Londres 2000

Noël avait installé ses couleurs
Et ses carillons faisaient tinter Picadilly
De gros sapins de flots rouges embellis
Enguirlandaient la ville
En forêt commerciale

Dans les rais de lumière jaune
Qui filaient vers le ciel
Se détachaient les ombres
Des fines dentelles de Westminster
Escortées par Big Ben

Dans le square endormi
Winston Churchill veillait
Appuyé sur sa canne de bronze
Non loin d’Abraham Lincoln
Lentement absorbé
Par sa nuit américaine

Du haut de sa colonne
Nelson semblait porter sur Whitehall
Un regard attristé
Par ces vagues de chalands
Déferlant à chaque carrefour
- Vigie solitaire
D’une société en dérive
Livrée aux vents contraires ?

La Tamise roulait ses eaux fortes
Devant la Tate Gallery
Puis glissait en silence
Scintillant sous les feux du Parlement
Secrète et noire vers Saint Paul
Pour buter tout endormie
Sur la digue de Tower Bridge
Dernier rempart, dernière escorte
Avant la nuit anonyme

Assis par terre quelques mendiants
Emmitouflés dans une couverture sale
Rappelaient aux passants
Que derrière le rideau des couleurs
Et l’écran des lumières
Se jouait le film de leur misère

Dans sa dignité de grande capitale
Londres oubliait ses tout-petits
Et même les Christmas Carols
Ondoyant dans les rues
Travestis par la nuit qui tombait
Sonnaient faux dans nos cœurs.

Londres-Bristol 4-7/12/2000 

0 Réponses à “Londres 2000”


Les commentaires sont fermés pour l'instant.



alfalsafa |
NIDISH EDITIONS : Contes - ... |
La Moire d'Ohrid |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Elle-Emoi
| Poèmes, Amour et Société
| Ned La Desosseuse