

Dont Bouillon paraît l’apanage,
La Meuse au cœur, ou folle ou sage,
La Meuse, enfin… qui est ma mie.

Extrait de La Braise et la Cendre, 1993.

0 Réponses à “Généalogie”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse